Publié le 08 janvier 2021

POLITIQUE

Jean Castex annonce une accélération de la campagne vaccinale et vise une sortie crise à l’été

Un million de Français vaccinés d’ici la fin du mois de janvier. Tel est le nouvel objectif fixé par le Premier ministre Jean Castex. Après un début de campagne vaccinale critiqué pour sa lenteur, le nombre de citoyens éligibles à la vaccination va s’élargir au-delà des seuls Ehpad et soignants de plus de 50 ans. Pour le Premier ministre, la sortie de la crise épidémique est à envisager pour l’été prochain.

Jean Castex Ludovic MARIN POOL AFP
Jean Castex et Olivier Veran ont présenté l'évolution de la stratégie vaccinale le 7 janvier.
@LudovicMarin/Pool/AFP

Au cours des cinq derniers jours, 45 000 Français ont reçu le vaccin Pfizer-BionTech. Et il y en a eu au moins 25 000 de plus pour la seule journée du 7 janvier. L’accélération est franche par rapport aux premières heures hésitantes et (trop) prudentes de la campagne nationale. Mais il y a encore une grande pente à gravir pour atteindre un million de Français protégés d’ici la fin du mois de janvier, objectif répété à l’unisson par Jean Castex et Olivier Véran.

Avec l’engagement de cette trajectoire, "nous espérons sortir de la crise à l'échéance de l'été prochain", a déclaré Jean Castex qui "ne doute pas de notre succès collectif". Le gouvernement ne remet pas en cause le choix d’avoir priorisé dans un premier temps les populations fragiles en Ehpad,  qui représentent 1 % de la population mais un tiers des décès. "Nous avons décidé d'avancer ce que nous appelons la phase 2 de notre stratégie vaccinale qui ne devait démarrer qu'en février", explique le chef du gouvernement.

Accélération et simplification

Trois annonces majeures ont été dévoilées en ce sens. D’une part, les personnes âgées de plus de 75 ans pourront se faire vacciner dès le 18 janvier dans l’un des 300 sites de vaccinations installés en France, et qui seront 600 fin janvier. D’autre part, la France, qui reçoit 560 000 doses par semaine, va allonger le temps pour le rappel vaccinal de trois à six semaines. Plusieurs pays ont déjà fait ce choix. Enfin, le recueil des consentements, qui a été réalisé avec beaucoup de prudence auprès des personnes dépendantes, sera simplifié et accéléré pour le reste de la population.

"La vaccination est devenue la priorité numéro 1 de l'action du gouvernement", a assuré le Premier ministre qui tape du poing sur la table, visiblement très agacé par les multiples critiques venues en particulier du monde politique. "On ne peut pas, alors que le match vient de commencer et qu’il durera plusieurs mois, prétendre dès les premières minutes, que dis-je, dès les premières secondes, qu’il est déjà perdu ! On va y arriver calmement, mais sûrement !", martèle-t-il.

Des variants inquiétants

L’espoir vaccinal ne met malheureusement pas fin aux actions de ralentissement de l’épidémie, qui grève l’économie. Ainsi comme attendu, ni les restaurants, ni les bars, ni les équipements sportifs, ni les salles de spectacle ne rouvriront leurs portes le 20 janvier. Il faudra attendre "a minima" début ou mi-février. De plus, le couvre-feu à 20h en général et à 18h dans 15 départements de l’Est est maintenu. Dans les jours qui viennent, 10 autres départements devront être concernés par l’horaire avancé.

"La deuxième vague est toujours là", prévient Jean Castex. Ainsi, "il n'est pas question que nous baissions la garde dans les semaines à venir", a prévenu le Premier ministre. Précaution d’autant plus importante que deux nouveaux variants du virus sont apparus en Angleterre et en Afrique du Sud. Le premier serait 40 à 50 % plus contagieux que le virus originel. Quant au second, il commence à peine à être étudié mais une crainte pèse sur une efficacité réduite des vaccins actuels contre cette forme.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Manifestation climat Lyon 28 septembre NICOLAS LIPONNE HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

Loi climat : sept points chauds qui seront au cœur des débats à l'Assemblée Nationale

Un an et demi après le lancement de la Convention citoyenne pour climat, le projet de loi Climat et résilience, issu des propositions des 150 citoyens tirés au sort, débarque à l'Assemblée Nationale. À partir de ce lundi 29 mars et jusqu'au 18 avril, les députés seront chargés de statuer sur les 69...

Manifestation marche pour le climat paris Concepcion Alvarez

Un appel à marcher pour une "vraie" loi climat dimanche 28 mars

À la veille de l'examen de la loi Climat et résilience à l'Assemblée Nationale, les membres de la Convention citoyenne pour le climat et plus de 400 organisations organisent dimanche 28 mars une marche en faveur d'une "vraie" loi climat. Parallèlement, 225 personnalités politiques ont publié le 26...

IStock Chinnapong code environnement

La création d'un "Défenseur de l’environnement" pourrait être inscrite dans la loi Climat et Résilience

Alors que la préservation de l'environnement devient omniprésente dans les débats à travers l'étude de la future loi climat et résilience, l'objectif est parallèlement de pouvoir garantir le respect et la compréhension des mesures à venir. Dans ce but, le gouvernement étudie la mise en place d'un...

Assemblee nationale hemicycle plein vue panoramique

Referendum : l'Assemblée Nationale veut "garantir" la protection de l'environnement dans l’article 1er de la Constitution

La tenue du référendum pour "garantir" la protection de l'environnement dans l'article 1er de la Constitution vient de franchir une nouvelle étape. Sans surprise, l'Assemblée Nationale a voté le 16 mars en faveur du projet de loi. Mais rien n'est encore gagné : le Sénat doit encore valider l'article...