Publié le 17 septembre 2019

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

[Infographie] L’orpaillage illégal, qui menace l’Amazonie, ne baisse pas malgré la multiplication des projets industriels

Le Grand conseil des Amérindiens de Guyane a dénoncé l’hypocrisie de la France sur l’Amazonie. Il accuse le gouvernement de favoriser l’extractivisme (l'exploitation massive des ressources) en accordant des permis à de grandes multinationales minières. Pour l’État, la promotion des sites aurifères industriels est le meilleur moyen de lutter contre l’orpaillage illégal, et de préserver in fine l'Amazonie. Un argument qui ne semble pas se vérifier sur le terrain.

Emplacement des futures installations minières de la Montagne d'Or en Guyane.
@Compagnie minière Montagne d'Or

"Nous sommes Amazoniens", avait lancé Emmanuel Macron, fin août, en référence à la Guyane, région d’outre-mer française recouverte à plus de 95 % de forêts, dont une partie est amazonienne. Face aux méga-feux qui ravagent le poumon vert de la planète, le chef de l’État avait appelé à la mobilisation. Une "hypocrisie" qu’a tout de suite dénoncé le Grand conseil coutumier des peuples amérindien et bushinengé de Guyane.

360 000 hectares de forêt aux multinationales minières

"Le feu n’est pas le seul danger qui menace ou qui détruit l’Amazonie. L’extractivisme a sa grande part de responsabilité. Et nous sommes dans l’étonnement face au positionnement du Président Emmanuel Macron qui consiste à dénoncer la destruction de l’Amazonie brésilienne ou bolivienne mais qui parallèlement attribue 360 000 hectares de forêt aux multinationales minières, en Guyane, en Amazonie française", a écrit le Grand conseil dans une tribune publiée sur France Info. Selon l’Office national des forêts, depuis 2003, 29 000 hectares de forêt ont été détruits par l’orpaillage légal ou illégal.

Si le projet de la Montagne d’or a été suspendu, une vingtaine de permis ont été accordés ou renouvelés en Guyane depuis 2015. Fin juillet, un permis de recherche a encore été accordé à Sand Ressources pour une durée de cinq ans sur 5 000 hectares. "Le gouvernement continue d'organiser la grande braderie de la forêt amazonienne", réagit le collectif Or de Question. Pour l’État, le développement de sites légaux est avant tout un moyen de lutter contre l’orpaillage illégal, véritable fléau pour les Guyanais.

Infog ok orpaillage illégal un fléau pour la guyane

Les projets industriels ne ciblent pas le même or que les orpailleurs illégaux

L’argument a plusieurs fois été repris pour justifier notamment du projet de la Montagne d’or. Le rapport Cyclope, rédigé par des experts et universitaires indépendants, et remis en juin 2018 à la Collectivité Territoriale de Guyane, précise ainsi que le projet doit être "vu comme un outil permettant de lutter contre l’orpaillage illégal si des outils de traçabilité de l’or sont développés". "La mine industrielle semble, d’un point de vue économique et environnemental, être la voie d’avenir du secteur aurifère", notent les auteurs.

Une analyse qui ne se vérifie pas forcément sur le terrain. "C’est une fausse piste !", juge Laurent Kelle, responsable du WWF France en Guyane. "Les projets industriels sont localisés et exploitent de l’or en profondeur. Les sites illégaux, à l’inverse, sont présents sur tous les bassins-versants de Guyane et se concentrent davantage sur l’or alluvionnaire (en surface). Les deux cibles sont donc complètement différentes. Pire encore, une fois les exploitations industrielles arrêtées, les clandestins réinvestissent les sites pour extraire l’or disséminé sur les chantiers."

"Plus que les grandes multinationales, ce sont plutôt les artisans ou les petites PME qui sont en concurrence directe avec les orpailleurs illégaux car ils doivent respecter un cadre réglementaire justifié mais contraignant", abonde le géographe François-Michel Le Tourneau, qui travaille sur le sujet depuis trois ans. "Les orpailleurs illégaux font une sorte de dumping car ils ne respectent aucune des normes sociales et environnementales qui pèsent sur les artisans légaux. Leur organisation est très souple, ce qui leur permet de se réinstaller très rapidement et dans des zones difficiles d’accès malgré la forte pression exercée par les autorités."

