Publié le 20 mars 2020

POLITIQUE

[Édito] Coronavirus : gagner la guerre

Nous allons gagner la guerre contre le coronavirus. C'est inéluctable. Et plus la population se mobilisera en masse, plus cela ira vite. Cela signifie qu'il faut d'ores et déjà penser au jour d'après, quand nous devrons relancer l'économie, l'industrie, la finance pour savoir comment nous devons les rebâtir. Et ce n'est pas une question de dirigeants mais une une question collective. 

Macron coronavirus guerre LudovicMarin AFP
Lundi 16 mars, Emmanuel Macron a affirmé que nous étions en guerre contre le coronavirus.
@LudovicMarin/AFP

Dans son excellent roman de fantasy "Gagner la guerre", Jean-Philippe Jaworski raconte l’histoire du spadassin Benvenuto Gesufal. À l’issue d’un terrible conflit au cours duquel il se retrouve emprisonné - confiné – un long moment, ce soldat revient en République de Ciudalia et découvre qu’une fois la guerre gagnée, la bataille n’est pas finie… Quand Emmanuel Macron a annoncé à la nation lundi 16 mars que nous étions en guerre, c’est à ce roman que j’ai pensé.

Dans cette œuvre incontournable, notre anti-héros se retrouve pris dans mille intrigues malsaines ouvertes à l’occasion de cette guerre. La nouvelle paix est le champ de bataille de familles nobles prêtes à s’élever en s’appuyant sur le cadavre de leurs rivales. Dans une certaine mesure, nous sommes tous Benvenuto et nous allons tous devoir prendre part à ce nouveau monde, annoncé par Emmanuel Macron, Bruno Le Maire et bien d’autres, une fois la pandémie dépassée.

Relever le monde ou le détruire

Quel sera ce monde ? Le Coronavirus a révélé la fragilité de nos modèles. La fragilité de nos industries dont les chaînes d’approvisionnement mondialisées ont été brutalement coupées. La fragilité de notre économie qui n’a aucune résilience. La fragilité de notre finance qui s’effondre et, selon des experts, cède à la panique. La fragilité de la solidarité européenne et de son modèle. Sans oublier notre fragilité sociale, alors que les travailleurs les plus modestes (livreurs, caissières, infirmières…) sont surexposés à la contamination, sans compter le cas des SDF pour qui le confinement est une abstraction.

Pourtant, déjà certains me disent que lorsque nous aurons gagné la guerre, dans quelques semaines, quelques mois, tout repartira de plus belle. Qu’il ne faut pas s’inquiéter pour les marchés qui redémarreront sur les chapeaux de roues, ni pour la production industrielle qui fera vite oublier les pollutions atténuées en Chine et dans le nord de l’Italie. D’autres sont prêts à abattre le capitalisme et à détruire la mondialisation. Ceux-là voient dans le coronavirus "le grand soir" tant attendu, au point de se réjouir de l’épidémie d’une façon malsaine.

La pandémie et le ralentissement imposé à la planète doivent être l’occasion pour nous tous de repenser un capitalisme responsable et une mondialisation raisonnée. Ces questions ne concernent pas que nos dirigeants mais tout le monde que ce soit dans sa manière de travailler, sa manière de consommer, sa manière d’œuvrer pour le bien. D’autant plus qu’une fois la bataille gagnée, ce qui est une issue certaine, nous devrons pleurer des morts, mais aussi prendre en charge des centaines de faillites d’entreprises et de nouvelles populations mises conséquemment en situation d’extrême fragilité.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Mario Centeno Eurogroup Conseil europeen

Les ministres des finances européens peinent à faire front commun contre le coronavirus

Ils ont passé la nuit à négocier sur des dispositifs de soutien à l’économie, sans succès. Les ministres des Finances européens, réunis dans l’Eurogroupe, n’ont pas encore réussi à s’accorder sur un plan commun. L’idée d’une dette commune, émise notamment par la France, demeure un point...

Coronavirus : les assureurs appelés à s'engager de plus en plus dans l'effort de solidarité nationale

Alors qu'ils viennent de verser 200 millions d'euros dans le fonds de solidarité dédié aux entreprises en difficulté et que les initiatives se multiplient comme la Maif qui va reverser 100 millions d'euros à ses abonnés, le gouvernement appelle le secteur à aller plus loin. Les entreprises et...

Bruno Le Maire Coronavirus EricPiermont AFP

Coronavirus : l'étau se resserre sur le versement des dividendes des grandes entreprises

Le ministre de l’Économie recommande aux entreprises de ne pas verser de dividendes lorsqu’elles ont recours au chômage partiel. Une préconisation un peu plus forte que celle qu’il avait formulée quelques jours plus tôt. De son côté, l’association des grandes entreprises demande à ses adhérents de...

Justin Godart le general Sarrail et le medecin inspecteur Ruotte devant l ambulance

[À l’origine] Le ministère de la santé, en première ligne face au Coronavirus, né de l’hygiène publique et de la guerre

Depuis plusieurs semaines, le ministère de la Santé tient le compte des malades et des morts en France des suites de l’épidémie de Coronavirus. Et il martèle aux Français de rester de chez eux et de respecter les gestes barrières. Ce ministère, sous sa forme actuelle, existe dans tous les...