Publié le 27 novembre 2020

POLITIQUE

Loi de sécurité globale : Après une vidéo de violences policières, l'Exécutif revoit sa copie

L’affaire Michel Zecler, agressé semblerait-il sans raison par plusieurs policiers, émeut fortement la France. La médiatisation de l’histoire de ce producteur de musique a été rendue possible grâce à des caméras de surveillance qui ont filmé toute la scène. La diffusion de cette vidéo intervient alors que la loi Sécurité globale en cours d’examen parlementaire vise à réguler l’utilisation de tels documents. Un texte que Jean Castex s’engage à revoir avec la création d’une commission ad hoc.

Michel Zecler Article 24 DR
Michel Zecler a été violement frappé par plusieurs policiers mardi 24 novembre. La scène a été filmée par des caméras de surveillance.
@DR

Jeudi 27 novembre, le site Loopsider a dévoilé une terrible vidéo où l’on voit plusieurs policiers frapper longuement un homme, Michel Zecler, à l’entrée d’un studio d’enregistrement. L'homme assure ne pas comprendre pourquoi il a été pris pour cible par les forces de l’ordre, il a été protégé par des jeunes qui étaient présents sur place. Ceux-ci ont repoussé les forces de l’ordre dans la rue, alors que Michel Zecler appelait à l’aide. La police a finalement fait sortir l’homme qui s’est retrouvé 48 heures en garde à vue.

La vidéo, d’une grande violence, a été vue plusieurs millions de fois en quelques heures. Elle a soulevé beaucoup de colère. Le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin a demandé la suspension des quatre policiers concernés par cette affaire, le temps qu’une enquête soit menée. Les agents sont accusés de violence mais aussi de "faux en écriture publique", étant donné que leur procès-verbal suite à l’opération ne semble pas refléter la réalité.

Pas d’affaire sans vidéo

L’affaire est prise en main directement par l’Élysée et Matignon. Elle est d’autant plus sensible qu’elle tombe en plein examen de la loi "Sécurité globale", adoptée par l’Assemblée nationale mardi 24 novembre et attendue en janvier au Sénat. C’est en particulier l’article 24 de ce texte qui pose question. Il prévoit d’interdire la diffusion malveillante de policiers et gendarmes en opération. Il s’agit de protéger leur vie privée après que plusieurs lynchages aient eu lieu ces derniers mois suite à des appels lancés sur les réseaux sociaux. L’avocate de Michel Zecler s’est emparée du sujet : "Si nous n’avions pas les vidéos, mon client serait peut-être actuellement en prison".

Alors que le Premier ministre avait déjà assuré qu’il se saisirait du Conseil constitutionnel pour s’assurer de la validité de l’article 24, il a dû réagir plus rapidement en raison de cette actualité. Il a annoncé la création "d’une commission indépendante chargée de proposer une nouvelle écriture de l’article 24". Elle sera dirigée par Jean-Marc Burguburu, président de la Commission nationale consultative des droits humains (CNCDH). Il devra rende ses travaux "pour la fin du mois de décembre".

Remise en cause du travail parlementaire

L’objectif est de "nourrir utilement l’examen de la proposition de loi sur la sécurité globale en janvier au Sénat dans le respect des prérogatives de la représentation nationale", a indiqué Matignon. Mais la décision fait grincer des dents du côté du Parlement. Le groupe de La République en marche à l’Assemblée nationale s’est dit sur Twitter "attaché au travail parlementaire", dans une critique en creux de la démarche de Jean Castex.

En réalité l’article 24 est sûrement d’ores et déjà enterré. Le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti, sur LCI, jugeait que s’il n’y avait pas eu d’images, "on n’aurait pas connu" cette affaire. "Il faut filmer", a-t-il affirmé. Une position qui fait également écho à l’évacuation de la Place de la République dans la nuit de lundi 23 novembre alors qu’un camp de migrants, organisé par des avocats et des ONG, avait été assez brutalement vidé.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Compte twitter Trump

Twitter contre Donald Trump : la bataille gagnée par le réseau social après la suspension du compte du Président

À quelques jours de la fin de son mandat, Donald Trump a été réduit au silence sur son canal de communication préféré : Twitter. La plateforme a décidé de suspendre définitivement le compte personnel du Président américain afin d’éviter de "nouvelles incitations à la violence", justifie-t-elle. Ce...

Jean Castex Ludovic MARIN POOL AFP

Jean Castex annonce une accélération de la campagne vaccinale et vise une sortie crise à l’été

Un million de Français vaccinés d’ici la fin du mois de janvier. Tel est le nouvel objectif fixé par le Premier ministre Jean Castex. Après un début de campagne vaccinale critiqué pour sa lenteur, le nombre de citoyens éligibles à la vaccination va s’élargir au-delà des seuls Ehpad et soignants de...

Capitole washington Trump Biden SaulLoeb AFP

Des manifestants pro-Trump ont envahi le Capitole à Washington pour empêcher la validation de la victoire de Joe Biden

Incroyables images auxquelles la planète a assisté le 6 janvier. Des centaines de manifestants ont occupé plusieurs heures le cœur de la démocratie américaine : le Capitole. Ils voulaient interrompre la proclamation solennelle de la victoire de Joe Biden. Démocrates comme Républicains ont fustigé...

Vaccination pfizer covid 19 Hotel Dieu SameerAl Doumy AFP

Campagne vaccinale : entre défiance de la population et frilosité du gouvernement, la France en retard

C’est la mauvaise surprise de début 2021. La France semble incapable de lancer une massive campagne de vaccination contre le Covid-19, là où de nombreux autres pays européens avancent à grand pas. Les raisons sont multiples à commencer par une logistique compliquée et une opinion publique réticente...