Publié le 21 septembre 2020

POLITIQUE

Pourquoi la mort de Ruth Bader Ginsburg fait vaciller la démocratie américaine

La mort de l'icône progressiste américaine Ruth Bader Ginsburg fait trembler les institutions américaines. Donald Trump souhaite remplacer, avant l'élection présidentielle prévue dans quelques semaines, la juge de la Cour suprême. Le but étant d'asseoir la domination des républicains de la plus haute instance juridique américaine. Mais en passant en force, le président prend le risque d'affaiblir un des piliers de la démocratie américaine. 

Donald Trump White House
La Cour suprême joue un rôle primordial aux Etats-Unis.
White House

Son nom, en France, n’est pas connu de tous. Aux États-Unis, Ruth Bader Ginsburg est pourtant une icône. Une héroïne progressiste morte à l’âge de 87 ans des suites d’un cancer du pancréas. La juge de la Cour suprême a défendu avec vigueur l’égalité entre femmes et hommes, les droits des immigrés, l’avortement. Deuxième femme à siéger au sommet du pouvoir judiciaire américain, nommée en 1993 par Bill Clinton, son décès plonge les démocrates dans l’effroi. 

Donald Trump, en nommant un nouveau juge conservateur, pourrait reprendre la main sur la Cour suprême, quelques semaines seulement avant l’élection présidentielle. RBG, comme ses partisans la surnomment, a pourtant émis comme dernier vœu de ne pas "être remplacée tant qu’un nouveau Président n’aura pas été installé". Mais le président américain assure qu'il nommera sa remplaçante d'ici la fin de semaine, une fois les obsèques passées.

Une décision malvenue alors que les sénateurs républicains avaient refusé de nommer un juge sous la présidence Obama prétextant que l’élection présidentielle était trop proche. Cette fois, Mitch McConnell, le président des républicains au Sénat (qui doit donner son accord), a déclaré se tenir prêt, même si quelques sénateurs républicains assurent qu'ils ne voteront pas avant l'élection de novembre.

Un test pour la démocratie américaine

"Un principe de base de la loi - et de l’équité au quotidien - est que nous appliquons les règles avec cohérence et non en fonction de ce qui est pratique et avantageux pour le moment", a fait valoir l’ancien président Barack Obama dans un communiqué.

La Cour suprême a un rôle primordial aux États-Unis. C’est elle qui a le dernier mot quant à la conformité avec la Constitution des décisions prises par les États américains. En passant en force, Donald Trump fait vaciller un des piliers de la démocratie américaine. Comme l’écrit le Financial Times, "un contrôle conservateur bien ancré ne vaut que si une grande partie du pays le considère comme bien acquis. Aucune des deux parties ne tire profit d'un tribunal qui ne parvient pas à obtenir un large consentement. Un processus de nomination hâtif et naïvement partisan compromettrait l'institution". 

La spécialiste Anne Deysine, voit ici un test pour la démocratie américaine, un moment pivot. "S’il n’y a pas de résistance", "si les acteurs ne résistent pas (…) les démocraties meurent", déclare-t-elle dans Libération. "Si les institutions, si l’opinion publique laissent faire cela, cela veut dire que tous les mécanismes que les pères fondateurs avaient essayé de mettre en place ont disparu", ajoute-t-elle. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Legislative nupes renaissance stephane de sakutin afp julien de rosa afp

Social et écologie, mots d’ordre des Législatives opposant la Renaissance d'Emmanuel Macron à l’alliance de la gauche, la NUPES

La cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron pour son second mandat a confirmé que la campagne des législatives aurait une tonalité différente de celle des Présidentielles, que la montée de l’extrême droite avait rivé sur la sécurité et de l’immigration. Dans son discours, le nouveau président a dit...

Emmanuel Macron election president Ludovic MARIN AFP

Quel président pour quelle France ? Les choix d’Emmanuel Macron restent flous

Emmanuel Macron a été réélu Président avec plus de 58 % des voix contre Marine Le Pen qui en a obtenu près de 41 %, soit huit points de plus qu’en 2017. La tonalité était au soulagement de ne pas voir l’extrême-droite accéder au pouvoir mais tous les commentateurs évoquaient les fractures, les...

Climat manifestation ALAIN JOCARD AFP

Une campagne présidentielle hors sol, si loin de l’Ukraine et du changement climatique

À trois semaines du premier tour des Présidentielles, les débats de campagne ne devraient plus pouvoir permettre aux électeurs d’arbitrer entre les candidats sur des choix déterminants pour des enjeux fondamentaux que sont l’énergie, le changement climatique ou la démocratie au temps des réseaux...

Vote urne elections presidentielles Rama CCO 01

12 candidats pour une campagne présidentielle axée sur les sondages, pas sur les projets

Ni l’entrée officielle en campagne d’Emmanuel Macron, ni le rapport du GIEC, ni la guerre en Ukraine n’ont réussi à donner un nouvel élan à cette étrange campagne présidentielle. Basée sur des variations sondagières à la télévision et des messages à tonalité agressives sur les réseaux sociaux où...