Pour les deux spécialistes, le meilleur moyen de lutter contre l’orpaillage illégal reste de maintenir la pression avec les forces armées de l’opération Harpie et de coopérer avec les pays voisins, et notamment le Brésil, pour que les candidats au trafic soient moins nombreux. Un engagement difficile à l’heure où les relations entre la France et le Brésil sont particulièrement tendues.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Le gouvernement renonce au projet minier Montagne d’Or en Guyane

C’est l’une des décisions prises par le tout nouveau Conseil de Défense écologique qui a tenu sa première réunion ce jeudi 23 mai en présence de 13 ministres et du Président de la République. L’exécutif a jugé le projet de mine Montagne d’or, en Guyane, incompatible avec les exigences...

Montagne d’or : le gouvernement veut évaluer les impacts des projets miniers en Guyane

Le gouvernement lance une mission sur les enjeux socio-économiques et environnementaux des grands projets miniers en Guyane. Une consultation qui s’inscrit dans le contexte du projet controversé de la "Montagne d'or". Celui-ci prévoit l’exploitation à ciel ouvert d’une mine géante en...

En Guyane, Macron doit répondre au fléau de l'orpaillage illégal

[Mise à jour le 27 octobre 2017] Six mois après les manifestations qui ont éclaté en Guyane, Emmanuel Macron s'est rendu dans le département français où l'orpaillage illégal reste un sujet de tension. Aggravée par le trafic d'armes, la pollution au mercure, l'insécurité, la prostitution......

Pour ou contre le projet Montagne d’or en Guyane ? Cinq éléments à connaître pour se décider

C'est peut-être la prochaine ZAD, Zone à défendre. Encore discret par rapport à Notre-Dame-des-Landes, le projet de mine d'or en Guyane baptisé "Montagne d'Or", soutenu par Emmanuel Macron, pourrait bien faire la Une des gros titres dans les semaines à venir alors qu'un débat va s'ouvrir....

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

Infographies

Chaque semaine, Novethic vous explique l’actualité à travers des infographies pour mieux comprendre l’économie, l’énergie, la finance, le travail...

Centrale electrique au charbon importations UE pixabay

[Infographie] Le double-jeu de l’Union européenne sur le charbon

Pour la première fois, les éoliennes et le solaire ont fourni plus d’électricité que le charbon au sein de l’Union européenne. Une bonne nouvelle pour le climat mais c’est sans compter sur les importations d'électricité à partir de charbon depuis les pays frontaliers de l’UE. Rien qu’en 2019, elles...

Construction logements grues artificialisation pixabay

[Infographie] Les deux tiers des sols artificialisés en France servent à construire des logements

Il y a un an, le chef de l’État en visite au Salon de l’Agriculture rappelait l'engagement du gouvernement d’atteindre l’objectif zéro artificialisation nette. Pour preuve, quelques mois plus tard, l'Élysée annonçait la fin du projet de méga-complexe commercial Europacity, qui devait voir le jour...

Voiture accro dependance mobilite du quotidien pixabay

[Infographie] Mobilités du quotidien : les Français "prisonniers" de la voiture malgré une prise de conscience écologique

La révolte des Gilets Jaunes contre la hausse de la taxe carbone sur les carburants a fait apparaître une véritable fracture sur la question des transports. Si la voiture reste le principal mode de déplacement des Français, beaucoup en sont prisonniers, faute d'offres alternatives. C'est ce que...

Une exploitation d huile de palme sur l ïle de Bornéo en Indonésie BAY ISMOYO AFP

[Infographie] Controverses sur l'huile de palme : comprendre les enjeux

Manne économique pour des pays en développement comme l'Indonésie et la Malaisie. Ennemi majeur du développement durable et de la biodiversité pour une partie du reste du monde. L'huile de palme alimente de nombreux débats, notamment en Europe qui tend à lui fermer ses frontières. De l'autre côté de...