Publié le 17 juillet 2019

POLITIQUE

[Edito] L'impossible message écologique gouvernemental

La succession de François de Rugy aura été rapide. Elisabeth Borne assumera la portefeuille de ministre de la Transition écologique et solidaire mais, contrairement à son prédécesseur, elle n'aura pas le titre de ministre d'État. Ce recul dans l'ordre protocolaire du gouvernement fait tâche, au moment où Ursula Van der Leyen, qui vient d'être désignée présidente de la Commission européenne, fait du climat l'un des points forts de son mandat. Et risque de ne pas être suffisante pour répondre aux attentes des Français.

Borne Rugy Poirson Wargon @Fderugy
François de Rugy, alors ministre d'État, entouré des trois secrétaires d'État qui lui étaient rattachées : Elizabeth Borne, Brune Poirson et Emmanuelle Wargon.
@Fderugy

La nomination d'Elisabeth Borne en pleine nuit permet d'avoir un conseil des ministres avec, officiellement, une ministre en charge du portefeuille de l'environnement. Cela fait changer la perspective de la photo précédente qui ne servait déjà pas beaucoup l'image du ministre démissionnaire François de Rugy ! Un homme qui parlait très longuement avec derrière lui trois femmes silencieuses !

L'une d'entre elles est donc passée au premier plan !

Mais côté symbole elle n'est ni la première femme ministre de l'Écologie, ni celle susceptible d'incarner une réponse forte au défi posé par Nicolas Hulot à son départ : mettre fin à la politique des petits pas pour dessiner une vraie ambition écologique.

La rétrogradation du poste qui perd et le rang de numéro 2 et le titre de ministre d'État souligne le paradoxe. Interpellé par les résultats des élections européennes, le gouvernement a affirmé vouloir faire de l'écologie une priorité.

Un rendez-vous manqué

Cela ressemble pour l'instant à un rendez-vous manqué. Les commentateurs politiques s'acharnent sur les affaires et François de Rugy prête le flanc à tous les reproches tant ses actes contredisent ses engagements.

Or pour devenir crédible auprès de cette opinion publique qui s'est choisie des porte-voix aussi radicaux que Greta Thunberg, il va falloir passer à la vitesse supérieure. La nouvelle présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen a choisi cette voie en proposant dans son discours au Parlement un Green New Deal dans ses 100 premiers jours. Elle a été élue, de justesse certes, mais elle prendra bien la tête de la Commission européenne en novembre.

Avec ses problèmes français de monstres de l'écologie, Emmanuel Macron illustre une fois de plus que les pays membres ont deux stratégies : l'une pour l'Europe, l'autre pour leur territoire national. Le résultat des élections européennes a pourtant envoyé un message clair : les citoyens français veulent réunifier ces deux dimensions et donner une ambition forte à la stratégie environnementale. La nomination d'Elisabeth Borne ne semble pas la bonne réponse. À suivre.

Anne-Catherine Husson-Traore, directrice générale de Novethic, @AC_HT_


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Bori Johnson wikimedia commons

[Brexit] Trois questions pour comprendre les derniers coups de théâtre au Royaume-Uni

L’accord entre Londres et Bruxelles sur le Brexit, emporté in extremis le 17 octobre, devait faire l’objet d’un vote le samedi 19. Manqué ! Les députés britanniques se sont rebellés contre Boris Johnson, lui imposant un report du Brexit. Mais, celui-ci multiplie les manœuvres pour sortir coûte que...

Kristalina Georgieva WikimediaCommons

Direction du FMI : L’Europe propose la nomination de Kristalina Georgieva, une spécialiste de l’environnement

Les États membres de l’Union européenne ont choisi de proposer Kristalina Georgieva, actuellement numéro 2 de la Banque Mondiale, pour succéder à Christine Lagarde à la tête du Fonds Monétaire International. Cette économiste bulgare a consacré une grande partie de sa carrière au financement de...

Borne Rugy Poirson Wargon @Fderugy

[Edito] L'impossible message écologique gouvernemental

La succession de François de Rugy aura été rapide. Elisabeth Borne assumera la portefeuille de ministre de la Transition écologique et solidaire mais, contrairement à son prédécesseur, elle n'aura pas le titre de ministre d'État. Ce recul dans l'ordre protocolaire du gouvernement fait tâche, au...

Gilets jaunes De rugy AlexisCornu HansLucas

[Edito] François de Rugy, l’erreur de casting qui a enflammé l’attente de la société sur l’urgence écologique

Le choix de François de Rugy pour remplacer Nicolas Hulot devait apaiser les tensions à l’intérieur du gouvernement entre les plus et les moins engagés sur l’écologie. Mais loin de ce résultat, le passage de dix mois de l’homme au ministère n’a fait qu’attiser un feu qui s’est répandu dans la...