Publié le 13 mars 2020

POLITIQUE

Coronavirus : les mesures économiques "coûteront des dizaines de milliards" à la France

Alors que des millions d'élèves vivaient vendredi leur dernier jour d'école avant des vacances forcées, le gouvernement a prévenu que les mesures de soutien pour faire face à la crise économique due au coronavirus coûteraient "des dizaines de milliards d'euros". Ce sont les mesures de chômage partiel qui coûteront le plus cher.

Agnes panier runachet Bruno le Maire Coronavirus relocalisation Bercy
Bruno Le Maire assure que les mesures de soutien à l'économie dureront le temps qu'il faut , quel qu'en soit le coût.
@Bercy

L’allocution télévisée du Président de la République du 12 mars a été regardée par 22 millions de Français. Emmanuel Macron veut sonner la "mobilisation générale" sanitaire et économique. Il a annoncé de nombreuses mesures comme la fermeture des institutions scolaires et un recours simplifié au chômage partiel pour sauver les entreprises. Actuellement, plus de 5 000 d’entre elles ont demandé à bénéficier de cette mesure pour un total de 80 000 salariés et un coût de 242 millions d'euros, selon le gouvernement.

Mais on est encore loin de la somme finale. Au total, les mesures annoncées par le gouvernement français pour faire face à la crise économique provoquée par le coronavirus "coûteront des dizaines de milliards d'euros", a prévenu pour sa part le ministre des Finances, Bruno Le Maire, promettant de faire "tout ce qui est nécessaire et même plus".

Mauvaise décision de Donald Trump

"Ce sera probablement le dispositif le plus coûteux pour l'État, mais aussi le plus efficace", car il permet aux entreprises de ne pas licencier et de disposer de l'ensemble de ses capacités de production dès que la reprise économique se fera sentir, a-t-il expliqué. Il a ajouté que les entreprises pourraient reporter les charges et les impôts dus au 15 mars : "Tant que la crise durera, il y aura report", a-t-il souligné.

Interrogé sur les mesures annoncées par le président Donald Trump de fermer les frontières américaines aux voyageurs provenant d'Europe pour lutter contre le coronavirus, le ministre français a "regretté" cette décision qui n'était "pas coordonnée avec les alliés et qui provoque une panique sur les marchés".

"C'est une aberration sanitaire et c'est dommage parce qu'une aberration sanitaire provoque des aberrations politiques et provoque du chaos économique", a-t-il affirmé, précisant qu'il exprimerait sa position à son homologue américain Steven Mnuchin lors d'un entretien téléphonique. "Le message que reçoivent parfaitement tous les acteurs économiques c'est qu'il n'y a plus de coordination entre l'Europe et les États-Unis quand il s'agit de décisions stratégiques", a-t-il déploré. "Et c'est regrettable pour nous tous".

Ludovic Dupin avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Gouvernement macron

Un casting gouvernemental multi-cibles : transition écologique, diversité et souveraineté

Difficile de décrypter le message d’un gouvernement où le principal fait nouveau est le changement radical sur l’éducation confiée à l’historien Pap Ndiaye. Pour le reste c’est un trio de femmes précédemment ministres (Élisabeth Borne, Amélie de Montchalin et Agnès Pannier-Runacher) qui doivent...

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...

Legislative nupes renaissance stephane de sakutin afp julien de rosa afp

Social et écologie, mots d’ordre des Législatives opposant la Renaissance d'Emmanuel Macron à l’alliance de la gauche, la NUPES

La cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron pour son second mandat a confirmé que la campagne des législatives aurait une tonalité différente de celle des Présidentielles, que la montée de l’extrême droite avait rivé sur la sécurité et de l’immigration. Dans son discours, le nouveau président a dit...

Emmanuel Macron election president Ludovic MARIN AFP

Quel président pour quelle France ? Les choix d’Emmanuel Macron restent flous

Emmanuel Macron a été réélu Président avec plus de 58 % des voix contre Marine Le Pen qui en a obtenu près de 41 %, soit huit points de plus qu’en 2017. La tonalité était au soulagement de ne pas voir l’extrême-droite accéder au pouvoir mais tous les commentateurs évoquaient les fractures, les...