Publié le 19 mai 2018

NUMÉRIQUE

Le bitcoin et les autres cryptomonnaies ont provoqué 9 millions d’euros de pertes depuis début 2018, alerte l’AMF

Selon l'Autorité des marchés financiers (AMF), depuis janvier 2018, les pertes liées aux actifs virtuels comme le bitcoin se sont accélérées. 700 réclamations ont été faites auprès de l’Autorité pour pertes moyennes de 50 000 euros. L’AMF espère cependant que les réglementations européennes et françaises vont offrir un cadre plus sûr pour les Français.

Le Bitcoin est la plus utilisée des cryptomonnaies.
DR

"Plus de 9 millions d'euros de pertes" liées aux crypto-actifs, tel le bitcoin, ont été recensées en France depuis début 2018 par les services dédiés aux épargnants de l'Autorité des marchés financiers (AMF), a déploré jeudi son président Robert Ophèle. Qualifiés à tort selon l'AMF de monnaies virtuelles, les crypto-actifs (bitcoin, Ethereum, Ripple...) sont des actifs virtuels très spéculatifs, stockés sur un support électronique et dont le fonctionnement s'appuie sur un réseau sans intermédiaire.

"2017 a permis de récolter les premiers fruits du nouveau cadre réglementaire introduit par la loi Sapin 2" comme l'interdiction de la publicité pour les produits financiers les plus dangereux, a-t-il relevé en présentant à la presse le rapport annuel pour 2017 du gendarme des marchés. "Mais c'est un terrain sur lequel les offres se renouvellent sans cesse" et au cours des quatre premiers mois de l'année, "sur les plus de 4 000 demandes traitées par notre centre Epargne Info-services, 700 ont concerné les crypto-actifs avec près de 250 réclamations ou signalements faisant état de plus de 9 millions d'euros de pertes", a-t-il ajouté.

Tout le monde est touché

"Les demandes liées aux crypto-actifs sont en augmentation avec en moyenne des pertes de 50 000 euros", a détaillé Claire Castanet, directrice des relations avec les épargnants. Et selon elle, "tout le monde est touché", du retraité avec 900 euros mensuels qui a perdu 24 000 euros au couple aisé qui a vu disparaître une grande part de ses économies.

Le patron de l'AMF s'est réjoui des nouveaux pouvoirs introduits par la réglementation européenne MIFID 2 (Markets in Financial Instruments Directive). Celle-ci permet en effet d'"interdire de façon temporaire la commercialisation de produits financiers dangereux", a-t-il précisé.

Nabilla et l'Athlético

"Mais ces placements toxiques sont en perpétuelle évolution", a-t-il poursuivi, en évoquant la publicité pour un sponsor chypriote de trading en ligne sur les maillots des joueurs de football de l'équipe espagnol de l'Atlético lors de la finale de l'Europa League les opposant à l'Olympique de Marseille et retransmise sur une chaîne française. Le CSA a signifié à M6, qui diffusait mercredi soir avec beIN le match, que cette société sponsor de l'Atlético Madrid posait problème car "commercialisant des contrats financiers interdits de publicité en France".

En janvier dernier, l'AMF avait déjà interpellé Nabilla sur Twitter alors que celle-ci faisait la promotion de plateforme de trading pour des bitcoins. Alors qu'elle assurait des gains importants sans risque, l'autorité lui a répondu sur Twitter : "Nabilla, Le Bitcoin c'est très risqué ! On peut perdre toute sa mise. Pas de placement miracle. Restez à l'écart (...) Le Bitcoin est un investissement risqué. Nous vous invitons à la plus grande vigilance".

Ludovic Dupin avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

En dépassant les 10 000 dollars, le Bitcoin inquiète de plus en plus sur le risque de bulle financière

Mercredi 29 novembre, la monnaie virtuelle bitcoin a franchi mercredi pour la première fois le seuil record de 10 000 dollars, continuant de grimper après avoir vu sa valeur multipliée par dix en moins d'un an. D’aucuns craignent un risque d’éclatement de cette bulle financière ou...

JP Morgan, Bank of America, Citigroup et la Lloyds interdisent le bitcoin

Après Facebook et Google, plusieurs grandes banques interdisent l’achat à crédit de bitcoins et autres cryptomonnaies. De quoi déstabiliser encore un peu plus le marché. Le gendarme de la bourse américaine enquête, quant à lui, sur une plateforme d’échanges, tandis que la France a nommé un...

Google va censurer les publicités pour le bitcoin et autres produits financiers spéculatifs

Face à l’engouement pour le bitcoin et autres cryptomonnaies, Google va s'attaquer aux publicités pour les produits financiers spéculatifs dès cette année. C’est ce qu’a annoncé le géant Internet américain en présentant le bilan 2017 de ses efforts sur le contrôle des publicités. En 2017,...

L’Autorité des marchés financiers fait la leçon à Nabilla sur les dangers du bitcoin

L’autorité des marchés financiers a repris Nabilla sur le Bitcoin. Cette dernière affirmait, dans le cadre d’une vidéo promotionnelle sur les réseaux sociaux, que c’est un investissement sûr et rentable. Mais l’AMF lui rappelle que tout peut être perdu avec de tels placements.

NUMÉRIQUE

Cryptomonnaie

L’émergence de monnaies virtuelles, en particulier le bitcoin, interroge sur la dérégulation de certains pans de la finance qui pourrait conduire à de véritables crises. Banques et bourses peinent elles-mêmes à se positionner sur ces devises.

Libra facebook iStock CHENG FENG CHIANG

G7 Finance : Libra, la cryptomonnaie de Facebook inquiète les États

Les ministres des Finances du G7, réunis à Chantilly ces deux prochains jours, vont se pencher sur la cryptomonnaie que veut lancer Facebook l’année prochaine. Les ministres et autorités de régulation veulent plus de détails sur le projet de cryptomonnaie. Ils craignent l’ampleur qu’il pourrait...

Avec Libra, Facebook veut lancer sa propre cryptomonnaie

Le réseau social américain devrait annoncer mardi 18 juin le lancement de Libra, sa cryptomonnaie. Basée sur une blockchain, la monnaie virtuelle de Facebook pourrait s’échanger au travers des différentes applications de messagerie du groupe. Plusieurs entreprises, comme Illiad, Visa, ou Uber...

Le Bitcoin, cryptomonnaie née de la crise financière, fête ses 10 ans

Le 31 octobre 2008, en pleine crise financière, naît le bitcoin, la première cryptomonnaie. Sa portée est d’emblée politique : l’idée étant de contourner le système financier traditionnel. Dix ans plus tard, la principale cryptomonnaie nourrit un écosystème complexe et ses émanations commencent à...

Le PSG et la Juventus lancent leur cryptomonnaie pour créer des "supporters actionnaires"

Le PSG a lancé le 10 septembre dernier sa propre cryptomonnaie. Une première pour un club de football. Il a été rejoint par la Juventus. L'idée est simple : chaque supporteur peut acheter des jetons et peut ainsi participer à des votes sur les décisions du club. Une manière d'impliquer les fans dans...