Publié le 07 juillet 2020

POLITIQUE

Remaniement : Bruno Le Maire prend en charge la relance, il affirme qu'elle sera verte

Bruno Le Maire fait partie des rescapés du gouvernement précédent. Il reste ministre de l’Économie et des finances mais le Premier Ministre, Jean Castex, lui a confié une nouvelle mission : la relance du pays qui affronte une crise économique après le choc sanitaire du Covid-19. La composition de ce gouvernement n’indique pas, pour l'instant, qu’elle sera verte, malgré les appels insistants lancés par les dirigeants d’entreprise. Pendant la passation de pouvoirs avec Gérald Darmanin, Bruno Le Maire a cependant assuré qu'elle le serait. 

Passation BrunoLeMaire AFP Eric Piermont
Lors de la passation de pouvoir avec Gérald Darmanin, Bruno Le Maire a assuré qu'il travaillerait à une relance verte..
@AFP Eric Piermont

[Mise à jour du 7 juillet 2020 à 11h] Bruno Le Maire est resté à Bercy après avoir été en première ligne des sauvetages des grands groupes français en péril : Renault, Air France… Le ministre de l’Économie et des finances ajoute cependant une corde à son arc, Jean Castex lui ayant confié la mission de la relance économique. Pour l’instant, cet ajout à son titre ne donne aucune précision sur la nature de cette relance attendue à la rentrée pour tenter d’endiguer la vague de licenciements et de défaillance d’entreprises qui a déjà commencé.

Le titre exact de Bruno Le Maire, tel qu’annoncé lundi 6 juillet au soir par Alexis Kohler, le secrétaire général de l’Élysée, est "ministre de l’Économie, des finances et de la relance". Pour l’épauler, il peut s’appuyer sur trois ministres délégués dont deux figuraient déjà dans le gouvernement précédent, Agnès Pannier-Runacher, en charge de l’Industrie, Alain Griset, ancien patron de taxi il devrait être la voix des trois millions d’indépendants et d’artisans avec le portefeuille des PME, et Olivier Dussopt, en charge des Comptes publics. Lors de la passation de pouvoir avec Gérald Darmanin qui lui confie les rênes du budget, Bruno Le Maire a néanmoins affirmé que la relance serait "verte", "industrielle" et tournée "vers les plus petits". Le ministre a déclaré que la transition écologique serait une priorité de la relance.

Allier finance et environnement, ou pas

Le 14 juin dernier, Emmanuel Macron avait déclaré dans son allocution télévisée que sa première priorité était "d’abord de reconstruire une économie forte, écologique, souveraine et solidaire". À en croire les fonctions ministérielles, chacun de ces mots semble être présent dans différents portefeuilles mais séparément. Le lien entre la relance, à Bercy, et l’écologie, logée dans le ministère de la Transition écologique confié à Barbara Pompili, devra donc se faire à l’ancienne : par le jeu de pouvoir et d’influence de chaque ministre. Or dans ce type de configurations les tensions sont souvent fortes entre les deux portefeuilles, le prix des politiques écologiques semblant trop élevé au Ministère des finances.

Sujet d’intérêt commun aux deux ministères : la finance verte. Si Bruno Le Maire a toujours proclamé son attachement à la dynamique française dans ce domaine et encouragé la place de Paris à rendre compte de l’impact des démarches d’investissement responsable, la disparition de Brune Poirson (ex-secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire) qui portait le sujet au ministère de la transition écologique n’est pas forcément un bon présage.

Reste cependant une inconnue, le profil des futurs secrétaires d’État qui devraient être nommés dans les jours qui viennent. Les experts de la finance verte, comme Philippe Zaouati qui affiche sur son profil sa proximité avec le chef de l’État, a souligné la pertinence de nommer un adjoint "finance verte" à la mairie de Paris. Un tel choix pourrait se faire au niveau national. 

Après le premier conseil des ministres du mardi 7 juillet dans l’après-midi, on en saura peut-être un peu plus sur cette future relance mais il est probable qu’Emmanuel Macron réserve la primeur à sa déclaration du 14 juillet.

Arnaud Dumas@ADumas5 et Anne-Catherine Husson-Traore @AC_HT_directrice générale de Novethic


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Bernard Stielger Patxi Beltzaiz Hans Lucas Hans Lucas via AFP

[Édito] Le monde d'après est déjà là mais les États continuent à croire que celui d'avant va revenir

Le 6 août dernier, le philosophe Bernard Stiegler est décédé à 68 ans. Dans son dernier ouvrage, il dénonçait l’incapacité des gouvernants et des États à comprendre la colère de la jeunesse face à ce qu'elle considère comme de l’inaction climatique. Pour lui, cela demanderait à changer de logiciel...

Bruno Le Maire Coronavirus EricPiermont AFP

"Tous écologistes", l’appel du Premier ministre Jean Castex et de Bruno le Maire

Le plan de communication du nouveau gouvernement est clair. Il faut parler d’écologie et de relance verte. Ainsi durant le même week-end, le Premier ministre Jean Castex a signé une tribune où il appelle tous les Français à promouvoir une écologie de terrain. Et le ministre de l’Économie Bruno Le...

Jean Castex GONZALO FUENTES POOL AFP

Secrétaires d’État : le gouvernement Castex donne une place spéciale à la biodiversité et à l’Économie sociale et solidaire

Il aura fallu trois semaines à Jean Castex et Emmanuel Macron pour finaliser le nouveau gouvernement avec la nomination de onze secrétaires d’État, comptant six nouveaux entrants. Parmi les nouveautés, on note le portefeuille de l’Économie sociale et solidaire qui quitte la Transition écologique...

Emmanuel Macron Angela Merkel plan de relance

Plan de relance : Les pays européens adoptent un accord "historique", lié aux objectifs climatiques

Après quatre jours et nuits d'âpres négociations, les pays de l'Union européenne sont enfin parvenus à un accord. La proposition franco-allemande de projet d’emprunt commun de 750 milliards d’euros a été acceptée avec quelques concessions. Ce fonds va permettre "d'alimenter les plans de relance de...