Publié le 04 décembre 2019

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

[Infographie] Accord de Paris : les émissions de CO2 en hausse de 4 % depuis la COP21

Jusqu’au 13 décembre, les pays du monde entier sont réunis à Madrid pour conclure les dernières règles de mise en œuvre de l’Accord de Paris et lui redonner une impulsion politique afin d’être prêts en 2020 pour une véritable relève de l'ambition climatique. À ce jour, tous les voyants sont au rouge. Après plusieurs décennies de perdu, le temps presse.

Danger are u ready urgence climatique ronniechua istock
2018 a encore été une année record pour les émissions de gaz à effet de serre. Les États réunis à Madrid pour la COP25 doivent inverser la tendance.
ronniechua / iStock

Émissions de CO2 à la hausse, concentration record de carbone dans l’atmosphère, engagements quasi-inexistants des pays du G20 – qui comptent pour 80 % des émissions mondiales –, secteurs qui peinent à opérer leur décarbonation… Les rapports d'alerte se multiplient et arrivent tous à la même conclusion. Quatre ans après la signature de l’Accord de Paris, tous les voyants sont au rouge. Pourtant, il y a urgence. Les pays signataires, réunis à Madrid jusqu'au 13 décembre, doivent drastiquement réduire leurs émissions pour espérer contenir le réchauffement planétaire sous la barre des 2°C, voire 1,5°C, par rapport à l’ère préindustrielle.

Or, depuis la COP21 de 2015, les émissions mondiales de CO2 ont crû de plus de 4 % selon les projections du Global Carbon Project, publiées ce mercredi 4 décembre, à partir des premières estimations pour 2019. Celles-ci ne sont pas bonnes puisqu'elles prévoient encore une hausse de 0,6 % sur l'année au niveau mondial, par rapport à 2018. "L'utilisation de gaz naturel est le principal facteur qui explique la croissance des émissions depuis 2012, couplée à la croissance continue du pétrole, alors que l'utilisation du charbon baisse" expliquent les auteurs. 

"Le pic des émissions n'est toujours pas en vue", regrette Philippe Ciais, chercheur au LSCE (Institut Pierre Simon Laplace). "Il est urgent de redoubler d'efforts pour rester sous la barre des 2°C fixé dans l'Accord de Paris. Avec l'augmentation actuelle des émissions, atteindre cet objectif devient un défi extraordinairement difficile à relever", poursuit le chercheur. Si les États-Unis et l'Union européenne voient leurs émissions baisser en 2019, ce n'est pas le cas de la Chine et de l'Inde, où elles continuent de croître. 

Infog accord de paris voyants au rouge

"Le monde est à un tournant et d'ici la fin de la prochaine décennie, nous serons sur un de ces deux chemins", a mis en garde Antonio Guterres, dans son discours d’ouverture à la COP25. "L'un est le chemin de la capitulation, où nous aurons dépassé comme des somnambules le point de non-retour, mettant en danger la santé et la sécurité de tous les habitants de cette planète. L'autre option est le chemin de l'espoir. Un chemin dans lequel les énergies fossiles restent là où elles devraient être, dans le sol, et où nous parviendrons à la neutralité carbone d'ici 2050", a-t-il poursuivi. "Faisons preuve de la volonté politique que les peuples attendent de nous." 

L'absence d'Emmanuel Macron pointée du doigt

Certaines ONG françaises déplorent notamment l’absence d’Emmanuel Macron, qui a annulé son déplacement dans la capitale espagnole en raison du mouvement de grève prévu ce jeudi 5 décembre. "Emmanuel Macron ne peut pas demander aux jeunes d’aller manifester en Pologne ou de nettoyer les plages corses et laisser les pays climato-sceptiques paralyser une des enceintes décisives de la lutte contre le changement climatique. Chacun doit faire ses devoirs : la jeunesse et les scientifiques font les leurs, tandis que les dirigeants politiques jouent aux cancres", souligne Clément Sénéchal, chargé de campagne Climat à Greenpeace France.

