Publié le 08 juin 2021

POLITIQUE

[Édito] Régionales 2021 : la campagne qu’on aurait dû avoir

Dans quelques jours, les Français vont être appelés aux urnes pour décider des nouveaux Présidents de Régions pour les six années à venir. L’occasion de parler des grandes transformations de nos modèles économiques, énergétiques et sociaux, alors que les territoires sont au cœur de ces politiques. Mais, le débat est axé entièrement sur la sécurité.

Elections regionales 2021 Nicolas Guyonnet Hans Lucas Hans Lucas via AFP
Les élections régionales 2021 se tiendront les 20 et 27 juin.
@NicolasGuyonnet/HansLucas/AFP

À deux semaines du premier tour des élections régionales, il faut rappeler que les transports, les lycées, la formation professionnelle, l’aménagement du territoire, la gestion des fonds européens et le développement économique sont les compétences exclusives des Régions. Il serait donc cohérent que les candidats s’enflamment et que les médias les bombardent de questions sur les modes de transport et d’énergie qu’ils veulent promouvoir, sur la rénovation thermique des bâtiments scolaires ou sur l’utilisation des fonds européens dont la France est peu utilisatrice.

Ces derniers peuvent servir à financer le développement de l'Economie Circulaire et toutes sortes de projets durables. La Banque des Territoires, du Groupe Caisse des Dépôts (dont Novethic est une filiale), veut justement faciliter l'utilisation de ces fonds. Il s’agit de mettre à disposition des territoires 1 milliard d’euros. Ils sont clefs dans le développement régional et pourtant absents de la campagne.

Un espace médiatique saturé

Parler de tous ces thèmes permettrait de proposer aux électeurs de choisir entre des projets susceptibles de déclencher leur adhésion. Au contraire, la campagne des Régionales a saturé l’espace médiatique et politique de faits divers, de sentiment d’insécurité, de discours haineux dont on semble s’étonner qu’ils libèrent les discours racistes en tous genres.

La campagne du Rassemblement National a été menée par ses adversaires sans que la notion de sécurité soit même interrogée. Tous les Français veulent probablement autant de sécurité économique, sociale et environnementale que d’une sécurité liée à la présence policière et aux outils de surveillance. La tonalité actuelle des débats mène à priori, à en croire l’expérience passée, à une impasse : une abstention massive qui bénéficie aux extrêmes. Faut-il ajouter à la crise sanitaire, économique et sociale, une crise politique ?

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Legislatives Amelie de Montchalin Alain JOCARD AFP

Législatives : La canicule a dopé l’abstention, pas la place du climat dans une soirée électorale disruptive

La transition écologique version Emmanuel Macron est-elle terminée avant d’avoir commencé ? La défaite électorale de celle qui en avait la charge, Amélie de Montchalin, remet en cause un échafaudage considérablement fragilisé par le recul global du parti du Président de la République. La déclaration...

Legislative premier tour ludovic marin afp

Législatives 2022 : Victoire de l’abstention, défaite du climat

C’est un record sous la Vème République. L’abstention a dépassé les 52 %, une chute de participation qui s’inscrit dans une tendance de fond. La non-campagne législative n’aura pas soulevé les foules alors que les députés sont en première ligne dans la lutte contre le changement climatique. Si les...

Gouvernement macron

Un casting gouvernemental multi-cibles : transition écologique, diversité et souveraineté

Difficile de décrypter le message d’un gouvernement où le principal fait nouveau est le changement radical sur l’éducation confiée à l’historien Pap Ndiaye. Pour le reste c’est un trio de femmes précédemment ministres (Élisabeth Borne, Amélie de Montchalin et Agnès Pannier-Runacher) qui doivent...

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...