Publié le 16 mars 2020

POLITIQUE

Municipales 2020 : un premier tour pour rien ?

Abstention massive, tous les programmes plus verts que verts, second tour plus qu’improbable en raison de la pandémie de coronavirus, les résultats des élections du premier tour des municipales  vont difficilement jouer leur rôle d’indicateurs de tendance. Seules certitudes le coronavirus l’a emporté partout et l’appel au civisme est un échec.

Elections municipales Strasbourg FrederickFlorin AFP
Bureau de vote des municipales 2020 à Strasbourg.
@FrederickFlorin/AFP

Dimanche 15 mars, l’ambiance était inhabituelle lors des traditionnels débriefings des élections. Ce ne sont pas tant les résultats dans les différentes villes qui étaient commentés que la situation de la France partiellement confinée en raison de la pandémie de Coronavirus. Du coup les débats se sont focalisés sur le fait que ce premier tour serait vraisemblablement annulé dans la mesure où le second semble hypothéqué.

Quant aux résultats exprimés par les électeurs qui se sont peu déplacés, puisque la participation moyenne a baissé de 20 points comparativement aux municipales précédentes, ils donnent malgré tout des indications. La République en Marche engrange de lourdes défaites, le Rassemblement National enregistre des poussés importantes (Fréjus, Perpignan…) et les Verts encore plus (Bordeaux, Lyon, Strasbourg, Grenoble…). Ceci dit, on pourrait parler d’une vague verte généralisée, poussée par la mobilisation de plus en plus forte pour le climat, car l’ensemble des candidats se sont parés de vert, au point de masquer leurs allégeances partisanes.

Un second tour improbable

À ce premier tour brouillon pourrait succéder un second tour inexistant. Alors que le pic épidémique est attendu d’ici 10 jours en France, beaucoup de dirigeants politiques appellent à annuler l’élection. "J'appelle solennellement le président de la République (...) à organiser avec les forces politiques le report du second tour", lance Yannick Jadot, Président d’EELV.

François Ruffin, de la France Insoumise écrit : "Avec une abstention record, avec une campagne impossible… maintenir (le second tour) serait mauvais pour la santé des citoyens, mais aussi pour celle de la démocratie". Marine Le Pen du RN appuie : "Maintenir ces élections municipales est un choix incompréhensible pour nos compatriotes. Le second tour n'aura manifestement pas lieu(…) Il faut donc considérer comme acquises les élections conclues au premier tour, et reporter les autres."

Déjà le ministre de la Santé, Olivier Veran laisse entendre qu’une décision sera prise sur le sujet mardi. Le Premier ministre Edouard Philippe confirme : "Je réunirai en début de semaine le conseil scientifique puis je consulterai les représentants des forces politiques. C'est dans une transparence totale en prenant en compte les recommandations sanitaires et je l'espère dans un esprit de consensus républicain que nous prendrons les mesures nécessaires".

Au soleil mais pas dans l’isoloir

Emmanuel Macron a voulu organiser le premier tour au nom de la préservation de la démocratie ! Manifestement les Français ne partageaient pas sa vision puisque si, selon un sondage Ipsos-Sopra-Steria pour France Télévision et Radio France, 39 % des personnes interrogées auraient renoncé à se rendre aux urnes à cause du coronavirus, il ne les a pas empêchés de faire bloc sur les quais de la Seine, dans les rues ensoleillées et les allées de supermarchés !

À l’heure d’une des plus grandes crises sanitaires du pays et avant d’en traverser d’autres tout aussi graves comme le changement climatique, il ne faudrait pas perdre de vue que les élus, les maires en particulier, sont ceux dont les décisions peuvent mettre le pays sur un meilleur chemin. Le scrutin de dimanche n’offrant pas de message clair dans ce domaine, mieux vaut sans doute qu’il tombe assez rapidement dans les oubliettes électorales

Ludovic Dupin @LudovicDupin et Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Mario Centeno Eurogroup Conseil europeen

Les ministres des finances européens peinent à faire front commun contre le coronavirus

Ils ont passé la nuit à négocier sur des dispositifs de soutien à l’économie, sans succès. Les ministres des Finances européens, réunis dans l’Eurogroupe, n’ont pas encore réussi à s’accorder sur un plan commun. L’idée d’une dette commune, émise notamment par la France, demeure un point...

Coronavirus : les assureurs appelés à s'engager de plus en plus dans l'effort de solidarité nationale

Alors qu'ils viennent de verser 200 millions d'euros dans le fonds de solidarité dédié aux entreprises en difficulté et que les initiatives se multiplient comme la Maif qui va reverser 100 millions d'euros à ses abonnés, le gouvernement appelle le secteur à aller plus loin. Les entreprises et...

Bruno Le Maire Coronavirus EricPiermont AFP

Coronavirus : l'étau se resserre sur le versement des dividendes des grandes entreprises

Le ministre de l’Économie recommande aux entreprises de ne pas verser de dividendes lorsqu’elles ont recours au chômage partiel. Une préconisation un peu plus forte que celle qu’il avait formulée quelques jours plus tôt. De son côté, l’association des grandes entreprises demande à ses adhérents de...

Justin Godart le general Sarrail et le medecin inspecteur Ruotte devant l ambulance

[À l’origine] Le ministère de la santé, en première ligne face au Coronavirus, né de l’hygiène publique et de la guerre

Depuis plusieurs semaines, le ministère de la Santé tient le compte des malades et des morts en France des suites de l’épidémie de Coronavirus. Et il martèle aux Français de rester de chez eux et de respecter les gestes barrières. Ce ministère, sous sa forme actuelle, existe dans tous les...