Publié le 14 juin 2021

POLITIQUE

Le G7 promet d’agir pour le climat et les vaccins, tout en se plaçant en opposant à la Russie et à la Chine

Vaincre la pandémie de Covid-19, aider à vacciner les pays pauvres, sauver le climat, préserver la biodiversité, lutter contre les nouvelles routes de la soie chinoises ou les cyberattaques russes… Le programme du G7, qui s'est déroulé du 11 au 13 juin dernier, était chargé. Les grands dirigeants occidentaux assurent vouloir s’engager ensemble sur tous ces sujets.

G7 2021 Biden macron Doug Mills Pool AFP
Joe Bien, Président des États-Unis, et Emmanuel Macron, Président français, lors du G7 2021 au Roayume-Uni.
@DougMills/Pool/AFP

Le premier sommet du G7, avec le nouveau Président américain Joe Biden, s'est terminé dimanche 13 juin. Il porte bien plus d’espoirs que ceux de ces dernières années, alors que le multilatéralisme dans le club des grandes puissances occidentales était au plus bas. Si des tensions ont pu apparaître entre les membres, ils se sont ensemble engagés à agir en alliés face aux grands maux du monde.

Joe Biden a salué un sommet "extraordinairement collaboratif et productif". Angela Merkel, la chancelière allemande dont c’était le dernier sommet a parlé d’un "nouvel élan". "Je sais que le monde comptait sur nous pour rejeter l'égoïsme et les approches nationalistes (…) J'espère que nous avons été à la hauteur", a même lancé le Premier ministre britannique Boris Johnson. Les dirigeants se sont engagés sur les vaccins, la prévention des pandémies, l’urgence climatique, les menaces russes et chinoises.

Lutte contre la pandémie de Covid-19

Le G7 a promis de distribuer "plus d'un milliard de doses" de vaccins contre le Covid-19 d'ici la fin de 2022,  en fournissant directement 870 millions de doses et en finançant le reste. Cela portera l'engagement total du G7 depuis le début de la pandémie à deux milliards de doses. La France a, quant à elle, assuré qu'elle doublait sa promesse, la faisant passer à 60 millions de doses d'ici fin 2021.

Réchauffement climatique et destruction de la biodiversité

Les grandes puissances soutiennent l'idée d'une "révolution verte" créatrice d'emplois et permettant de limiter le réchauffement à 1,5 degré. Aussi, ils s'engagent à devenir neutres en carbone au plus tard en 2050 et à réduire de 50 % ses émissions de CO2 d'ici 2030, par rapport à 2010. Les pays du G7 se sont également accordés sur la fin des financements, d'ici 2021, de projets de charbon pour produire de l'électricité qui n'auraient pas recours à des technologies (captage et stockage de CO2). Le but étant de réduire leurs émissions. Sur la biodiversité, l'objectif est de préserver ou protéger au moins 30% des terres et des océans d'ici 2030.

Chine et Russie

Dans son communiqué final, le G7 a appelé Pékin à "respecter les droits humains" dans le Xinjiang, où vit la minorité ouïghoure, et à Hong Kong. Il a exhorté la Russie à cesser "ses activités déstabilisatrices" par son soutien notamment aux cyberattaques.

Pour contrer les "Nouvelles routes de la soie" chinoises, le G7 a lancé un vaste plan d'infrastructures dans le climat, la santé, le numérique et la lutte contre les inégalités afin d'aider les pays pauvres à se relever de la pandémie. Il sera "beaucoup plus équitable" que le chinois, a assuré Joe Biden. Emmanuel Macron a précisé toutefois que le G7 n'était "pas un club hostile à la Chine". Le rencontre du G20 en octobre prochain à Rome montrera si le G7 a un poids diplomatique et économique suffisant.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Gouvernement macron

Un casting gouvernemental multi-cibles : transition écologique, diversité et souveraineté

Difficile de décrypter le message d’un gouvernement où le principal fait nouveau est le changement radical sur l’éducation confiée à l’historien Pap Ndiaye. Pour le reste c’est un trio de femmes précédemment ministres (Élisabeth Borne, Amélie de Montchalin et Agnès Pannier-Runacher) qui doivent...

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...

Legislative nupes renaissance stephane de sakutin afp julien de rosa afp

Social et écologie, mots d’ordre des Législatives opposant la Renaissance d'Emmanuel Macron à l’alliance de la gauche, la NUPES

La cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron pour son second mandat a confirmé que la campagne des législatives aurait une tonalité différente de celle des Présidentielles, que la montée de l’extrême droite avait rivé sur la sécurité et de l’immigration. Dans son discours, le nouveau président a dit...

Emmanuel Macron election president Ludovic MARIN AFP

Quel président pour quelle France ? Les choix d’Emmanuel Macron restent flous

Emmanuel Macron a été réélu Président avec plus de 58 % des voix contre Marine Le Pen qui en a obtenu près de 41 %, soit huit points de plus qu’en 2017. La tonalité était au soulagement de ne pas voir l’extrême-droite accéder au pouvoir mais tous les commentateurs évoquaient les fractures, les...