Publié le 13 mai 2020

POLITIQUE

60 parlementaires dévoilent leurs propositions pour le "jour d'après" et menacent la majorité En Marche

Revenu universel, revalorisation des salaires des soignants, autonomie alimentaire... Une soixantaine de parlementaires qui avaient lancé début avril la plateforme collaborative citoyenne "Le jour d'après" viennent de dévoiler leurs propositions pour un monde plus durable. Une initiative froidement accueillie chez les parlementaires LREM qui craignent qu'une partie de ces députés forment un neuvième groupe dissident baptisé "Écologie démocratie solidarité", ce qui leur ferait perdre leur majorité à l'Assemblée. 

Assemblee nationale PLFR2
Les parlementaires à l'initiative de la plateforme "Le jour d'après" viennent de dévoiler leurs propositions écologiques et sociales.
CC0

Après la consultation, place aux propositions. Le 4 avril, une soixantaine de députés, emmenés par les ex LREM Paula Forteza et Matthieu Orphelin, avaient lancé une plateforme collaborative en ligne baptisée "Le jour d’après". Elle invitait les Français à présenter leur vision du monde une fois la crise du Covid-19 surmontée. Après avoir reçu plus de 8 700 contributions, les parlementaires ont dévoilé, mercredi 13 mai, trente propositions articulées autour de quatre piliers : santé, sobriété, solidarité et souveraineté.

 

En matière de "santé", ils proposent une revalorisation des rémunérations des soignants de "200 euros par mois", ainsi que l'ouverture de "200 000 postes supplémentaires en trois ans" dans les Ehpad et les services d'aide à domicile. Pour la "sobriété", ces parlementaires réclament un "grand plan de rénovation énergétique des logements" et veulent "taxer les emballages inutiles et non recyclables" ou "consigner le verre". Ils appellent aussi à "encourager le télétravail partiel pour limiter l'empreinte carbone des trajets domicile-travail".

Revenu universel et circuit court 

Pour le volet "solidarité", ils souhaiteraient "aller vers un revenu universel, en commençant par élargir le RSA aux 18-25 ans" ou plaident pour "un impôt sur le patrimoine exceptionnel" et une révision de l'impôt sur revenu "pour le rendre réellement progressif". Enfin, dans le domaine de la "souveraineté", ils demandent de "renforcer à hauteur de 10 milliards d'euros en trois ans l'investissement des collectivités territoriales dans la transition écologique". Ces parlementaires - une quarantaine issue de la majorité LREM et MoDem mais aussi des élus PS, Libertés et territoires ou le sénateur EELV Ronan Dantec - réclament enfin un soutien "massif au développement de projets alimentaires territoriaux pour une agriculture locale, de qualité et en circuit court".

"Nous aurions tout intérêt à nous nourrir de toutes les initiatives et des idées qui peuvent surgir", explique Gilles Le Gendre, chef de file des députés LREM. Mais il n'empêche que la majorité grince des dents alors que certains soupçonnent des signataires, comme le candidat dissident à la Mairie de Paris Cédric Villani, de préparer la constitution d'un neuvième groupe à l'Assemblée. "Je ne conteste en aucun cas la légitimité de cette démarche, même si elle est portée par des arrière-pensées politiques", a estimé le  Gilles Le Gendre la veille de l’annonce des propositions.

LREM pourrait perdre sa majorité à l'Assemblée

Depuis quelques jours, la pression monte sur ce sujet. Plusieurs médias ont en effet relaté qu’une cinquantaine de députés étaient en passe de créer un nouveau groupe baptisé "Écologie démocratie solidarité" dont certains membres sont issus du groupe La République en Marche comme Aurélien Taché et Guillaume Chiche. L’enjeu est de taille pour LREM qui risque de perdre sa majorité à l’Assemblée. Le journal Les Échos, qui s'est fourni une version provisoire de leur profession de foi, rapporte que le groupe veut "faire plus et mieux à l’Assemblée nationale" pour "répondre à l’urgence écologique, moderniser la démocratie, réduire les inégalités sociales et territoriales" car "après le Covid-19, plus rien doit être comme avant".

Marina Fabre avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...

Legislative nupes renaissance stephane de sakutin afp julien de rosa afp

Social et écologie, mots d’ordre des Législatives opposant la Renaissance d'Emmanuel Macron à l’alliance de la gauche, la NUPES

La cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron pour son second mandat a confirmé que la campagne des législatives aurait une tonalité différente de celle des Présidentielles, que la montée de l’extrême droite avait rivé sur la sécurité et de l’immigration. Dans son discours, le nouveau président a dit...

Emmanuel Macron election president Ludovic MARIN AFP

Quel président pour quelle France ? Les choix d’Emmanuel Macron restent flous

Emmanuel Macron a été réélu Président avec plus de 58 % des voix contre Marine Le Pen qui en a obtenu près de 41 %, soit huit points de plus qu’en 2017. La tonalité était au soulagement de ne pas voir l’extrême-droite accéder au pouvoir mais tous les commentateurs évoquaient les fractures, les...

Climat manifestation ALAIN JOCARD AFP

Une campagne présidentielle hors sol, si loin de l’Ukraine et du changement climatique

À trois semaines du premier tour des Présidentielles, les débats de campagne ne devraient plus pouvoir permettre aux électeurs d’arbitrer entre les candidats sur des choix déterminants pour des enjeux fondamentaux que sont l’énergie, le changement climatique ou la démocratie au temps des réseaux...