Publié le 17 juin 2019

NUMÉRIQUE

Avec Libra, Facebook veut lancer sa propre cryptomonnaie

Le réseau social américain devrait annoncer mardi 18 juin le lancement de Libra, sa cryptomonnaie. Basée sur une blockchain, la monnaie virtuelle de Facebook pourrait s’échanger au travers des différentes applications de messagerie du groupe. Plusieurs entreprises, comme Illiad, Visa, ou Uber feraient partie des partenaires de Facebook dans le consortium dédié à Libra.

Facebook veut lancer le Libra, sa propre monnaie basée sur une blockchain.
@Pixabay

Facebook doit révéler mardi 18 juin les détails d’un projet qui devrait signer l’entrée du géant américain dans l’univers des cryptomonnaies. Un événement susceptible de révolutionner l’écosystème actuel des devises virtuelles. Le réseau social américain, qui fait pourtant l’objet de questions sur sa taille trop importante pour être responsable, ajouterait à son éventail d’activité un domaine très sensible.

Cela fait plusieurs mois que l’intérêt de Facebook concernant les cryptomonnaies est connu. Plusieurs informations ont déjà fait l’objet de fuites dans la presse, même si aucune n’a encore été confirmée officiellement. La BBC a révélé il y a trois semaines que le réseau social envisageait le lancement de sa monnaie virtuelle au premier trimestre 2020, d’abord dans une douzaine de pays.

Adossée à un panier de monnaies, cette cryptomonnaie qui devrait s’appeler "Libra", pourrait transiter à partir d’applications détenues par Facebook, comme Messenger et Whatsapp, qui regroupent plus de deux milliards d’utilisateurs. Plusieurs entreprises comme Visa, Mastercard, PayPal et Uber ont déjà rejoint le consortium créé par Facebook, selon le Wall Street Journal. D’après le quotidien Les Echos, l’opérateur télécoms Illiad, maison mère de Free, fait également partie des premiers investisseurs.

Une monnaie basée sur la blockchain

Comme le Bitcoin, première et principale monnaie virtuelle décentralisée, la devise Facebook devrait utiliser la "blockchain" (chaîne de blocs), un registre décentralisé, public et infalsifiable, qui permet de garantir la fiabilité des échanges sans faire appel à un tiers de confiance. À la différence près que la monnaie virtuelle de Facebook devrait passer par une blockchain privée, dont l’accès au registre n’est possible que par certains membres définis. Pour le projet Libra de Facebook, ces membres devraient être les partenaires du réseau social membres du consortium, qui ont investi dans cette nouvelle monnaie.

À l’inverse des cryptomonnaies comme le bitcoin, la cryptomonnaie de Facebook ne devrait pas fluctuer librement selon l’offre et la demande. Le bitcoin, qui ne valait rien à sa création et a dépassé les 19 500 dollars en décembre 2017, a souvent été critiqué pour sa forte volatilité, jugée comme un frein à son adoption par le grand public. En effet, selon plusieurs études, le bitcoin est plus souvent conservé à des fins de spéculation qu’utilisé comme moyen d’échange. Facebook s’acheminerait donc vers la création d’un "stablecoin", une cryptodevise adossée à un panier de devises réelles (euro, dollar, livre sterling, yen) censé en garantir le cours.

Signal positif pour les cryptomonnaies

L’engouement autour de la monnaie virtuelle de Facebook pourrait relancer l’intérêt pour les cryptomonnaies après une période de relative accalmie, voire de défiance. Cela "banalise les cryptos", a expliqué à l’AFP Neil Wilson, analyste pour Markets.com, qui y voit un signal "clairement positif" pour le secteur. En revanche, la puissance de frappe du géant américain, avec ses milliards d’utilisateurs, et son ambition de créer une monnaie décentralisée qui servirait véritablement de moyen d’échange, pourrait également porter un sérieux coup à l’intérêt du bitcoin et tirer les prix des autres monnaies virtuelles vers le bas.

