Publié le 21 mai 2020

POLITIQUE

Covid-19 : enquête sur l’OMS après que Donald Trump ait menacé de quitter l’organisation

Dans 30 jours, les États-Unis pourraient quitter l’Organisation mondiale de la santé (OMS), une menace lourde venant de son premier financeur. Washington accuse l’entité d’être aux ordres de la Chine. En réponse, les États membres ont accepté de mener une enquête indépendante sur l’action de l’OMS pendant la pandémie.

Dr Tedros President de l OMS WHO
Le Dr Telos, président de l'OMS, lors de l'ouverture de la rencontre en visioconférence le 18 mai 2020.
@WHO

Les passes d’armes entre les deux superpuissances mondiales, les États-Unis et la Chine, se multiplient. Leur dernier champ de bataille est l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Alors qu’une conférence a réuni les 194 pays membres mardi 18 mai, Donald Trump a une nouvelle fois dénoncé la mauvaise gestion de la crise du Covid-19 par l’organisation onusienne.

En particulier, il accuse l'OMS d'être une "marionnette de la Chine", où la pandémie a débuté fin 2019. Le président américain a d’ores et déjà suspendu sa contribution financière. Il va plus loin en lui donnant 30 jours pour obtenir des résultats significatifs. A défaut, les États-Unis menacent de quitter cet organe dont ils étaient traditionnellement le premier contributeur, à hauteur d’un demi-milliard de dollars par an.

"Si l'OMS ne s'engage pas à apporter des améliorations notables dans un délai de 30 jours, je vais transformer la suspension temporaire du financement envers l'OMS en une mesure permanente et reconsidérer notre qualité de membre au sein de l'organisation", a-t-il tweeté. Pékin a répliqué en accusant Donald Trump, dont le pays est le plus endeuillé au monde avec plus de 90 000 morts, de chercher à "se soustraire à ses obligations" envers l'organisation.

Bataille du vaccin

La Russie, où la maladie a entamé une lente décrue mais où des points chauds demeurent, a quant à elle dénoncé ce qu'elle a qualifié de tentatives américaines de "casser" l'organisation. "Nous sommes contre une casse (de l'OMS), qui irait dans le sens des intérêts politiques ou géopolitiques d'un seul État, autrement dit les États-Unis", a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov.

Face aux accusations et aux menaces de boycott américain, les pays membres de l'Organisation mondiale de la santé ont décidé mardi de lancer une "évaluation indépendante" de la réaction de l'agence onusienne à la pandémie de nouveau coronavirus. Cette évaluation, dont les contours demeurent flous, devra passer au crible "les mesures prises par l'OMS face à la pandémie de Covid-19 et leur chronologie". L'enquête peut mener à "des missions scientifiques et de collaboration sur le terrain". La Chine s'est déclarée ouverte à une enquête indépendante, mais pas avant la fin de la pandémie.

En parallèle, une autre bataille se prépare sur le plan sanitaire. Washington assure que les États-Unis seront servis en premier lors de la découverte du vaccin grâce à ses partenariats industriels, comme avec Sanofi. Non sans stratégie, à l'ouverture de la réunion de l'OMS, le président chinois Xi Jinping a répondu en assurant qu'un éventuel vaccin chinois serait un "bien public mondial".

Ludovic Dupin avec AFP


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Jacinda ardern MICHAEL BRADLEY AFP

Jacinda Ardern, Première ministre néo-zélandaise emblème d'une politique alternative, démissionne

Le parcours de Jacinda Ardern, la Première Ministre néo-zélandaise, aura cassé tous les codes politiques depuis le début. Élue par surprise en 2017 à 37 ans, elle aura dirigé le pays pendant six ans en assumant maternité, empathie avec la population, attitude exemplaire lors des attentats de...

Assaut contre les batiments du Congres de la Cour supreme et du palais presidentiel Brasilia janvier 2023 EVARISTO SA AFP

La prise éphémère des symboles démocratiques de Brasilia incarne les nouvelles batailles de l’extrême droite

Pendant quatre heures dimanche, les partisans de Jair Bolsanaro ont rejoué la prise du Capitole sous d’autres latitudes. Couverts de drapeaux brésiliens, ils ont pris d’assaut la place des Trois pouvoirs construite par Oscar Niemeyer, vandalisant au passage le Congrès, la Cour Suprême et le palais...

Montage photos tondelier ciotti bompard marseille dec 2022 AFP

Les changements à la tête de quatre partis politiques feront-ils plus de place à l'écologie dans le débat public ?

Quatre nouveaux dirigeants de partis politiques ont été désignés ce week-end. Élus par des militants, comme Marine Tondelier pour EELV et Eric Ciotti pour les Républicains ou désignés par les instances de leurs partis comme Manuel Bompard qui remplace Jean-Luc Mélenchon à la tête de la France...

Eva Kaili Parlement europeen CCO

Qatar 2022 : la compétition sportive n’a pas dissipé le parfum de corruption qui flotte jusqu’au Parlement européen

Les appels au boycott se sont taris face aux matches de football mais la corruption dénoncée depuis l’attribution de la Coupe du Monde poursuit ses ravages. Elle est à l’origine de l’interpellation de la vice-présidente grecque du Parlement européen vendredi. Eva Kaili, du parti S&D, s’était...