Publié le 08 juin 2021

POLITIQUE

[Édito] Régionales 2021 : la campagne qu’on aurait dû avoir

Dans quelques jours, les Français vont être appelés aux urnes pour décider des nouveaux Présidents de Régions pour les six années à venir. L’occasion de parler des grandes transformations de nos modèles économiques, énergétiques et sociaux, alors que les territoires sont au cœur de ces politiques. Mais, le débat est axé entièrement sur la sécurité.

Elections regionales 2021 Nicolas Guyonnet Hans Lucas Hans Lucas via AFP
Les élections régionales 2021 se tiendront les 20 et 27 juin.
@NicolasGuyonnet/HansLucas/AFP

À deux semaines du premier tour des élections régionales, il faut rappeler que les transports, les lycées, la formation professionnelle, l’aménagement du territoire, la gestion des fonds européens et le développement économique sont les compétences exclusives des Régions. Il serait donc cohérent que les candidats s’enflamment et que les médias les bombardent de questions sur les modes de transport et d’énergie qu’ils veulent promouvoir, sur la rénovation thermique des bâtiments scolaires ou sur l’utilisation des fonds européens dont la France est peu utilisatrice.

Ces derniers peuvent servir à financer le développement de l'Economie Circulaire et toutes sortes de projets durables. La Banque des Territoires, du Groupe Caisse des Dépôts (dont Novethic est une filiale), veut justement faciliter l'utilisation de ces fonds. Il s’agit de mettre à disposition des territoires 1 milliard d’euros. Ils sont clefs dans le développement régional et pourtant absents de la campagne.

Un espace médiatique saturé

Parler de tous ces thèmes permettrait de proposer aux électeurs de choisir entre des projets susceptibles de déclencher leur adhésion. Au contraire, la campagne des Régionales a saturé l’espace médiatique et politique de faits divers, de sentiment d’insécurité, de discours haineux dont on semble s’étonner qu’ils libèrent les discours racistes en tous genres.

La campagne du Rassemblement National a été menée par ses adversaires sans que la notion de sécurité soit même interrogée. Tous les Français veulent probablement autant de sécurité économique, sociale et environnementale que d’une sécurité liée à la présence policière et aux outils de surveillance. La tonalité actuelle des débats mène à priori, à en croire l’expérience passée, à une impasse : une abstention massive qui bénéficie aux extrêmes. Faut-il ajouter à la crise sanitaire, économique et sociale, une crise politique ?

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Academie des futurs leaders Davood Maeili

Alice Barbe, cofondatrice de l’Académie des futurs leaders : "La politique ce n’est pas gouverner, c’est servir"

Qui veut encore entrer en politique ? Peu de personnes, toutes les mêmes en tout cas, sorties de grandes écoles et du même moule alors même que des entrepreneurs sociaux, des activistes pourraient se lancer. Pour rétablir des ponts entre ces agitateurs de la société civile et la politique, Alice...

Boris johnson NIKLAS HALLE N AFP

Johnson après Trump, les populistes à mèche blonde vont-ils lâcher le pouvoir dans les démocraties qu’ils épuisent ?

La démission de 45 membres de son gouvernement a acculé Boris Johnson à la démission. Il avait réussi à rester au pouvoir malgré les scandales des "partygate", ses vérités alternatives, ses remises en cause des engagements du traité post-brexit, son plan de transfert des migrants vers le Rwanda… Il...

Elisabeth borne discours de politique generale BERTRAND GUAY AFP

Élisabeth Borne défend sa "radicalité écologique" sans décroissance et avec nationalisation d’EDF

Dans son discours de politique générale, la Première Ministre, Élisabeth Borne, a engagé la bataille des mots pour le climat. Elle a revendiqué une "radicalité écologique", terme jusqu’ici utilisé dans les cercles engagés tout en refusant la "décroissance". Elle a donné très peu d’éléments concrets...

Ministre transition ecologique christophe bechu Geoffroy VAN DER HASSELT AFP

Remaniement : Christophe Béchu prend les rênes d’un ministère de la Transition écologique rétrogradé

Christophe Béchu, ex-LR, remplace Amélie de Montchalin à la tête du ministère de la Transition écologique. Maire d’Angers il tranche avec le profil technocrate de sa prédécesseure. Reste à savoir quel sera son cap alors que la feuille de route n’est pas définie, rendant encore plus brumeux ce...