Publié le 22 janvier 2021

POLITIQUE

[Édito] En pleine pandémie, lançons la France vers l’espace et l’informatique quantique

Le Président de la République vient d’annoncer deux plans ambitieux : l’un sur le spatial notamment pour développer le moteur d’Ariane 6, l’autre sur l’informatique quantique. Ces deux enveloppes de 500 millions et 1,8 milliard d’euros permettent de rendre la France plus que crédible dans ces deux courses technologiques qui vont révolutionner nos modes de vie, et ouvrir des perspectives qu’on ne peut qu’entrevoir aujourd’hui.

Decollage Ariane 5 en Guyane
Décollage d'une Ariane 5 en Guyane.
@ArianeGroup

Nos perspectives sont sombres. Le Coronavirus mute et son variant anglais, ultra-contagieux, nous a poussé à un couvre-feu à 18h. Alors que nous commençons à peine à nous y habituer, un nouveau confinement semble être inévitable dans les jours qui viennent. Olivier Véran, ministre de la Santé, nous met en garde dans tous les médias jusqu’au 20h de TF1 hier soir. "On souhaite donner sa chance au couvre-feu ( …) mais nous pourrions être amenés à prendre des mesures supplémentaires", prévient-il.

Ces annonces usent le mental. Et, tant que la campagne vaccinale n’aura pas permis une couverture suffisante de la population, nous serons soumis à ces "stop and go", ne permettant pas de se projeter au-delà de quelques semaines. Il faut nous forcer à voir à plus long terme ! Et, justement, au mois de janvier, deux horizons réjouissants se sont ouverts à 10 ou 15 ans.

Le premier date du 12 janvier, Emmanuel Macron s’est rendu sur le site d'ArianeGroup dans l'Eure. "La France doit continuer à être un grand pays du spatial", a-t-il lancé, annonçant dans le cadre du plan de relance, une enveloppe de 500 millions d'euros. 15 millions seront consacrés à l’accélération de Prometheus. Ce moteur de nouvelle génération permettra de développer des fusées plus économe et réutilisable. De quoi permettre à la future Arianne 6 de venir jouer dans l'orbite de Space X ou Blue Origin.

Dans le trio mondial

Le second projet est encore plus important. Le 21 janvier, Emmanuel Macron s’est rendu à l’université de Paris-Saclay pour annoncer un plan majeur de 1,8 milliard d’euros sur cinq ans pour l’informatique quantique. Une fois n’est pas coutume ce montant est supérieur à ce qu’espérait le secteur. L’informatique quantique est la promesse de nouveaux ordinateurs qui rendront obsolètes la puissance de calcul de nos meilleurs supercalculateurs, de capteurs d’une finesse inégalée et de systèmes de communication inviolable.

"Le quantique est un domaine qui sera à l'origine de très fortes transformations, y compris économiques, et sur lequel, si nous ne sommes pas positionnés dans les cinq à dix prochaines années, il y aura un enjeu majeur de perte de souveraineté", assure l’Élysée. Et le plan français est à la hauteur de l’ambition d’être dans "le trio de tête mondial", comme le veut le Président. Ainsi, si la Chine est presque hors-jeu avec un plan à 10 milliards de dollars, l’Allemagne a aligné 2 milliards d’euros et les États-Unis 1 milliard de dollars (juste pour l’État fédéral sans compter les efforts privés des géants de l’informatique).

Alors que la France n’a pas du tout gagné la course aux vaccins, et qu’elle a été timide en ce qui concerne l’hydrogène ou l’intelligence artificielle, ces deux nouveaux projets ont de quoi renouer avec l’espoir dans le progrès technologique. Dans les années 70 et 80, le premier Airbus, l’A300, le premiers TGV et les premiers réacteurs nucléaires ont ancré le pays dans la modernité du XXe siècle. L’informatique quantique, le spatial et la fusion nucléaire avec Iter à Cadaraches (dont l’assemblage du réacteur a été initié à l’été 2020) doivent maintenant lancer notre vieux pays et notre vieux continent dans le XXIe siècle.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Constitution @Erasoft24 Creative Commons

L'intégration de la protection de l'environnement dans la Constitution est menacée... et ce n’est pas si grave

La tenue d'un référendum pour intégrer la préservation de l'environnement dans l'article 1er de la Constitution était l'une des propositions phares de la Convention citoyenne. En votant un texte différent de celui de l'Assemblée nationale le 10 mai, le Sénat éloigne la possibilité d'organiser le...

Macron devant les 150 citoyens de la CCC elysee

Référendum sur le climat : une bataille s’engage entre l’Élysée et le Sénat

D’ici la fin de l’année, l’Élysée veut organiser un référendum. Il s’agit d’inscrire dans la Constitution le fait que la France garantisse la protection de l’Environnement. Mais le Sénat rejette le verbe "garantir" jugé trop contraignant et lui préfère le verbe préserver. Impossible selon des...

IStock @SomeMeans Chine Europe

Ouïghours : l'Union européenne suspend les discussions avec la Chine sur l'accord d'investissement

L'Europe durcit sa position sur la situation des Ouïghours en Chine. La Commission a mis entre parenthèses début mai la ratification d'un accord sur les investissements avec la Chine dans un contexte d'escalade des tensions entre les deux blocs. Alors que l'Europe a déjà appliqué des sanctions en...

Liquidation ACHT

[Édito] Les territoires, négligés par la bataille électorale des Régionales, ont besoin d’un avenir durable

L’agitation politique autour des élections régionales s’accroît, mais la relance des territoires oubliés reste peu évoquée. Pourtant, c’est une condition importante pour redonner du souffle à l’économie française. 70 % de la population y vit alors qu’elle capte moins de 20 % de la croissance. Du...