Publié le 15 septembre 2020

POLITIQUE

En plein débat sur la 5G, un rapport affirme l'absence d'effets néfastes des ondes sur la santé

Alors qu'Emmanuel Macron apporte tout son soutien à la 5G malgré la demande de moratoire d'élus de gauche et écologistes, un rapport sur le sujet vient d'être remis au gouvernement. Il assure l'absence d'effets néfastes des ondes sur la santé. Mais cela ne devrait pas suffire au mouvement d'opposition qui croît en France. 

5G smartphone
Les enjeux ne sont pas seulement environnementaux, le gouvernement défend une question de souveraineté et d’indépendance.
CC0

Alors que le débat sur la 5G fait rage, ravivé par le chef de l’État qui a comparé les anti-5G à des Amish qui prônent un "retour à la lampe à huile", un rapport sur cette technologie, établi par le Conseil général de l'environnement et du développement durable, l'Inspection générale des affaires sociales, l'Inspection générale des finances et le Conseil général de l'économie, vient justement de lui être remis.

Il porte sur les effets sur la santé des ondes. Les auteurs soulignent qu’"il n'existe pas, selon le consensus des agences sanitaires nationales et internationales, d'effets néfastes avérés à court terme, en dessous des valeurs limites d'exposition recommandées". Ils s'appuient sur "un grand nombre" d'études publié sur le sujet depuis 1950.

Un moratoire défendu par la Convention citoyenne pour le climat

"Les éventuels effets de long terme, cancérogènes ou non, difficiles à mettre en évidence, sont à ce stade, pour l'essentiel, non avérés selon les mêmes agences nationales et internationales", ajoutent-ils. Ce rapport constitue un nouveau point d’appui pour le gouvernement qui compte "prendre le tournant de la 5G" alors que 70 élus de gauche et écologistes ont demandé, le 14 septembre, un moratoire sur le déploiement de cette technologie.

Cette mesure faisait partie des 149 propositions émises par la Convention citoyenne pour le climat. Or, Emmanuel Macron avait indiqué qu’il retiendrait l’ensemble de ces mesures, à l’exception de trois d’entre elles, sans citer la 5G. Les 150 citoyens tirés au sort proposaient notamment d'"accompagner l'évolution du numérique pour réduire ses impacts environnementaux" et demandait "un moratoire sur la mise en place de la 5G en attendant les résultats de l'évaluation de la 5G sur la santé et le climat". L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) doit rendre un rapport sur ce sujet en 2021. 

Une question de souveraineté

Mais la secrétaire d'État à l'Économie, Agnès Pannier-Runacher, avait quelques jours plus tard annoncé que les enchères pour attribuer les premières fréquences, prévues en septembre, seraient bien lancées, fermant ainsi la porte à cette demande de moratoire. Et le secrétaire d’État au numérique, Cédric O vient d’enfoncer le clou dans une interview au Monde ce 15 septembre que "la France doit accélérer sur la 5G". Pourtant, selon l’association Shift Project, le déploiement de la 5G équivaudrait à une augmentation équivalente à 2 % de la consommation d’électricité du pays. Mais les enjeux ne sont pas seulement environnementaux, le gouvernement défend une question de souveraineté et d’indépendance.   

"C'est indispensable que nous déployions la 5G. On ne va pas faire ce cadeau à nos adversaires ou à nos rivaux économiques de prendre du retard sur le déploiement de la 5G", a ainsi indiqué le ministre de l’Économie Bruno Le Maire sur France 2. "Ce serait une erreur dramatique pour le pays. Ça nous priverait d'avancées en matière médicale, de gestion des flux d'énergie, de gestion des transports", a-t-il défendu.

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Boycott produits francais au Koweit YasserAlZayyat AFP

Appels au boycott contre la France : une arme de guerre économique utilisée sur des cibles mouvantes

Le boycott de produits de consommation est une nouvelle fois utilisé pour des raisons politiques. Cette fois il l’est contre les produits français dans des pays musulmans afin de protester contre la position d’Emmanuel Macron sur les caricatures de Mahomet de Charlie Hebdo. Le pouvoir de dire non...

La traversee de Paris 1

[À l’origine] Le couvre-feu, du Moyen-Age à aujourd’hui : l'histoire d'un passé douloureux

Pour la première fois en France, un couvre-feu a été imposé pour des raisons sanitaires. 46 millions de Français sont concernés. Si, à l'origine, le couvre-feu était utilisé au Moyen-Âge dans un sens littéral, en éteignant les feux de cheminées la nuit pour éviter les incendies, il évoque...

Jean castex covid 19

Covid-19 : Jean Castex met 46 millions de Français sous couvre-feu

Face à l'évolution "rapide et préoccupante de l'épidémie", Jean Castex vient d'étendre le couvre-feu de 21 heures à six heures du matin dans 38 départements supplémentaires pour un total de 54. 46 millions de Français sont désormais concernés. Les effets ne seront visibles que dans deux à trois...

Hommage Samuel paty ChristopheArchambault AFP 01

Après l’assassinat de Samuel Paty, la haine sur les réseaux sociaux devient la cible prioritaire du gouvernement

Le lynchage de l’enseignant Samuel Paty sur les réseaux sociaux a conduit à son assassinat. Le Premier ministre veut créer un délit "de mise en danger par la publication de données personnelles" sur Internet. Une nouvelle loi qui remplacera la loi Avia sur la haine en ligne, censurée par le Conseil...