Facebook n’est pas le premier à vouloir lancer sa propre monnaie virtuelle. Mi-février, la banque américaine JP Morgan Chase avait annoncé le lancement du JPM Coin, adossé également à un panier de devises réelles. Mais les ambitions des deux cryptomonnaies semblent différentes. Alors que le JPM Coin sera restreint à des transactions financières entre grands investisseurs, la devise virtuelle de Facebook, elle, pourrait potentiellement s’adresser à des particuliers qui ne disposent même pas de compte bancaire.

La rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Google, Facebook, les appels au démantèlement se multiplient

Utilisation des données personnelles, influence sur les élections démocratiques, etc. Les géants américains du numérique multiplient les controverses. La course à la taille des Gafa semble les avoirs poussés à devenir trop gros pour être totalement responsables. Au point que des...

[Le chiffre] Les GAFA détiennent 70 000 données sur votre enfant

À l'âge de 13 ans, les parents auront posté en moyenne 1 300 photos et vidéos de leur enfant sur les médias sociaux. Et d'ici ses 18 ans, il y aura, sur la toile, 70 000 publications le concernant, estime un rapport de la commission britannique de protection de l'enfance. Des données...

Le Bitcoin, cryptomonnaie née de la crise financière, fête ses 10 ans

Le 31 octobre 2008, en pleine crise financière, naît le bitcoin, la première cryptomonnaie. Sa portée est d’emblée politique : l’idée étant de contourner le système financier traditionnel. Dix ans plus tard, la principale cryptomonnaie nourrit un écosystème complexe et ses émanations...

Affaire Cambridge Analytica : Mark Zuckerberg, reconnaît avoir échoué à protéger les données des utilisateurs de Facebook

Quatre jours après la révélation de la faille de sécurité dans le réseau social Facebook qui a permis à l’entreprise Cambridge Analytica d’influencer le vote des électeurs américains, Mark Zuckerberg sort enfin de son silence. Il reconnaît des erreurs et avoir brisé la confiance des...

[Science] Le bitcoin pourrait, à lui seul, augmenter la température de 2°C en 16 ans

On savait que le bitcoin est un gouffre énergétique mais pas que sa généralisation pouvait avoir un tel impact sur le réchauffement climatique. Selon une étude publiée dans la revue Nature, s'il est massivement utilisé, il pourrait faire grimper en seulement 16 ans la température mondiale...

NUMÉRIQUE

Cryptomonnaie

L’émergence de monnaies virtuelles, en particulier le bitcoin, interroge sur la dérégulation de certains pans de la finance qui pourrait conduire à de véritables crises. Banques et bourses peinent elles-mêmes à se positionner sur ces devises.

Libra facebook iStock CHENG FENG CHIANG

G7 Finance : Libra, la cryptomonnaie de Facebook inquiète les États

Les ministres des Finances du G7, réunis à Chantilly ces deux prochains jours, vont se pencher sur la cryptomonnaie que veut lancer Facebook l’année prochaine. Les ministres et autorités de régulation veulent plus de détails sur le projet de cryptomonnaie. Ils craignent l’ampleur qu’il pourrait...

Avec Libra, Facebook veut lancer sa propre cryptomonnaie

Le réseau social américain devrait annoncer mardi 18 juin le lancement de Libra, sa cryptomonnaie. Basée sur une blockchain, la monnaie virtuelle de Facebook pourrait s’échanger au travers des différentes applications de messagerie du groupe. Plusieurs entreprises, comme Illiad, Visa, ou Uber...

Le Bitcoin, cryptomonnaie née de la crise financière, fête ses 10 ans

Le 31 octobre 2008, en pleine crise financière, naît le bitcoin, la première cryptomonnaie. Sa portée est d’emblée politique : l’idée étant de contourner le système financier traditionnel. Dix ans plus tard, la principale cryptomonnaie nourrit un écosystème complexe et ses émanations commencent à...

Le PSG et la Juventus lancent leur cryptomonnaie pour créer des "supporters actionnaires"

Le PSG a lancé le 10 septembre dernier sa propre cryptomonnaie. Une première pour un club de football. Il a été rejoint par la Juventus. L'idée est simple : chaque supporteur peut acheter des jetons et peut ainsi participer à des votes sur les décisions du club. Une manière d'impliquer les fans dans...