Publié le 16 juillet 2019

POLITIQUE

Démission de François de Rugy : un passage éclair et peu convaincant au ministère de la Transition écologique

Il est resté dix mois à la tête d'un ministère plombé par les manifestations des Gilets jaunes, l'Affaire du siècle et la mobilisation des jeunes pour le climat. François de Rugy démissionne après un passage éclair qui n'a pas su convaincre. Le choix de son remplacement sera difficile pour Emmanuel Macron qui doit pourtant gagner en crédibilité sur l'écologie après le score des Verts aux élections européennes. 

François de Rugy, numéro 2 du gouvernement, a remis sa démission du poste de ministre de la Transition écologique et solidaire le 16 juillet après les révélations de Mediapart.
Elysée

Il n’aura pas tenu longtemps. François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire vient de présenter, ce 16 juillet en début d’après-midi, sa démission au gouvernement. Le timing était serré. Le numéro 2 du gouvernement s’apprêtait à présenter la loi énergie climat, un gros morceau pour lequel il était attendu de pied ferme par les sénateurs. Déclaration de l’urgence climatique et écologique, neutralité carbone à horizon 2050, baisse de 40 % de la consommation d’énergies fossiles d’ici à 2030… cette colonne vertébrale de la politique climatique gouvernementale ne pouvait être défendue par un homme affaibli.

"Je suis trop attaché à l’écologie à laquelle j’ai consacré tout mon engagement militant, pour accepter que notre action écologique soit affaiblie par des mises en causes personnelles incessantes", a déclaré le ministre dans un post Facebook annonçant sa démission. Au-delà des révélations de Médiapart, des dîners à base de homard et de grand cru, des travaux dans son logement de fonction aux frais du contribuable, François de Rugy a réalisé un passage éclair au ministère de l’écologie et n’a pas vraiment su convaincre.

Un ministre "macron-compatible" qui n'a pas pu s'imposer

Certes, il a eu la lourde tâche de succéder à Nicolas Hulot, ministre populaire qui a lâché le gouvernement critiquant un manque de cohérence et d’ambition. François de Rugy, un des seuls écologistes "Macron-compatible" devait prouver que l’écologie pragmatique, ne remettant pas en cause le système libéral et capitaliste, pouvait réussir. Mais il s’est heurté d’emblée aux manifestations des Gilets jaunes dont la taxe carbone a été le déclencheur. Cette taxe qu’il a dû suspendre pour calmer la mobilisation.

Bon gré mal gré, il a voulu reprendre la main avec le Grand débat national en mettant en avant les questions écologiques. Mais là aussi les critiques ont fusé. Pas de question sur l’alimentation durable, les déchets, une transition écologique conditionnée à la compétitivité économique… les experts ont dénoncé des formulations orientées qui n’ont, là aussi, pas su convaincre.

L'Affaire du siècle, un coup de massue

Le pire coup de massue a été porté par la mobilisation autour de l’Affaire du siècle. Alors que des marches pour le climat de plus en plus suivies ont éclaté partout en France, quatre ONG ont lancé une pétition pour dénoncer l’inaction climatique du gouvernement. En quelques semaines elle est devenue la pétition la plus populaire de l’histoire avec deux millions de signataires, accompagnée d’un recours contre l’État.

Bien sûr, il y a eu la loi sur l’économie circulaire portée par Brune Poirson ou celle sur la mobilité soutenue par la secrétaire d’État au Transport Elisabeth Born mais pendant des mois, François de Rugy n’a pas réussi à faire taire la contestation pour le climat attisée notamment par le mouvement des jeunes. Pire, fin juin, le Haut conseil pour le climat, instance pourtant créée par Emmanuel Macron a taclé les "actions insuffisantes" du gouvernement malgré des objectifs ambitieux.

