Publié le 30 mai 2020

POLITIQUE

Donald Trump met sa menace à exécution et quitte l’OMS en pleine crise du Covid-19

Le président américain Donald Trump a annoncé couper les ponts avec l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Il accuse l’institution de l’ONU de complaisance envers Pékin, ce qui aurait empêché de prendre les mesures nécessaires dès l’apparition de la maladie en Chine.

Donald Trump Whitehouse
DOnald Trump a annoncé vendredi 29 mai que les États-Unis se retirent de l’Organisation mondiale de la santé (OMS)
@WhiteHouse

Vendredi 29 mai, les États-Unis ont annoncé leur retrait de l’OMS. Très tôt lors de la crise mondiale du Coronavirus, Washington a accusé l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) d’avoir mal géré la crise en raison de sa complaisance pour la Chine où a débuté l’épidémie en janvier 2020. Cela fait déjà plusieurs semaines que les États-Unis ont suspendu la contribution financière, le pays étant le premier contributeur à l’organisation.

Il y a 10 jours pourtant , les pays membres de l’OMS avaient accepté le lancement d’une enquête indépendante. Cette évaluation, dont les contours demeuraient flous, devra passer au crible "les mesures prises par l'OMS face à la pandémie de Covid-19 et leur chronologie". De son côté, Donald Trump avait alors tweeté "Si l'OMS ne s'engage pas à apporter des améliorations notables dans un délai de 30 jours, je vais transformer la suspension temporaire du financement envers l'OMS en une mesure permanente et reconsidérer notre qualité de membre au sein de l'organisation". Il a finalement accéléré sa décision.

Décision illégale

Une rupture qui constitue "un sérieux revers pour la santé mondiale", a jugé le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, sur Twitter, appelant l'Union européenne à "s'engager plus" financièrement. Richard Horton, rédacteur en chef de la prestigieuse revue médicale britannique The Lancet, l'a lui qualifiée de "folle et terrifiante", et accusé le gouvernement américain de "jouer au voyou en pleine urgence humanitaire".

"La coopération et la solidarité mondiales par le biais d'efforts multilatéraux sont les seuls moyens efficaces et viables de gagner cette bataille à laquelle le monde est confronté", ont déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le chef de la diplomatie de l'UE, Josep Borrell. Lawrence Gostin, professeur au O'Neill Institute for National and Global Health Law à l'université de Georgetown et collaborateur de l'OMS, a jugé la décision du président américain "illégale" à deux titres: les États-Unis ont signé et ratifié un traité d'adhésion à l'OMS et les crédits sont votés par le Congrès américain.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...

Legislative nupes renaissance stephane de sakutin afp julien de rosa afp

Social et écologie, mots d’ordre des Législatives opposant la Renaissance d'Emmanuel Macron à l’alliance de la gauche, la NUPES

La cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron pour son second mandat a confirmé que la campagne des législatives aurait une tonalité différente de celle des Présidentielles, que la montée de l’extrême droite avait rivé sur la sécurité et de l’immigration. Dans son discours, le nouveau président a dit...

Emmanuel Macron election president Ludovic MARIN AFP

Quel président pour quelle France ? Les choix d’Emmanuel Macron restent flous

Emmanuel Macron a été réélu Président avec plus de 58 % des voix contre Marine Le Pen qui en a obtenu près de 41 %, soit huit points de plus qu’en 2017. La tonalité était au soulagement de ne pas voir l’extrême-droite accéder au pouvoir mais tous les commentateurs évoquaient les fractures, les...

Climat manifestation ALAIN JOCARD AFP

Une campagne présidentielle hors sol, si loin de l’Ukraine et du changement climatique

À trois semaines du premier tour des Présidentielles, les débats de campagne ne devraient plus pouvoir permettre aux électeurs d’arbitrer entre les candidats sur des choix déterminants pour des enjeux fondamentaux que sont l’énergie, le changement climatique ou la démocratie au temps des réseaux...