Publié le 01 janvier 1970

POLITIQUE

[Brexit] Le Royaume-Uni voit son économie doucement s’affaisser

Peu à peu, l’économie britannique se contracte. Si l’annonce des résultats du vote, en 2016, n’a pas causé l’effondrement redouté, c’est aujourd’hui que les conséquences se font sentir, avec une chute de la consommation, des entreprises emblématiques qui font faillite et une croissance qui marque le pas. Toute la semaine, Novethic décrypte les conséquences du Brexit sur la société britannique.

Brexit CCO
L'économie britannique commence à montrer des signes de fatigue du fait du Brexit.
@CCO

En 2016, le vote en faveur du Brexit n’avait finalement pas fait tant de vagues. L’économie britannique, résiliente, a réussi à se maintenir à niveau. Comme si la perspective d’un accord de sortie avec l’Union européenne ne faisait aucun doute et que l'Albion finirait toujours par s’en sortir. Depuis quelques mois, pourtant, la musique n’est plus la même. La consommation a chuté de 1,3 % sur un an en septembre 2019, ce mois devenant le pire pour les ventes des distributeurs depuis un 20 ans. Les ventes d’articles non alimentaires ont même reculé de 3,2 %, démontrant l’inquiétude du consommateur britannique face aux incertitudes sur la sortie de l’Union européenne.

Côté entreprises, les mauvaises nouvelles s’enchaînent aussi. Début octobre, SIG Roofing, une entreprise du BTP, a indiqué aux marchés financiers que ses résultats seraient bien moins bons qu’attendus, du fait de la baisse de la demande. Le mois précédent, Thomas Cook, l’un des plus anciens voyagistes du monde aux 21 000 salariés, mettait la clé sous la porte. Au printemps, c’est British Steel qui faisait faillite. À chaque fois, les incertitudes liées au Brexit ont été mentionnées pour expliquer les difficultés de ces grandes entreprises britanniques.

Une chute progressive

"L’effondrement économique prédit par beaucoup d’observateurs sur les conséquences du vote "leave" au referendum ne s’est pas matérialisé, écrivent les analystes de Standard & Poor’s dans un rapport. Mais le referendum a quand même eu un impact négatif." La chute de l’économie a été progressive, moins perceptible au départ, mais avec des effets retentissants aujourd’hui. Selon l’agence de notation américaine, l’économie du Royaume-Uni a perdu entre 2,4 et 3,4 % de PIB entre 2016 et 2018.

L’avenir n’apparaît pas beaucoup plus réjouissant. En cas de sortie sans accord, le PIB britannique pourrait chuter de 2,8 % en 2020, avant d’entamer une récupération lente. En cas d’accord, la baisse devrait être moins sévère, mais le niveau de l’économie devrait néanmoins rester en dessous de ce qu’il aurait été sans Brexit.

Les milieux économiques ont, de leur côté, déjà fait part de leurs craintes. Les associations britanniques des industries de l’aéronautique, de l’automobile, de la chimie, de la pharmacie et de l’agroalimentaire ont écrit début octobre 2019 à Boris Johnson, le Premier ministre, pour l’alerter du risque de perte de compétitivité. Ces industries, qui emploient autour de 1,1 million de personnes, s’inquiètent notamment du fait que les réglementations britanniques ne soient plus alignées sur celles de l’Union européenne, les écartant de facto du marché européen.

Boris Johnson leur a répondu par une lettre ouverte le 17 octobre, après l’annonce de son accord avec la Commission européenne, assurant que le Royaume-Uni pouvait désormais sortir de l’Union européenne de manière amicale. Pas sûr que cela suffise à les rassurer.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Joe Biden Kamala Harris RobynBeck AFP

Présidentielles américaines : un ticket Kamala Harris/Joe Biden contre Donald Trump

La guerre des archétypes est lancée dans la campagne présidentielle américaine. Face à Donald Trump, homme blanc de plus de 70 ans qui occupe la Maison Blanche et voudrait y rester, Joe Biden, ancien vice-président blanc de plus de 70 ans a choisi Kamala Harris, femme noire de 55 ans, sénatrice...

Bernard Stielger Patxi Beltzaiz Hans Lucas Hans Lucas via AFP

[Édito] Le monde d'après est déjà là mais les États continuent à croire que celui d'avant va revenir

Le 6 août dernier, le philosophe Bernard Stiegler est décédé à 68 ans. Dans son dernier ouvrage, il dénonçait l’incapacité des gouvernants et des États à comprendre la colère de la jeunesse face à ce qu'elle considère comme de l’inaction climatique. Pour lui, cela demanderait à changer de logiciel...

Bruno Le Maire Coronavirus EricPiermont AFP

"Tous écologistes", l’appel du Premier ministre Jean Castex et de Bruno le Maire

Le plan de communication du nouveau gouvernement est clair. Il faut parler d’écologie et de relance verte. Ainsi durant le même week-end, le Premier ministre Jean Castex a signé une tribune où il appelle tous les Français à promouvoir une écologie de terrain. Et le ministre de l’Économie Bruno Le...

Jean Castex GONZALO FUENTES POOL AFP

Secrétaires d’État : le gouvernement Castex donne une place spéciale à la biodiversité et à l’Économie sociale et solidaire

Il aura fallu trois semaines à Jean Castex et Emmanuel Macron pour finaliser le nouveau gouvernement avec la nomination de onze secrétaires d’État, comptant six nouveaux entrants. Parmi les nouveautés, on note le portefeuille de l’Économie sociale et solidaire qui quitte la Transition écologique...