Publié le 10 juin 2020

POLITIQUE

L’effet économique du confinement ne sera pas effacé avant mi-2022, selon le gouverneur de la Banque de France

La mise à l’arrêt de l’économie pour faire face à la crise sanitaire va plonger la France dans une profonde récession. Selon le gouverneur de la banque de France, l’activité repart assez vite mais il faudra au moins attendre deux ans pour surmonter réellement cet épisode. Il appelle aussi les États à être évité de compenser par une hausse des impôts.

Villeroy de galhau
Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, appelle les États à être prudents sur les hausses d'impôts après la crise.
@BanquedeFrance

Si l'activité a redémarré depuis la levée progressive du confinement le 11 mai, la faiblesse économique est profonde , a estimé mardi 10 juin le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, l'institution anticipant une récession d'environ 10% cette année. "L'économie française est en train de remonter assez rapidement du plongeon brutal de mars, mais nous sommes loin d'être sortis d'affaire", a-t-il déclaré sur France Info peu après la publication par la Banque de France de ses projections économiques jusqu'en 2022.

Depuis le début du déconfinement, "nous avons remonté en gros la moitié" de la perte d'activité enregistrée durant le confinement, et il faudrait attendre la mi-2022 pour retrouver le niveau d'activité d'avant la crise, a-t-il ajouté. La confiance des ménages, des entreprises et des prêteurs de la France sera l'élément clé du rebond de l'économie, a-t-il ajouté.

"On sort du temps des pompiers", avec les mesures d'urgences prises par le gouvernement pour maintenir en vie les entreprises et les salaires des Français, notamment via le chômage partiel ou les prêts garantis par l'Etat, a noté le gouverneur. "Il fallait éteindre l'incendie, il fallait mettre l'économie sous tente à oxygène (...) c'est fait et c'est plutôt bien fait", et même mieux que dans d'autres pays européens, a-t-il estimé.

Prudence avec les impôts

Dans la deuxième étape qui arrive désormais, François Villeroy de Galhau a jugé "souhaitable qu'il n'y ait pas de hausse d'impôts et que nous différions dans le temps le remboursement de la dette", qui va gonfler jusqu'à 120% du PIB cette année. "Globalement (...) il ne faut pas refaire l'erreur qui avait été faite par un certain nombre de pays européens après la précédente crise, c'est de remonter vite les impôts après la crise", a-t-il estimé.

Si certains des dispositifs d'urgence pourront être maintenus mais en les réduisant, l'un des principaux défis sera de "traiter le problème de la solvabilité de certaines entreprises", a prévenu le gouverneur. "On va se retrouver avec un certain nombre d'entreprises qui sont viables économiquement (...) mais fragilisées financièrement", a-t-il ajouté, jugeant nécessaire de mobiliser "entre 10 et 30 milliards d'euros" à la fois par une intervention privée et publique pour soutenir les fonds propres de ces entreprises.

La Rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Hommage Samuel paty ChristopheArchambault AFP

Après l’assassinat de Samuel Paty, la haine sur les réseaux sociaux devient la cible prioritaire du gouvernement

Le lynchage de l’enseignant Samuel Paty sur les réseaux sociaux a conduit à son assassinat. Le Premier ministre veut créer un délit "de mise en danger par la publication de données personnelles" sur Internet. Une nouvelle loi qui remplacera la loi Avia sur la haine en ligne, censurée par le Conseil...

Manifestation bastille attentat Samuel Paty SamirMaouche HansLucas AFP

Séparatisme, École, Réseaux sociaux : Emmanuel Macron riposte après l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine

La mort du professeur Samuel Paty, décapité pour avoir montré en classe des caricatures de Mahomet dans un cours sur la liberté d’expression, a vivement fait réagir l’Exécutif. Il annonce des réponses fortes, dès cette semaine, concernant le contrôle des associations soupçonnées de séparatisme ou de...

Nature Joe Biden election Nature

La revue scientifique Nature apporte son soutien à Joe Biden contre Donald Trump qui "méprise les faits et la vérité"

Pour la troisième fois consécutive, la grande revue scientifique Nature prend parti pour un candidat à l’élection présidentielle américaine. Mercredi 14 octobre, le journal a annoncé son soutien à Joe Biden dans la course à la Maison Blanche. Dans un édito, elle descend en flamme Donald Trump,...

Donald Trump sortie hopital 5 octobre Covid 19 SaulLoeb AFP

[Élection US] Le système de santé, laissé aux mains du privé, montre ses limites avec la crise du Covid-19

Trois jours d'hospitalisation et une thérapie expérimentale… Le Président américain Donald Trump a reçu un traitement de choc pour faire face au coronavirus, estimé à quelque 100 000 dollars par le New York Times. Dans un pays où le système de santé est laissé aux mains du privé, le Covid-19 pèse...