Emmanuel Macron doit gagner en crédibilité écologique

"Tant que l’action en réponse au changement climatique restera à la périphérie des politiques publiques, la France n’aura aucune chance d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Pour cela, il faut que les mesures pour réduire les émissions deviennent une priorité nationale au cœur des décisions des acteurs public et privé", soulignait le rapport.

Avec la forte poussée des Verts aux élections européennes, Emmanuel Macron doit pourtant être crédible sur ce sujet. La prochaine étape pour le chef de l’État s’avère donc difficile : trouver un ministre de la Transition écologique et solidaire qui soit légitime et rassembleur. Mais qui s’identifie aussi à la ligne politique du gouvernement, le départ volontaire de Nicolas Hulot ayant laissé une terrible image quant à la capacité de ce ministère à pouvoir réellement changer la donne

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Elisabeth Borne remplace François de Rugy en tant que ministre de la Transition écologique et solidaire

C'est Elisabeth Borne, la ministre des Transports, qui récupère le ministère de la Transition écologique et solidaire. Celui-ci avait présenté sa démission du gouvernement hier, moins d’une semaine après une série de révélations de Médiapart sur son train de vie. S'il se déclarait jusqu'à...

L'affaire François de Rugy fragilise un ministère complexe, à l'action déjà critiquée

Depuis quelques jours le ministre de la Transition écologique et solidaire est dans la tourmente. Face aux révélations de Médiapart sur ses dîners fastueux lorsqu’il était au Perchoir de l’Assemblée ou sur la rénovation coûteuse de son logement de fonction à l’hôtel de Roquelaure, le...

[Décryptage] Ministre de l’Ecologie : mission impossible

Le départ du gouvernement de Nicolas Hulot est une nouvelle illustration de la difficulté pour les ministres de l'Ecologie d’exercer leur pouvoir. Tous les anciens ministres ou presque ont dénoncé l'importance des lobbys et des blocages internes au sein même du gouvernement les empêchant...

François de Rugy, le plus macron-compatible des écologistes, remplace Nicolas Hulot

Le choix de la cohérence. François de Rugy, jusqu'alors président de l'Assemblée nationale, vient d'être nommé à la tête du ministère de la Transition écologique et solidaire à la place de Nicolas Hulot. Ancien député EELV, il a rejoint les rangs d'Emmanuel Macron après sa défaite à la...

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Kristalina Georgieva WikimediaCommons

Direction du FMI : L’Europe propose la nomination de Kristalina Georgieva, une spécialiste de l’environnement

Les États membres de l’Union européenne ont choisi de proposer Kristalina Georgieva, actuellement numéro 2 de la Banque Mondiale, pour succéder à Christine Lagarde à la tête du Fonds Monétaire International. Cette économiste bulgare a consacré une grande partie de sa carrière au financement de...

Borne Rugy Poirson Wargon @Fderugy

[Edito] L'impossible message écologique gouvernemental

La succession de François de Rugy aura été rapide. Elisabeth Borne assumera la portefeuille de ministre de la Transition écologique et solidaire mais, contrairement à son prédécesseur, elle n'aura pas le titre de ministre d'État. Ce recul dans l'ordre protocolaire du gouvernement fait tâche, au...

Gilets jaunes De rugy AlexisCornu HansLucas

[Edito] François de Rugy, l’erreur de casting qui a enflammé l’attente de la société sur l’urgence écologique

Le choix de François de Rugy pour remplacer Nicolas Hulot devait apaiser les tensions à l’intérieur du gouvernement entre les plus et les moins engagés sur l’écologie. Mais loin de ce résultat, le passage de dix mois de l’homme au ministère n’a fait qu’attiser un feu qui s’est répandu dans la...

Démission de François de Rugy : un passage éclair et peu convaincant au ministère de la Transition écologique

Il est resté dix mois à la tête d'un ministère plombé par les manifestations des Gilets jaunes, l'Affaire du siècle et la mobilisation des jeunes pour le climat. François de Rugy démissionne après un passage éclair qui n'a pas su convaincre. Le choix de son remplacement sera difficile pour Emmanuel...