Publié le 05 mars 2019

POLITIQUE

Climat, intelligence artificielle, compétitivité… Les fondations sur lesquelles Emmanuel Macron veut rebâtir l’Europe

Alors que les élections européennes à venir seront marquées par un fort euroscepticisme, le Président Emmanuel Macron diffuse une tribune pour mobiliser les citoyens du continent. Il appelle à créer une Union qui protégera mieux l’environnement, les intérêts économiques et la capacité d’innovation face aux autres superpuissances.

Emmanuel Macron lors de la présentation de la feuille énergétique de la France en novembre dernier.
@DR

Ce mardi 5 mars, le Président de la République Emmanuel Macron a donné le top départ de la campagne pour l’élection européenne programmée le 26 mai prochain. Pour cela, il adresse une tribune aux Européens intitulée "Pour une renaissance européenne". Il y fait valoir les avancées que l’Union européenne doit et peut encore apporter en matière de fiscalité, de sécurité, d’environnement ou encore de protection des données.

 

Dans une section appelée "Retrouver l’esprit de progrès", il propose deux objectifs pour le continent : "Zéro carbone en 2050, division par deux des pesticides en 2025". Pour y parvenir, il souhaite la création d’une "banque européenne du climat pour financer la transition écologique", d’une "force sanitaire européenne pour renforcer les contrôles de nos aliments", d’un outil "d’évaluation scientifique indépendante des substances dangereuses" pour "contrer les lobbies".

"Cet impératif doit guider toute notre action : de la Banque centrale à la Commission européenne, du budget européen au plan d’investissement pour l’Europe, toutes nos institutions doivent avoir le climat pour mandat", ajoute-t-il. Cette banque du climat reprend une des propositions du climatologue Jean Jouzel et de l'économiste Pierre Larrouturou. Ils proposent un traité visant à créer une "banque européenne du climat et de la biodiversité" (BECB), qui serait filiale de la Banque européenne d’investissement (BEI).

Protéger nos intérêts stratégiques

Le Président veut aussi retrouver une capacité européenne à "financer l’innovation en dotant le nouveau Conseil européen de l’innovation d’un budget comparable à celui des États-Unis, pour prendre la tête des nouvelles ruptures technologiques, comme l’intelligence artificielle". Mais il y a encore loin de la coupe aux lèvres. Au niveau tricolore, la stratégie nationale de recherche en intelligence artificielle prévoit 665 millions d'euros de dépenses jusqu'en 2022. C’est 20 fois plus aux États-Unis et 25 fois plus en Chine.

Par ailleurs, il veut "sanctionner ou interdire en Europe les entreprises qui portent atteinte à nos intérêts stratégiques et nos valeurs essentielles, comme les normes environnementales, la protection des données et le juste paiement de l’impôt". Des mesures qui visent en priorité les Gafa. Ces géants du numérique échappent bien souvent à l’impôt et l’Europe ne parvient pas à trouver de consensus en matière de taxation.

Enfin, il vise à une "juste concurrence", comprendre une Europe qui défend enfin sa compétitivité. Pour cela, il veut que Bruxelles "assume, dans les industries stratégiques et nos marchés publics, une préférence européenne comme le font nos concurrents américains ou chinois". En prenant l’exemple du domaine de l’énergie, cela permettra à l’Europe, qui n’est jamais parvenue à créer de vraies filières industrielles des renouvelables, de ne pas louper la révolution à venir des batteries.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Borne Rugy Poirson Wargon @Fderugy

[Edito] L'impossible message écologique gouvernemental

La succession de François de Rugy aura été rapide. Elisabeth Borne assumera la portefeuille de ministre de la Transition écologique et solidaire mais, contrairement à son prédécesseur, elle n'aura pas le titre de ministre d'État. Ce recul dans l'ordre protocolaire du gouvernement fait tâche, au...

Gilets jaunes De rugy AlexisCornu HansLucas

[Edito] François de Rugy, l’erreur de casting qui a enflammé l’attente de la société sur l’urgence écologique

Le choix de François de Rugy pour remplacer Nicolas Hulot devait apaiser les tensions à l’intérieur du gouvernement entre les plus et les moins engagés sur l’écologie. Mais loin de ce résultat, le passage de dix mois de l’homme au ministère n’a fait qu’attiser un feu qui s’est répandu dans la...

Démission de François de Rugy : un passage éclair et peu convaincant au ministère de la Transition écologique

Il est resté dix mois à la tête d'un ministère plombé par les manifestations des Gilets jaunes, l'Affaire du siècle et la mobilisation des jeunes pour le climat. François de Rugy démissionne après un passage éclair qui n'a pas su convaincre. Le choix de son remplacement sera difficile pour Emmanuel...

800px Informal meeting of energy and transport ministers TTE Arrivals transport ministers Elisabeth Borne 37190062412

Elisabeth Borne remplace François de Rugy en tant que ministre de la Transition écologique et solidaire

C'est Elisabeth Borne, la ministre des Transports, qui récupère le ministère de la Transition écologique et solidaire. Celui-ci avait présenté sa démission du gouvernement hier, moins d’une semaine après une série de révélations de Médiapart sur son train de vie. S'il se déclarait jusqu'à présent...