Publié le 11 avril 2020

POLITIQUE

Onze ministres européens de l’Environnement veulent une relance économique verte après la crise du Coronavirus

Ce n’est pas un message anodin. Onze ministres de l’Environnement de l’Union Européenne, dont la France, ont signé une tribune appelant à ne pas oublier la lutte contre le réchauffement climatique et la préservation de la biodiversité, dans l’urgence de la reprise économique. Le risque de recul sur les normes environnementales est en effet bien réel. Les ministres de l’Environnement appellent à "résister à la tentation de solutions à court terme".

800px Informal meeting of energy and transport ministers TTE Arrivals transport ministers Elisabeth Borne 37190062412
Elisabeth Borne fait partie des onze ministres européens de l'Environnement ayant signé l'appel à une relance verte.
@Aron Urb

Des ministres européens de l'Environnement ont appelé vendredi 10 avril à ce que les plans de relance post-épidémie de Coronavirus prennent en compte les questions d'environnement et de climat. Pour le moment, l’heure est plutôt à la lutte contre l'épidémie et les ministres des Finances européens viennent de signer un accord sur un plan de soutien à l’économie de 540 milliards d’euros.

Mais les ministres de l’Environnement veulent penser à l’après crise. "Nous devrions nous préparer à reconstruire nos économies en introduisant des plans de relance destinés à redonner à l'Europe et à ses citoyens un progrès et une prospérité rénovés et soutenables", écrivent-ils dans un texte publié par le site Climate Home News.

Leur crainte, partagée par de nombreux acteurs de l’économie durable, est que les gouvernements préfèrent relancer l’économie le plus vite possible en reculant sur les normes environnementales et climatiques pour ne pas risquer d’entraver l’activité des entreprises. "Nous devons résister à la tentation de solutions à court terme en réponse à la crise actuelle qui risquent d'enfermer l’Union européenne dans une économie basée sur les énergies fossiles pour des décennies", avertissent-ils.

Un risque bien réel

Les risques sont bien réels. Certains constructeurs automobiles commencent ainsi à demander un report des normes européennes sur les émissions des véhicules entrées en vigueur début janvier 2020. "La leçon du Covid-19 est qu'il est essentiel d'agir rapidement. Nous devons donc tenir nos ambitions pour réduire les risques et les coûts de l'inaction dans les domaines du changement climatique et de la perte de biodiversité", poursuivent-ils.

Les onze ministres appellent à une "réponse européenne commune" dans le cadre du "Green deal" européen annoncé par la Commission européenne, et à "accroître les investissements, particulièrement dans les domaines de la mobilité soutenable, de l'énergie renouvelable, la rénovation des bâtiments, la recherche et l'innovation, le rétablissement de la biodiversité et l'économie circulaire".

Le Green deal européen, ou Pacte vert, a été présenté par Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, dès son entrée en fonction au mois de décembre 2019. Il prévoit d’inscrire la neutralité carbone de l’Europe d’ici 2050 dans une loi européenne, et de verdir tous les secteurs de l’économie. Il s’accompagne d’un plan d’investissement qui devrait mobiliser jusqu’à 1000 milliards d’euros sur les dix prochaines années.

Un signal politique fort

Ce pacte ne doit pas être sacrifié à cause de la crise estiment les onze ministres signataires. "Nous devons envoyer un message politique fort au monde et à nos citoyens que l'UE montrera l'exemple même dans ces moments difficiles et ouvrira la voie vers la neutralité carbone et le respect de l'Accord de Paris", écrivent-ils. Il s’agit d’un signal politique fort de la part de ces onze pays. Les destinataires en sont notamment les autres pays non-signataires. Certains, comme la Pologne dont le mix énergétique est très dépendant du charbon, avaient été difficiles à convaincre pour signer le Green deal.

