Publié le 10 juillet 2020

POLITIQUE

[Effet post Covid] L’hécatombe dans les pays dirigés par des populistes ne suffit pas à les faire tomber

A eux trois, les États-Unis, le Royaume Uni et le Brésil comptent 250 000 morts du coronavirus au 7 juillet. Ce décompte macabre témoigne des risques que font courir à leur population les dirigeants populistes de ces pays en traitant le virus par le mépris. Si Jair Bolsonaro et Boris Johnson sont tombés malades, Donald Trump continue à bénéficier d’une protection qu’il attribue à l’hydroxychloroquine. S’ils ont perdu la confiance d’une partie croissante de leur population, ils gardent un socle d’inconditionnels. 

Collage Johnson Trump Bolsonaro CCO
Boris Johnson, Premier ministre du Royaume-Uni, Donald Trump, Président des États-Unis, et Jair Bolsonaro, Président du Brésil.
@CCO

Et de deux, Jair Bolsonaro, le président brésilien, est désormais atteint du coronavirus tout comme Boris Johnson il y a quelques semaines. Avec Donald Trump ils forment le trio de dirigeants populistes qui ont préféré traiter le virus par le mépris, rejetant le port du masque et serrant ostensiblement les mains des uns et des autres. Cette absence d’exemplarité explique en grande partie leur terrible bilan : 250 000 morts et au moins 5 millions de personnes contaminées.

Cette hécatombe aurait dû précipiter la chute des dirigeants populistes arrivés au pouvoir avec des slogans simples pour des problèmes complexes. "Faire le Brexit" pour Boris Johnson, "rendre sa grandeur à l’Amérique" pour Donald Trump, "Donner des armes aux Brésiliens" pour Jair Bolsonaro. Ces promesses simplistes sont d’autant moins tenues que la crise sanitaire et le désastre économique qui la suit constituent de nouveaux freins à leurs desseins. La contestation monte proportionnellement au nombre de morts. Manifestations aux États-Unis décuplées par le mouvement Black Lives Matter, défilés dans les rues brésiliennes, contestation du conseiller spécial de Boris Johnson Dominique Cummings, les trois populistes sortent très affaiblis de la crise du Covid-19 mais ils ne s’avouent pas vaincus.

Recherche de boucs émissaires

Persuadés que la meilleure défense c’est l’attaque, Donald Trump s’invente une menace des révolutionnaires "antifas", Boris Johnson demande à mettre plus de punch dans les négociations avec Bruxelles pour obtenir un accord de sortie dès juillet avec l’Union Européenne et, de plus en plus seul dans un gouvernement déserté, Jair Bolsonaro a même demandé en juin l’arrêt de la publication du bilan. Tout cela ne masque pas leur absence totale de crédibilité générée par leur mépris pour les considérations scientifiques.

Grâce au Covid-19, ils ne font plus illusion pour une part grandissante de leur population. Ils restent cependant soutenus par des fanatiques minoritaires mais déterminés, incapables d’admettre que la complexité de la crise actuelle nécessite d’avoir des dirigeants à la hauteur.

Ils n’ont pas perdu la partie pour autant. Tous trois doivent leur élection à des campagnes de propagande à base de diffusion massive de fakes news et de manipulations autour de boucs émissaires. La panique qui entoure la pandémie est un terrain très favorable aux campagnes des complotistes, à l’image de celles ciblant Bill Gates coupable d’avoir, avant tout le monde, alerté sur les risques de pandémie. Alors si les populistes ont perdu une manche avec le triste bilan du Covid-19, ils n’ont pas encore été défaits dans les urnes !

Anne-Catherine Husson-Traore @AC_HT_, directrice générale de Novethic


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

[Effet Post-Covid] La France et l’Europe soignent leur indépendance industrielle et technologique

Lorsque l’économie mondiale a commencé à ralentir, l’Europe et la France ont pris conscience de leur extrême dépendance aux chaînes d’approvisionnement et aux technologies étrangères. C’est une question de souveraineté pour le Vieux Continent qui a décidé de réagir en commençant par deux...

[Effet post-Covid] Les Français reviennent vers une alimentation bio et locale

Le confinement provoqué par le Covid-19 a eu l'effet d'un déclic pour nombre de citoyens qui se sont tournés vers une alimentation bio, voire locale. Les circuits courts ont profité de cette aubaine tout comme la grande distribution, qui, pendant le confinement, a fait la part belle aux...

[Effet post-Covid] L’investissement durable bénéficie d’un passeport d’immunité

On a pu craindre que la crise sanitaire fasse perdre de vue aux investisseurs les enjeux environnementaux et sociaux. C’est tout l’inverse ! Les fonds durables ont mieux résisté au choc et ont vu affluer les nouveaux investisseurs. La pandémie semble avoir accentué la tendance à...

[Effet post-Covid] L’Union européenne attrape le virus de la solidarité

Véritable serpent de mer de la construction européenne, la dette communautaire a refait son apparition pendant la crise du Covid-19. Surprise, cette fois l’idée semble vouloir prendre racine et marque une esquisse de solidarité budgétaire européenne. Toute la semaine, Novethic revient sur...

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Valerie Pecresse presidentielle JULIEN DE ROSA AFP

Valérie Pécresse, candidate de la droite républicaine, a une petite place pour l’environnement

Les militants des Républicains ont finalement désigné Valerie Pécresse comme candidate aux Présidentielles pour porter la voix de la droite républicaine. Mettant en avant une grande première, la désignation d’une femme pour mener la campagne d’un parti de gouvernement, la Présidente de la Région île...

Pays heureux

Finlande et Nouvelle-Zélande : la réussite de ces pays ringardise le PIB

Alors que de plus en plus de pays réfléchissent à faire évoluer leurs indicateurs de croissance, la Finlande et la Nouvelle-Zélande sont déjà passées à l’acte. Elles évaluent leurs performances non plus seulement à l’aune de la croissance mais aussi du bien-être. Ce n’est donc pas un hasard si ces...

3 COO

3% de déficit : une règle d'or fixée un peu par hasard

La Commission européenne lance une consultation publique sur une hypothétique réforme du Pacte de stabilité et de croissance qui encadre les politiques budgétaires des États membres. Ce pacte a notamment érigé en règle d’or la limite d’un déficit public à 3% du PIB. Mais comment et sur quels...

Mesures fiscales cco

La théorie du ruissellement défendue par Emmanuel Macron ne passe pas l’épreuve des faits

Les réformes fiscales de 2018, dont la fin de l'impôt sur la fortune, devaient transformer les baisses de taxes des ménages les plus riches en investissements dans l’économie réelle. Mais un rapport de France Stratégie vient à l'encontre de cette théorie. Dans les faits, les réformes n’ont pas eu...