Publié le 10 juin 2020

POLITIQUE

L’effet économique du confinement ne sera pas effacé avant mi-2022, selon le gouverneur de la Banque de France

La mise à l’arrêt de l’économie pour faire face à la crise sanitaire va plonger la France dans une profonde récession. Selon le gouverneur de la banque de France, l’activité repart assez vite mais il faudra au moins attendre deux ans pour surmonter réellement cet épisode. Il appelle aussi les États à être évité de compenser par une hausse des impôts.

Villeroy de galhau
Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, appelle les États à être prudents sur les hausses d'impôts après la crise.
@BanquedeFrance

Si l'activité a redémarré depuis la levée progressive du confinement le 11 mai, la faiblesse économique est profonde , a estimé mardi 10 juin le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, l'institution anticipant une récession d'environ 10% cette année. "L'économie française est en train de remonter assez rapidement du plongeon brutal de mars, mais nous sommes loin d'être sortis d'affaire", a-t-il déclaré sur France Info peu après la publication par la Banque de France de ses projections économiques jusqu'en 2022.

Depuis le début du déconfinement, "nous avons remonté en gros la moitié" de la perte d'activité enregistrée durant le confinement, et il faudrait attendre la mi-2022 pour retrouver le niveau d'activité d'avant la crise, a-t-il ajouté. La confiance des ménages, des entreprises et des prêteurs de la France sera l'élément clé du rebond de l'économie, a-t-il ajouté.

"On sort du temps des pompiers", avec les mesures d'urgences prises par le gouvernement pour maintenir en vie les entreprises et les salaires des Français, notamment via le chômage partiel ou les prêts garantis par l'Etat, a noté le gouverneur. "Il fallait éteindre l'incendie, il fallait mettre l'économie sous tente à oxygène (...) c'est fait et c'est plutôt bien fait", et même mieux que dans d'autres pays européens, a-t-il estimé.

Prudence avec les impôts

Dans la deuxième étape qui arrive désormais, François Villeroy de Galhau a jugé "souhaitable qu'il n'y ait pas de hausse d'impôts et que nous différions dans le temps le remboursement de la dette", qui va gonfler jusqu'à 120% du PIB cette année. "Globalement (...) il ne faut pas refaire l'erreur qui avait été faite par un certain nombre de pays européens après la précédente crise, c'est de remonter vite les impôts après la crise", a-t-il estimé.

Si certains des dispositifs d'urgence pourront être maintenus mais en les réduisant, l'un des principaux défis sera de "traiter le problème de la solvabilité de certaines entreprises", a prévenu le gouverneur. "On va se retrouver avec un certain nombre d'entreprises qui sont viables économiquement (...) mais fragilisées financièrement", a-t-il ajouté, jugeant nécessaire de mobiliser "entre 10 et 30 milliards d'euros" à la fois par une intervention privée et publique pour soutenir les fonds propres de ces entreprises.

La Rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Jean Castex PM

Craignant un effondrement économique, le gouvernement mise sur un reconfinement localisé en cas de deuxième vague

Le Covid-19 n'est toujours pas une histoire ancienne. Le Conseil scientifique prévient qu'une deuxième vague devrait probablement survenir en France entre octobre et novembre. Cette fois, le gouvernement miserait sur un plan de reconfinement ciblé et localisé, bien loin du confinement de mars que...

Collage Johnson Trump Bolsonaro CCO

[Effet post Covid] L’hécatombe dans les pays dirigés par des populistes ne suffit pas à les faire tomber

A eux trois, les États-Unis, le Royaume Uni et le Brésil comptent 250 000 morts du coronavirus au 7 juillet. Ce décompte macabre témoigne des risques que font courir à leur population les dirigeants populistes de ces pays en traitant le virus par le mépris. Si Jair Bolsonaro et Boris Johnson sont...

Barbara Popili Hotel de roquelaure BertrandGuay AFP

[Édito] Plan de relance vert : et si les ministères de l’Économie et de l’Environnement finissaient par s’entendre

Pour honorer sa priorité écologique, le nouveau gouvernement va devoir aligner les stratégies de trois ministres emblématiques : Barbara Pompili en charge de l’Écologie, Brune Lemaire, Ministre de l’économie et des finances et de la relance et Agnès Pannier-Runacher à l’industrie. Leurs premières...

Technologie Europe 5G NicoElNino

[Effet Post-Covid] La France et l’Europe soignent leur indépendance industrielle et technologique

Lorsque l’économie mondiale a commencé à ralentir, l’Europe et la France ont pris conscience de leur extrême dépendance aux chaînes d’approvisionnement et aux technologies étrangères. C’est une question de souveraineté pour le Vieux Continent qui a décidé de réagir en commençant par deux secteurs :...