Publié le 16 mars 2020

POLITIQUE

Emmanuel Macron déclare la "guerre" au coronavirus et mobilise 300 milliards d’euros pour l’économie

"C’est la guerre", a répété à l’envi le Président de la République pour justifier de nouvelles mesures de contrôle des déplacements des Français, alors que la diffusion du Coronavirus est exponentielle dans la population. Au-delà de l'impact sanitaire, Emmanuel Macron s'est également attaqué à la crise économique assurant qu’aucune entreprise ne sera laissée en difficulté.

Emmanuel Macron coronavirus confinnement Elysee
Lundi 16 mars, EMmanuel Macron a annoncé une restriction de la liberté de déplacement des Français pour ralentir la propagation du coronavirus.
@Elysée

Lundi 16 mars, l’épidémie de Coronavirus a continué sa forte progression avec 20 % de malades en plus à 6 633 personnes touchées et 16 % décès supplémentaires avec 148 cas. Face aux incivilités de certains Français, qu’on a vu s’agglutiner dans des parcs et dans les magasins d’alimentation, le Président de la République a décidé de renforcer les mesures de contrôle des déplacements des citoyens, alors que la fermeture des établissements scolaires et des commerces non essentiels a déjà été annoncée.

"Nous sommes en guerre, en guerre sanitaire. Nous ne luttons ni contre une armée, ni contre une autre nation. Mais l'ennemi est là, invisible, insaisissable, qui progresse. Et cela requiert notre mobilisation générale", a déclaré le Président français. Même s’il n’a pas parlé de confinement comme l’ont fait nos voisins italiens et espagnols, il annonce qu’à partir de mardi 17 mars à midi seuls les déplacements "strictement nécessaires" seront autorisés.

Au rang des exceptions, il compte les déplacements "pour se soigner", "faire ses courses, faire de l'exercice ou aller au travail quand le travail à distance n'est pas possible". Il précise que des amendes seront délivrées par les forces de l’ordre en cas de non-respect de ces restrictions, qui doivent durer au moins 15 jours.

Rassurer les banques

Après l’aspect sanitaire, Emmanuel Macron a insisté sur le soutien économique aux entreprises. Alors que le gouvernement à déjà mobilisé environ 30 milliards d’euros pour financer en particulier le chômage partiel, il annonce désormais que l’État mobilise "une garantie des prêts bancaires accordés aux entreprises à hauteur de 300 milliards d'euros". Comprendre : l’État pousse les banques à offrir facilement des prêts aux entreprises en difficulté, sachant que ceux-ci seront couverts par un pécule considérable.

En plus de cela, le chef de l'État a annoncé "un dispositif exceptionnel de report de charges fiscales et sociales, de soutien ou report d'échéances". "Aucune entreprise ne sera livrée au risque de faillite. Pour les plus petites d'entre elles qui seraient en difficulté, tant que la situation durera, elles n'auront rien à débourser, ni pour les impôts, ni pour les cotisations sociales", ajoute le Président. Il promet même la "suspension des factures d'eau, de gaz ou d'électricité ainsi que les loyers".

À l’instar de l’ensemble de l’Europe, la France décide de bafouer toute orthodoxie budgétaire pour éviter une chute de l’économie réelle au moment où les marchés financiers dévissent totalement. Enfin, sans surprise, il a été annoncé que le second tour des élections municipales prévu ce dimanche est reporté après un premier tour qui a présenté un taux d’abstention record. Il a également précisé s’être entretenu avec ses homologues européens. Ensemble, ils se sont entendus pour fermer les frontières extérieures de l’Union européenne pour une durée de 30 jours.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Academie des futurs leaders Davood Maeili

Alice Barbe, cofondatrice de l’Académie des futurs leaders : "La politique ce n’est pas gouverner, c’est servir"

Qui veut encore entrer en politique ? Peu de personnes, toutes les mêmes en tout cas, sorties de grandes écoles et du même moule alors même que des entrepreneurs sociaux, des activistes pourraient se lancer. Pour rétablir des ponts entre ces agitateurs de la société civile et la politique, Alice...

Boris johnson NIKLAS HALLE N AFP

Johnson après Trump, les populistes à mèche blonde vont-ils lâcher le pouvoir dans les démocraties qu’ils épuisent ?

La démission de 45 membres de son gouvernement a acculé Boris Johnson à la démission. Il avait réussi à rester au pouvoir malgré les scandales des "partygate", ses vérités alternatives, ses remises en cause des engagements du traité post-brexit, son plan de transfert des migrants vers le Rwanda… Il...

Elisabeth borne discours de politique generale BERTRAND GUAY AFP

Élisabeth Borne défend sa "radicalité écologique" sans décroissance et avec nationalisation d’EDF

Dans son discours de politique générale, la Première Ministre, Élisabeth Borne, a engagé la bataille des mots pour le climat. Elle a revendiqué une "radicalité écologique", terme jusqu’ici utilisé dans les cercles engagés tout en refusant la "décroissance". Elle a donné très peu d’éléments concrets...

Ministre transition ecologique christophe bechu Geoffroy VAN DER HASSELT AFP

Remaniement : Christophe Béchu prend les rênes d’un ministère de la Transition écologique rétrogradé

Christophe Béchu, ex-LR, remplace Amélie de Montchalin à la tête du ministère de la Transition écologique. Maire d’Angers il tranche avec le profil technocrate de sa prédécesseure. Reste à savoir quel sera son cap alors que la feuille de route n’est pas définie, rendant encore plus brumeux ce...