Le premier ministre, Édouard Philippe, s’est rendu lundi matin à Madrid pour l’ouverture de la COP25. Dans une tribune publiée en amont, il s’est montré optimiste pour le climat et a appelé à ne pas baisser les bras. "Le seul effondrement qui nous menace pour l’instant, c’est celui de nos volontés", a-t-il affirmé. "Quand je vois la formidable mobilisation des jeunes générations, la rapidité de certains changements, l’importance que la préservation de l’environnement prend dans le débat public, je me dis que l’humanité est loin d’avoir dit son dernier mot", a-t-il poursuivi. Elle doit en tout cas accélérer car après "une décennie perdue" (2009-2019), prévient l’Onu, les pays devront réduire de 7,6 % leurs émissions carbonées chaque année entre 2020 et 2030 pour espérer limiter le réchauffement climatique à 1,5°C d’ici la fin du siècle.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

La COP 25 doit sonner le rappel des troupes avant 2020, année décisive pour l’action climatique

Dans un an, les parties signataires de l'Accord de Paris devront relever leurs ambitions climatiques pour espérer rester sous un réchauffement global de 2°C, voire 1,5°C. À un an de cette échéance décisive, ils se retrouvent à Madrid jusqu'au 13 décembre pour se réengager dans l'Accord de...

Cinq questions pour tout comprendre à la COP 25 qui se tiendra finalement en Espagne

La 25e conférence sur le climat des Nations-Unies, la COP25, aura finalement lieu à Madrid, en Espagne. Elle se tiendra aux dates prévues initialement, du 2 au 13 décembre, mais sous présidence chilienne. Confronté à une grave crise sociale, le pays a dû renoncer à accueillir l’événement....

L’ONU alerte sur l'urgence climatique et dénonce dix ans de procrastination

La mise en garde lancée mardi 26 novembre par l'ONU est plus claire que jamais : si le monde remet encore à plus tard les actions immédiates et radicales nécessaires pour réduire les émissions de CO2, la catastrophe climatique ne pourra plus être évitée. L’organisation internationale...

[Infographie] Nos enfants devront émettre 8 fois moins de CO2 que leurs grands-parents dans un scénario 1,5°C

Alors que les jeunes du monde entier mènent des grèves scolaires pour le climat chaque semaine, une nouvelle analyse de Carbon Brief pointe l’injustice intergénérationnelle du changement climatique. Ainsi, un jeune Français né en 2016 devra émettre huit fois moins de CO2 que ses...

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

Infographies

Chaque semaine, Novethic vous explique l’actualité à travers des infographies pour mieux comprendre l’économie, l’énergie, la finance, le travail...

Commerce international echanges importations conteneurs pixabay

[Infographie] 57 % de l’empreinte carbone de la France provient de ses importations

La crise du Coronavirus a montré les défaillances de chaînes d’approvisionnement hyper-mondialisées. Depuis, Emmanuel Macron n’a eu de cesse d’appeler à la relocalisation pour réduire la dépendance de la France. Outre l’intérêt pour la souveraineté nationale, l’impact serait également positif sur le...

Station essence

[Infographie] L’État consacre près de 30 milliards d’euros par an à des dépenses néfastes pour la planète

La baisse du prix des énergies fossiles, liée à la crise du Coronavirus, constitue une opportunité inespérée de mettre fin aux subventions néfastes pour l'environnement. Celles-ci représentent près de 30 milliards d'euros chaque année en France. Les ONG poussent pour qu'un calendrier de suppression...

Convention citoyenne pour le climat hemicycle

[Infographie] Convention citoyenne pour le climat : les principales mesures à retenir

La Convention citoyenne pour le climat, mise en place par Emmanuel Macron après la crise des Gilets jaunes, a rendu ses propositions finales dimanche 21 juin. Novethic les a épluchées et a rassemblé les principales mesures dans une infographie. L'objectif est de placer la France dans une trajectoire...

Declin energies fossiles

[Infographie] Vers le crépuscule des énergies fossiles

Plusieurs données récentes et prévisions laissent penser que les énergies fossiles entament leur déclin, accéléré par la crise du Coronavirus. Les prix en berne et les investissements en chute libre vont durablement impacter le secteur, concurrencé par des coûts du renouvelable de plus en plus...