Publié le 21 octobre 2019

POLITIQUE

[Brexit] Trois questions pour comprendre les derniers coups de théâtre au Royaume-Uni

L’accord entre Londres et Bruxelles sur le Brexit, emporté in extremis le 17 octobre, devait faire l’objet d’un vote le samedi 19. Manqué ! Les députés britanniques se sont rebellés contre Boris Johnson, lui imposant un report du Brexit. Mais, celui-ci multiplie les manœuvres pour sortir coûte que coûte de l'Union européenne le 31 octobre. Toute la semaine, Novethic décrypte les répercussions du Brexit sous tous ses aspects : financier, économique, sociaux, culturels.

Bori Johnson wikimedia commons
Le Premier ministre britannique a subi une défait samedi 19 octobre, les députés n'ayant pas ratifié son accord avec l'Union européenne.
@Wikimedia Commons

Sortira, sortira pas ? Avec ou sans accord ? Nouveau referendum ou pas ? À quelques jours de la date officielle de sortie de l’Union européenne, fixée au 31 octobre 2019, le flou est de plus en plus dense. Le week-end du 19 et 20 octobre devait apporter les premiers éléments de réponse concrets sur les modalités du Brexit, avec le vote prévu au Parlement. Il n’en fut rien, les parlementaires et le Premier ministre britannique ayant au contraire poussé la confusion un cran plus loin.

 

Que s’est-il passé le samedi 19 octobre ?

Après plusieurs semaines de négociations, pendant lesquelles Boris Johnson agitait régulièrement la perspective d’une sortie sans accord, le Royaume-Uni et la Commission européenne ont fini par se mettre d’accord le 17 octobre. Ce "deal", très proche de celui négocié en son temps par Theresa May, est intervenu in extremis et présente les modalités précises de sortie de l'Union européenne.

Le timing était serré car, début septembre, les députés britanniques ont voté le Benn Act, une loi fixant la date butoir du 19 octobre pour que leur soit présenté un accord. Sans quoi Boris Johnson devait demander un report du Brexit jusqu’au 31 janvier 2020 – véritable épouvantail pour ce partisan d’un Brexit le plus rapide possible.

Pourtant, le samedi 19 octobre, les députés ont refusé de se prononcer sur l’accord. À la place, ils ont voté un amendement, déposé par le conservateur Oliver Letwin, repoussant le vote. Cet amendement, qui vise à éviter tout risque de "no-deal", prévoit de programmer le vote sur l’accord une fois les modalités de mise en oeuvre du Brexit passées en revue par les députés.

Comme l’amendement Letwin empêche un vote le 19 octobre, la loi Benn entre en jeu et oblige Boris Johnson à demander à l’Union européenne un report du Brexit au 31 janvier 2019. Un véritable affront pour le Premier ministre britannique.

 

Pourquoi Boris Johnson a-t-il écrit trois lettres ?

En conséquence de la fronde des députés, Boris Johnson a envoyé pendant le week-end trois lettres à destination de l’Union européenne. La première demande formellement le report au 31 janvier 2020, comme le Benn Act l’impose. Petite subtilité : Boris Johnson ne l’a pas signée. Sans conséquence sur le plan juridique, cette lettre sans paraphe marque le désaccord implicite du Premier ministre pour cette décision de report. 

Un désaccord qui n'est plus voilé dans la seconde lettre, destinée à Donald Tusk, président du Conseil européen. Dans celle-ci Boris Johnson explique qu'il compte bien obtenir un vote pour une sortie au 31 octobre. La dernière, plus formelle, rappelle les modalités de la loi Benn. Boris Johnson, arc-bouté sur la date du 31 octobre, fait donc mine de respecter la volonté des députés, mais ne s’avoue toujours pas vaincu.

 

Quelles conséquences pour le Royaume-uni ? 

La semaine s’annonce chargée. Boris Johnson veut à tout prix faire ratifier son accord par le Parlement. Il devrait demander un nouveau vote dans les jours – ou les heures - qui viennent. Selon les calculs du Financial Times, le gouvernement pourrait obtenir une courte majorité en faveur de son accord. La loi sur la mise en œuvre de la sortie de l’Union européenne doit également être présentée devant le Parlement. 

Quelles qu’en soient les modalités définitives, le Brexit a déjà provoqué des effets durables dans la société britannique. Tout au long de la semaine, Novethic va tenter de les décrypter sous tous les aspects : la finance, qui se met déjà en ordre de bataille pour profiter de la sortie de l’Union européenne ; l’économie qui commence à décrocher ; la pauvreté qui risque d’être accentuée par le Brexit ; enfin, la culture qui tente de mieux comprendre le Brexit. 

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Brexit : Bruxelles et Londres signent leur divorce après 17 mois de négociations

Les dirigeants européens ont donné leur feu vert dimanche à l'accord historique sur le départ du Royaume-Uni de l'UE, un divorce qualifié de "tragédie" par le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker après une relation houleuse de plus de 40 ans.

Le climat et la finance durable au sommet de la nouvelle commission européenne, présentée par Ursula von der Leyen

La nouvelle commission européenne a été révélée par la Présidente Ursula von der Leyen le mardi 10 septembre. Au rang des priorités, l’Allemande réaffirme la place du climat avec une vice-présidence confiée à Frans Timmermans en charge du Green Deal européen. Les sujets des Gafa et de la...

Finance verte : le Brexit change-t-il la donne entre Paris et Londres ?

Emettre des green bonds, les acheter, investir dans des infrastructures d’énergies renouvelables, acquérir des actions d’entreprises des éco-secteurs…tout cela relève de la finance verte. En plein développement, elle est devenue le fer de lance de places financières comme Londres et Paris....

La Bourse de Londres émet un non catégorique à l'offre de rachat par Hong Kong

La réponse du London Stock Exchange est claire et nette : c'est non. L'offre de rachat dans laquelle s'est lancée la Bourse de Hong Kong sur son homologue britannique est jugée trop basse par Londres. Le chinois met plus de 35 milliards d’euros sur la table pour racheter le London Stock...

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Bruno Le Maire Coronavirus EricPiermont AFP

Le gouvernement annonce un recul du PIB d’au moins 11 % pour 2020

Le gouvernement a encore aggravé sa prévision de récession pour la France cette année, avec une chute du produit intérieur brut (PIB) historique de 11 %. Même si les commerces et les établissements de restauration rouvrent peu à peu, Bercy n’envisage pas de vrai rebond avant 2021.

Consommation

[Édito] Consommez, consommez et la relance viendra… ou pas

Les ministres du Travail et de l’Économie multiplient les appels à la consommation pour relancer la machine France, encalminée par deux mois de confinement. Au vu de l’absence remarquable de clients ce long week-end dans les magasins où ils étaient attendus à bras ouverts par des commerçants prêts à...

Donald Trump Whitehouse

Donald Trump met sa menace à exécution et quitte l’OMS en pleine crise du Covid-19

Le président américain Donald Trump a annoncé couper les ponts avec l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Il accuse l’institution de l’ONU de complaisance envers Pékin, ce qui aurait empêché de prendre les mesures nécessaires dès l’apparition de la maladie en Chine.

Edouard Philippe Deconfinement 28 mai PhilippeLopez AFP

Le gouvernement déconfine d’abord… pour l’économie on verra plus tard

Le Premier Ministre a annoncé une levée de barrière généralisée grâce aux bons résultats sanitaires. Les parcs et jardins rouvrent, la limite des 100 km est supprimée et nous pouvons organiser les vacances en France librement. Pour aller plus loin, il faudra attendre le 22 juin. Un petit parfum de...