Publié le 18 mars 2020

POLITIQUE

Coronavirus : et si on fermait les bourses pour éviter le krach…

Face à la propagation implacable du coronavirus, un mouvement de panique a saisi les Bourses mondiales. Le CAC 40 a ainsi perdu 40 % de sa valeur depuis le début de la crise. Pour l'enrayer, l'hypothèse d'une fermeture pure et simple des marchés financiers commence à être évoquée, même si autorités et opérateurs rejettent pour l'instant cette idée.

Wall street bourse TheaDesign
A Wall Street, l'idée de fermer les marchés makgré leur chute vertigineuse est inimaginable.
@TheaDesign

Aux États-Unis, des mesures exceptionnelles ont déjà été mises en place pour tenter de limiter l'affolement, dont les "coupe-circuits". Ce système prévoit que les échanges soient suspendus quinze minutes quand l'indice S&P 500 chute de plus de 7 %, le temps pour les investisseurs de reprendre leurs esprits. Il a déjà été utilisé trois fois au cours des six dernières séances.

Si l'indice qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street abandonnait 13 %, un deuxième arrêt de la même durée aurait lieu. S'il perdait 20 %, la séance serait suspendue. Mais certains voudraient que les autorités aillent plus loin et décident de complètement "débrancher les marchés".

"Cela fait déjà quelques jours en interne qu'on anticipe une éventuelle fermeture de marché", indique de son côté Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque. Si une telle décision était prise, elle viendrait plutôt des États-Unis où la chute continue des indices - le Dow Jones a déjà perdu plus de 25v % depuis mi-février - pourrait forcer la main des responsables politiques, avance-t-il.

Arrêt de quatre mois en 1914

Mais une fermeture de quelques jours, comme lors de la Grande crise de 1933 ou après les attentats du 11 septembre, ne résoudrait pas le problème, concède Christopher Dembik. La propagation de la pandémie, et toutes les incertitudes qu'elle génère, "ne va pas s'arrêter avant quelques semaines, et il est inimaginable d'être sur un scénario comme en 1914, où la Bourse de New York avait fermé pendant quatre mois et demi." Les principaux opérateurs écartent pour l'instant cette idée.

"Les marchés doivent continuer à fonctionner dans des périodes comme celles que nous traversons actuellement", a ainsi affirmé le patron de l'autorité américaine des marchés financiers (SEC), Jay Clayton, sur la chaîne CNBC lundi 16 mars. La patronne du New York Stock Exchange, la mythique place boursière de Wall Street, a aussi insisté lundi sur l'importance de continuer à vendre et acheter des actions.

"Même si nous avons tout à fait conscience des inquiétudes des investisseurs sur la chute des cours, et que nous y sommes sensibles, le marché ne fait que refléter les incertitudes auxquelles tout le monde fait face en ces jours difficiles", a écrit Stacey Cunningham, présidente du New York Stock Exchange,  sur Twitter. "Fermer les marchés ne modifierait pas les causes fondamentales de la baisse des cours, ne permettrait plus de refléter de façon transparente l'état d'esprit des investisseurs, et réduirait l'accès des investisseurs à leur argent", a-t-elle ajouté. Cela ne ferait "qu'alimenter l'anxiété".

Trading à haute fréquence

Par ailleurs, une fermeture des marchés "n'empêche pas les pertes" encaissées par les petits épargnants, "elle ne fait que les cacher en attendant que les marchés réouvrent." Il serait irresponsable de fermer le marché "à chaque fois qu'on n'aime pas la direction qu'il prend", avance de son côté Quincy Krosby, responsable de la stratégie des marchés chez Prudential Financial.

Si d'autres appellent à une limitation des ventes à découvert, qui permettent de parier sur la baisse des cours, elle plaide pour un examen plus minutieux du rôle du courtage à haute fréquence et tout automatisé. "L'ampleur et la rapidité des mouvements est si importante, à la hausse comme à la baisse, que beaucoup s'en plaignent", relève Quincy Krosby.

La Rédaction avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Gouvernement macron

Un casting gouvernemental multi-cibles : transition écologique, diversité et souveraineté

Difficile de décrypter le message d’un gouvernement où le principal fait nouveau est le changement radical sur l’éducation confiée à l’historien Pap Ndiaye. Pour le reste c’est un trio de femmes précédemment ministres (Élisabeth Borne, Amélie de Montchalin et Agnès Pannier-Runacher) qui doivent...

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...

Legislative nupes renaissance stephane de sakutin afp julien de rosa afp

Social et écologie, mots d’ordre des Législatives opposant la Renaissance d'Emmanuel Macron à l’alliance de la gauche, la NUPES

La cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron pour son second mandat a confirmé que la campagne des législatives aurait une tonalité différente de celle des Présidentielles, que la montée de l’extrême droite avait rivé sur la sécurité et de l’immigration. Dans son discours, le nouveau président a dit...

Emmanuel Macron election president Ludovic MARIN AFP

Quel président pour quelle France ? Les choix d’Emmanuel Macron restent flous

Emmanuel Macron a été réélu Président avec plus de 58 % des voix contre Marine Le Pen qui en a obtenu près de 41 %, soit huit points de plus qu’en 2017. La tonalité était au soulagement de ne pas voir l’extrême-droite accéder au pouvoir mais tous les commentateurs évoquaient les fractures, les...