Publié le 28 mai 2020

POLITIQUE

Epinglé par Twitter pour une fake news, Donald Trump menace de fermer les réseaux sociaux

Est-ce la fin de l'intouchabilité de Donald Trump sur Twitter ? Le réseau social vient d'épingler deux tweets du Président américain qui contenaient potentiellement des informations trompeuses. Jusqu'ici Donald Trump, qui tweete 29 fois par jour en moyenne, n'avait jamais été inquiété par la plateforme alors qu'il a plusieurs fois dépassé les limites. Très énervé, le président a menacé de fermer les réseaux sociaux.

Donald Trump Whitehouse
Le Président américain, très présent sur Twitter, a menacé de fermer les réseaux sociaux.
@WhiteHouse

C’est le réseau social préféré de Donald Trump. Le Président américain, qui cumule 80 millions de followers, tweete en moyenne 29 fois par jour depuis le début de l’année. Mais la Lune de miel pourrait bien être terminée. Hier, mercredi 17 mai, Twitter a, pour la première fois, apposé un message d’avertissement sous deux tweets présidentiels. "Vérifiez les faits !", était-il écrit en dessous d’un tweet de @realDonaldTrump qui évoquait les votes par correspondance. Alors que des millions d’Américains envisagent cette option en pleine épidémie de Covid-19, Donald Trump martèle que ce système favorise la fraude électorale. 

Vérifiez les faits twitter

 

"Ces Tweets contiennent des informations potentiellement trompeuses sur le processus électoral et ont été signalés pour fournir du contexte additionnel au vote par correspondance", a justifié un porte-parole de Twitter. Mais en pleine campagne présidentielle, le président a vu rouge. "Twitter s’immisce désormais dans l’élection présidentielle de 2020. Ils disent que ma déclaration sur les bulletins de vote par correspondance, qui conduira à une corruption et une fraude massive, est incorrecte, sur la base d’une vérification des faits par ‘Fake News CNN’ et ‘Amazon Washington Post’. Twitter étouffe complètement la liberté de parole et, en tant que président, je ne le permettrai pas !", a écrit le président dans une série de Tweets. Avant de menacer de "fermer" ou "réglementer fortement" les réseaux sociaux en guise de représailles.

Un décret mystère pour contraindre les réseaux sociaux 

Il faut dire que Twitter, terrain de jeu de Donald Trump, n’avait jamais inquiété le Président jusqu’ici. L’homme d’affaires a pourtant de nombreuses fois dépassé les limites. Il y a encore quelques jours, il a accusé un animateur de la chaîne MSNBC, Joe Scarborough, du meurtre de son assistante parlementaire, Lori Klausutis, décédée en 2001. Son mari a envoyé une lettre au patron de Twitter Jack Dorsey pour qu’il supprime les tweets mensongers de Donald Trump. Malgré cette situation, Jack Dorsey a estimé que ces tweets ne "violaient pas les règles" du réseau. Mais la politique de Twitter semble avoir changé. Et Donald Trump n’y est plus intouchable.

S’il paraît impossible que le Président ferme les réseaux sociaux, l'hôte de la Maison Blanche a signé le 28 mai un décret censé réguler la section 230 du "Communications Decency Act", une loi de 1996, pilier du fonctionnement des plateformes numériques. Elle offre à Facebook, Twitter, Youtube ou Google une immunité contre toute poursuite judiciaire liée aux contenus publiés par des tiers et leur donne la liberté d'intervenir sur les plateformes à leur guise. Le décret modifierait le champ d'application de cette loi et permettrait aux autorités de régulation de se prononcer sur les politiques de modérations des contenus.

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Jacinda ardern MICHAEL BRADLEY AFP

Jacinda Ardern, Première ministre néo-zélandaise emblème d'une politique alternative, démissionne

Le parcours de Jacinda Ardern, la Première Ministre néo-zélandaise, aura cassé tous les codes politiques depuis le début. Élue par surprise en 2017 à 37 ans, elle aura dirigé le pays pendant six ans en assumant maternité, empathie avec la population, attitude exemplaire lors des attentats de...

Assaut contre les batiments du Congres de la Cour supreme et du palais presidentiel Brasilia janvier 2023 EVARISTO SA AFP

La prise éphémère des symboles démocratiques de Brasilia incarne les nouvelles batailles de l’extrême droite

Pendant quatre heures dimanche, les partisans de Jair Bolsanaro ont rejoué la prise du Capitole sous d’autres latitudes. Couverts de drapeaux brésiliens, ils ont pris d’assaut la place des Trois pouvoirs construite par Oscar Niemeyer, vandalisant au passage le Congrès, la Cour Suprême et le palais...

Montage photos tondelier ciotti bompard marseille dec 2022 AFP

Les changements à la tête de quatre partis politiques feront-ils plus de place à l'écologie dans le débat public ?

Quatre nouveaux dirigeants de partis politiques ont été désignés ce week-end. Élus par des militants, comme Marine Tondelier pour EELV et Eric Ciotti pour les Républicains ou désignés par les instances de leurs partis comme Manuel Bompard qui remplace Jean-Luc Mélenchon à la tête de la France...

Eva Kaili Parlement europeen CCO

Qatar 2022 : la compétition sportive n’a pas dissipé le parfum de corruption qui flotte jusqu’au Parlement européen

Les appels au boycott se sont taris face aux matches de football mais la corruption dénoncée depuis l’attribution de la Coupe du Monde poursuit ses ravages. Elle est à l’origine de l’interpellation de la vice-présidente grecque du Parlement européen vendredi. Eva Kaili, du parti S&D, s’était...