Le texte a été signé par les ministres autrichien, danois, italien, finlandais, français, letton, luxembourgeois, néerlandais, portugais, espagnol et suédois. La ministre française Élisabeth Borne a annoncé sa signature sur Twitter, écrivant que "la France est également à l'initiative d'un courrier à l'attention de la Commission européenne qui va dans ce sens". Neuf ONG, dont la Fondation Nicolas Hulot et la branche européenne de 350.org ont de leur côté apporté leur soutien à l'initiative des ministres européens, estimant que nous traversions "un moment de vie ou de mort pour l'Union européenne et notre planète".

AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Coronavirus : Les ministres des Finances européens finissent par s’accorder sur un plan d’aide à 540 milliards d’euros

Il leur aura fallu deux réunions, espacées d’une journée, pour enfin se mettre d’accord sur une réponse commune aux dégâts économiques engendrés par la pandémie. Les ministres des Finances européens, réunis au sein de l’Eurogroupe, se sont accordés sur trois dispositifs de financement du...

Pacte vert européen : 7,5 milliards d’euros pour amorcer le fonds de transition juste et viser les 100 milliards

La Commission européenne présente ce mardi 14 janvier au Parlement européen, à Strasbourg, les détails des mécanismes de financement pour son Pacte vert. Le nouveau fonds de transition juste est particulièrement attendu car c’est lui qui doit permettre de ramener des pays comme la Pologne...

Green deal européen : l’UE met 100 milliards d’euros sur la table pour une transition juste qui embarque tous les citoyens

Promesse tenue pour la nouvelle présidente de la Commission européenne. Une dizaine de jours seulement après sa prise de fonction, Ursula von der Leyen a présenté au Parlement européen ce mercredi 11 décembre son Pacte vert (ou Green deal). Celui-ci acte la neutralité climatique du...

Le Coronavirus mine le modèle européen de marché unique

L’Union européenne est un grand marché de libre concurrence au sein duquel les États ont conservé leurs prérogatives régaliennes ce qui facilite une concurrence fiscale effrénée entre eux. Face à la nécessité de bâtir de nouvelles solidarités sur les services publics à commencer par celui...

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Bernard Stielger Patxi Beltzaiz Hans Lucas Hans Lucas via AFP

[Édito] Le monde d'après est déjà là mais les États continuent à croire que celui d'avant va revenir

Le 6 août dernier, le philosophe Bernard Stiegler est décédé à 68 ans. Dans son dernier ouvrage, il dénonçait l’incapacité des gouvernants et des États à comprendre la colère de la jeunesse face à ce qu'elle considère comme de l’inaction climatique. Pour lui, cela demanderait à changer de logiciel...

Bruno Le Maire Coronavirus EricPiermont AFP

"Tous écologistes", l’appel du Premier ministre Jean Castex et de Bruno le Maire

Le plan de communication du nouveau gouvernement est clair. Il faut parler d’écologie et de relance verte. Ainsi durant le même week-end, le Premier ministre Jean Castex a signé une tribune où il appelle tous les Français à promouvoir une écologie de terrain. Et le ministre de l’Économie Bruno Le...

Jean Castex GONZALO FUENTES POOL AFP

Secrétaires d’État : le gouvernement Castex donne une place spéciale à la biodiversité et à l’Économie sociale et solidaire

Il aura fallu trois semaines à Jean Castex et Emmanuel Macron pour finaliser le nouveau gouvernement avec la nomination de onze secrétaires d’État, comptant six nouveaux entrants. Parmi les nouveautés, on note le portefeuille de l’Économie sociale et solidaire qui quitte la Transition écologique...

Emmanuel Macron Angela Merkel plan de relance

Plan de relance : Les pays européens adoptent un accord "historique", lié aux objectifs climatiques

Après quatre jours et nuits d'âpres négociations, les pays de l'Union européenne sont enfin parvenus à un accord. La proposition franco-allemande de projet d’emprunt commun de 750 milliards d’euros a été acceptée avec quelques concessions. Ce fonds va permettre "d'alimenter les plans de relance de...