Publié le 16 juillet 2019

POLITIQUE

[Edito] François de Rugy, l’erreur de casting qui a enflammé l’attente de la société sur l’urgence écologique

Le choix de François de Rugy pour remplacer Nicolas Hulot devait apaiser les tensions à l’intérieur du gouvernement entre les plus et les moins engagés sur l’écologie. Mais loin de ce résultat, le passage de dix mois de l’homme au ministère n’a fait qu’attiser un feu qui s’est répandu dans la société civile. La solution pourrait venir d’une des secrétaires d’État et ministres du ministère - Brune Poirson, Emmanuelle Wargon et Élisabeth Borne – bien plus en phase avec l’attente des Français.

Gilets jaunes De rugy AlexisCornu HansLucas
François de Rugy n'a pas entendu l'attente sociale liée à l'urgence écologique.
@AlexisCornu/HansLucas

Le 4 septembre 2018, Emmanuel Macron et Édouard Philippe ont mis François de Rugy, député EELV et Président de l’Assemblée générale, à la tête du ministère de la Transition écologique et solidaire. Un choix par défaut pour remplacer un Nicolas Hulot qui avait quitté, non sans un certain dégoût, le gouvernement dénonçant un système dont il se sentait prisonnier. Le choix du député écologiste pour prendre la place de numéro 2 du gouvernement permettait d’avoir une personnalité plus "gérable", mais force est de constater que ce fut une erreur.

Il ne s’agit pas tant des révélations du journal Mediapart sur le train de vie dispendieux de l’homme et désormais des soupçons de fraudes concernant l’utilisation de son indemnité de député. Les enquêtes en cours diront si François de Rugy est coupable de quoi que ce soit. Mais le politique n’a jamais incarné l’attente écologique voulue par les Français. Aujourd’hui, le fait qu’il démissionne uniquement sur les allégations d’un journal prouve sa fragilité.

La première faute est que François de Rugy n’a pas été en mesure de répondre à l’attente de la population sur l’environnement, élan qui a fait suite au départ de Nicolas Hulot. Lorsque ce dernier expliquait qu’il fallait concilier "les fins du mois et la fin du monde", François de Rugy n’a pas entendu l’alerte sociale qui donnera naissance quelques mois plus tard à la crise des gilets jaunes.

Trois femmes qui montent

Dans la foulée, c’est sous son exercice que la France a connu la pétition la plus signée de l’histoire concernant l’inaction climatique du gouvernement. Elle a conduit à attaquer l’État en justice. François de Rugy n’est jamais parvenu à trouver les mots justes, saluant le projet et dénonçant la méthode. Il n’entendra pas non plus le cri venu de la jeunesse française qui viendra manifester à plusieurs reprises sous les fenêtres du ministère.

À toutes ces crises, les réponses viendront du Premier ministre mais aussi des Secrétaires d’État. Car c’est ce qui couvait depuis plusieurs mois aux yeux des observateurs : la montée en puissance des trois femmes qui semblent bien plus à leur affaire sur les sujets écologiques et environnementaux que le patron de l’Hôtel de Roquelaure. On a d’une part Brune Poirson qui est en front sur les sujets de l’économie circulaire et de la finance durable, d’autre part Emmanuelle Wargon très engagée sur la rénovation énergétique et la ministre des Transports Élisabeth Borne qui mène l’ambitieuse loi Mobilités.

En septembre dernier, en cherchant un remplaçant à Nicolas Hulot, le duo Macron-Philippe avait fait le tour de la société civile et politique pour trouver un profil adéquat en vain. A posteriori, nos deux chasseurs de têtes ont sans doute laissé passer l’opportunité de nommer Pascal Canfin, alors patron du WWF France. Médiatique, ayant un pied dans la politique et un autre dans la société civile, il aurait fait un pont entre ce gouvernement et l’élan écologiste de la population. Mais la fenêtre de tir est refermée. Celui-ci est désormais à la tête de la Commission Environnement du Parlement européen, après s’être engagé dans la calamiteuse campagne de Nathalie Loiseau (LREM).   

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Justin Godart le general Sarrail et le medecin inspecteur Ruotte devant l ambulance

[À l’origine] Le ministère de la santé, en première ligne face au Coronavirus, né de l’hygiène publique et de la guerre

Depuis plusieurs semaines, le ministère de la Santé tient le compte des malades et des morts en France des suites de l’épidémie de Coronavirus. Et il martèle aux Français de rester de chez eux et de respecter les gestes barrières. Ce ministère, sous sa forme actuelle, existe dans tous les...

Antonio Guterres Onu Onu

Coronavirus : des pays en guerre préparent des cessez-le-feu pour lutter contre la pandémie mondiale

C’est désormais la planète entière qui fait face à l’épidémie de Coronavirus. À tel point que, répondant à un appel du secrétaire général des Nations unies, plusieurs pays ravagés depuis des années par les confits vont cesser les combats pour lutter contre le virus.

Conseil europeen 26 mars Charles Michel EU

Les Corona Bonds, pour aider les pays européens en difficulté, sèment la discorde entre les États-membres

L’idée d’une dette commune des États membres a refait surface dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19. Promus par les pays du Sud de l’Europe, notamment l’Italie, les Corona Bonds ont cependant été rejetés par les pays du Nord, dont l’Allemagne, qui rejettent tout principe de...

Coronavirus assurance catastrophe sanitaire

Coronavirus : les assureurs vont devoir s’engager à couvrir les futures catastrophes sanitaires

Les assureurs, un temps pointés du doigt pour leur manque d'engagement dans la crise du Coronavirus, viennent d'annoncer verser 200 millions d'euros au fonds de solidarité pour les entreprises en difficulté. Si le gouvernement salue son geste, il demande, avec les fédérations d'entreprises, que les...