Publié le 16 décembre 2020

NUMÉRIQUE

L'Union européenne change de braquet face aux Gafam et les menace de lourdes sanctions

Une liste d'obligations et d'interdictions assortie de sanctions dissuasives en cas de non-respect. L’Union européenne a monté le ton pour imposer sa loi aux géants du numérique, les GAFAM, accusés d'abuser de leur pouvoir. Pour l’Europe, il s’agit aussi de faire émerger des acteurs numériques locaux, avec déjà de premières réactions contrastées.

Thierry breton Commission europeen EuropeanCommission
Thierry Breton, commissaire européen au marché intérieur.
@Commissioneuropéenne

C'est un changement complet de philosophie. Après des années à courir en vain derrière les infractions de Google, Facebook ou Amazon dans les procédures interminables du droit européen de la concurrence, Bruxelles veut changer de braquet pour aller vite et agir avant que des dérives soient constatées. "L'objectif n'est pas de faire disparaître les grandes plateformes, mais de leur imposer des règles pour éviter qu'elles fassent peser des risques sur notre démocratie", a expliqué le commissaire au Marché intérieur Thierry Breton.

L'exécutif européen va proposer deux législations complémentaires pour combler les failles juridiques dans lesquelles s'engouffrent les entreprises. Premier volet : le règlement sur les services numériques, plus connu son nom anglais Digital Services Act (DSA). Il doit responsabiliser l'ensemble des intermédiaires, mais davantage encore les plus grandes plateformes qui devront disposer des moyens pour modérer les contenus qu'elles accueillent et coopérer avec les autorités. Il représente une mise à jour de la directive e-commerce, née il y a 20 ans quand les plateformes géantes d'aujourd'hui n'étaient encore que de jeunes pousses ou n'existaient pas.

Transparence sur les algorithmes

Deuxième volet : le règlement sur les marchés numériques, Digital Markets Act (DMA), imposera des contraintes spécifiques aux seuls acteurs majeurs, une dizaine d'entreprises dont la toute-puissance menace le libre-jeu de la concurrence. Parmi eux, les cinq "Gafam" (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft). Ils se verront imposer des règles portant sur la transparence de leurs algorithmes et l'utilisation des données privées, au cœur de leur modèle économique. Ils devront notifier à la Commission tout projet d'acquisition de firme en Europe.

Les Gafam devront "changer significativement leur façon de procéder", a affirmé Thierry Breton, estimant que l'espace numérique doit profiter à toutes les entreprises, même les plus petites. À ces règles sont accolées des sanctions. Selon des sources européennes, elles iront jusqu'à 10 % du chiffre d'affaires pour de graves infractions à la concurrence, et dans les cas extrêmes, pourront déboucher sur un démantèlement se traduisant par l'obligation de céder des activités en Europe.

Faire émerger des acteurs locaux

En matière de contenus illégaux en ligne, les amendes pourront atteindre 6 % du chiffre d'affaires. Une interdiction de poursuivre son activité en Europe pourra être imposée "en cas de manquement grave et répété ayant pour conséquences la mise en danger de la sécurité des citoyens européens". Ce projet sera encore négocié pendant au moins un an avec le Parlement européen et les États membres. Il intervient alors qu'aux États-Unis des procédures ont été lancées contre Google et Facebook, accusés d'avoir abusé de leur position dominante dans les moteurs de recherche et les réseaux sociaux.

À l’ombre de ces nouvelles réglementations, Bruxelles attend un fonctionnement du marché numérique plus harmonieux et plus équitable qui favorise l'émergence d'acteurs sur le continent. Le fait est que le Vieux continent souffre d’une forte dépendance aux géants de l’économie numérique. Face à cette offensive, les mastodontes américains préparent un lobbying intense pour atténuer le projet. Le projet de la Commission risque d'aboutir à "des règles brutales et rigides ciblant la taille au lieu de sanctionner les conduites problématiques", estime Kayvan Hazemi-Jebelli, de La Computer and Communications Industry Association (CCIA) qui représente le secteur.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

NUMÉRIQUE

Données personnelles

Avec Internet et les réseaux sociaux, tous les utilisateurs sèment des gigantesques quantités de données. Données qui sont utilisées à des fins publicitaires et parfois dans un but malveillant. Le RGPD, entré en vigueur le 25 mai 2018, est censé protéger les Européens.

Metaverse gafam Fanny PARISE Me lanie Bultez

Fanny Parise : "Le métaverse de Facebook est un risque pour nos démocraties"

Le métaverse, ce terme venu tout droit de la science-fiction, désignant un monde virtuel via un casque de réalité augmentée, prend forme. Facebook vient d'annoncer la création de 10 000 emplois en Europe pour lancer cet Internet de demain. Pour l'anthropologue Fanny Parise, spécialiste de...

Dejan Dundjerski istock vaccination covid

Doctolib, Maiia, Keldoc… Les plateformes numériques françaises se lancent dans la course pour la vaccination

Alors que le gouvernement vise un million de personnes vaccinées d'ici la fin du mois, il a fait le choix de s'appuyer sur des plateformes numériques françaises spécialistes comme Doctolib, Maiia ou encore Keldoc pour booster sa campagne. Ces dernières vont gérer la prise de rendez-vous des citoyens...

Telephone messagerie Pixabay

Pour protéger leur vie privée, les utilisateurs de WhatsApp migrent en masse vers l’application sécurisée Signal

Signal est victime de son succès. L'application de messagerie instantanée sécurisée a vu affluer un nombre exceptionnel de nouveaux utilisateurs au point de créer des problèmes techniques. Une affluence provoquée par l'annonce des nouvelles règles d'utilisation de WhatsApp. À partir du 8 février,...

Donald Trump White House

Démocratie, Pouvoir, loi Avia…. Cinq questions ouvertes après la fermeture du compte Twitter de Donald Trump

Twitter a décidé de suspendre le compte personnel de Donald Trump et a même censuré des messages du compte officiel de la Présidence américaine. Un coup tonnerre dans l’expression publique ! Si beaucoup justifient la décision après les violences au Capitole attribuées aux harangues du Président...