Publié le 09 avril 2008

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Une plante édulcorante objet de pressions et de convoitises

Après la condamnation de Kokopelli pour commercialisation illégale de semences, Guayapi tropical, membre de la Plateforme pour le commerce équitable, risque d'être poursuivie pour commercialisation illégale de la stévia, une plante latino-américaine consommée depuis des siècles pour son pouvoir édulcorant.

115426_GF.jpg
Feuilles de Stevia
© La Maison du stevia

Le 21 janvier dernier, Claudie Ravel, dirigeante fondatrice de la société de commerce équitable Guayapi tropical est ressortie des locaux de la Brigade de répression de la délinquance économique après trois heures d'audition et une épée de Damoclès au-dessus de la tête : si l'entreprise ne cesse pas la commercialisation de la stévia, sa dirigeante risque une peine de deux ans de prison et une amende de 37 000 € à titre personnel et 37 000 € pour l'entreprise.
La fameuse stévia est une plante d'origine latino-américaine reconnue pour son effet sucrant (environ 300 fois plus que le sucre traditionnel) tout en étant acalorique. Sous forme de feuilles séchées, d'extrait ou d'additif, la stévia représente une alternative naturelle aux édulcorants de synthèse du type Aspartame ou Splenda. Seul problème : la stévia n'est pas autorisée en tant qu'aliment au sein de l'Union européenne. Non pas qu'une interdiction formelle et définitive ait été publiée, mais la stévia n'a jamais obtenu d'autorisation de commercialisation dans le respect d'une directive européenne de 1997 sur les nouveaux aliments. Cette réglementation couvre le champ des « nouvelles plantes » qui n'ont jusque-là pas été consommées au sein de l'Union mais aussi de leurs dérivés (extraits, additifs) et des OGM. La directive « Novel food » impose de prouver l'innocuité pour la santé humaine de la plante ou du produit afin d'obtenir une première autorisation de commercialisation.
Guayapi tropical, membre de la Plateforme française du commerce équitable (PFCE) commercialise depuis 1992 la stévia sous forme de poudre de feuilles séchée, produite par une tribu d'Amazonie, les Satere Mawe. Mais la société n'a semble-t-il pas apporté de preuves suffisantes de cette commercialisation antérieure à 1997. Sous cette forme, la stévia est consommée depuis des siècles en Amérique latine. Pour la DGCCRF (Direction générale de la concurrence et de la répression des fraude), des siècles de consommation humaine de la plante ne remplace pas le respect de la réglementation. « Mon erreur est d'avoir été honnête en présentant la plante pour ce qu'elle est », constate Claudie Ravel. Nombres de magasins vendent la stévia en Europe mais sous l'appellation « base cosmétique » ou encore en tant que plante ornementale afin de contourner la législation.
Guayapi n'en est pas à ses premiers déboires judiciaires. En 2005, la société a été condamnée en cassation pour tromperie sur la marchandise. Le packaging de la stévia indiquait le « pouvoir sucrant » du produit ce qui est réservé aux édulcorants autorisés. La mention a été retirée, mais les consommateurs l'achètent pour cette caractéristique.

Un marché de 250 millions d'euros

D'autres entreprises, comme Greensweet, installée en Auvergne, tentent de faire autoriser la stévia dans l'Union européenne, mais cette fois sous forme d'additif alimentaire. Greensweet, qui a fait des essais avec des groupes comme Danone et Unilever, a déposé un dossier auprès de la DGCCRF en 2006. L'autorité de la concurrence a demandé un complément d'information suite à l'avis négatif rendu par l'Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) en octobre dernier, malgré des études positives récentes comme celles du groupe d'experts de l'OMS (Organisation mondiale de la santé) qui a renouvelé en 2007 une autorisation provisoire de consommation.
Le marché mondial des édulcorants représente au niveau mondial « un milliard d'euros de chiffre d'affaires, 250 millions € en Europe » selon Joël Perret, directeur de Greensweet. Le potentiel économique d'un édulcorant naturel issu de la stévia est très important en ces temps où la méfiance grandit face aux additifs alimentaires de synthèse et notamment l'aspartame, édulcorant soupçonnée d'être cancérigène.
Mais si le Japon a autorisé la stévia (40 % de part de marché) depuis plus de trente ans, tout comme une vingtaine de pays (Chine, Australie, Brésil...), d'autres comme l'Union européenne et les Etats-Unis ne veulent pas se presser.Aux Etats-Unis, la situation est encore plus étonnante. Si l'additif à base de stévioside (la molécule active) n'est toujours pas autorisé, la stévia est commercialisé légalement dans la catégorie des « compléments diététiques » depuis 1995.
Ce particularisme laisse supposer une pression de l'industrie des édulcorants de synthèse pour empêcher l'arrivée d'un concurrent naturel sur le marché. Récemment, une nouvelle marque est arrivée sur le marché mondial, le Splenda, produit par la firme britannique Tate & Lyle qui vient d'inaugurer une nouveau site de production à Singapour.
La situation pourrait bientôt changer. En juin 2007, Cargill et Coca Cola ont officiellement annoncé leur volonté d'obtenir l'autorisation de mise sur le marché américain de la Rebiana, additif à base de stévia afin de le substituer à l'aspartame dans le Coca light. La puissance de ces deux multinationales pourrait faire plier la Food and Drug Administration.
Pour Guayapi tropical, un signe d'espoir est venu de la Commission européenne qui a annoncé, le 14 janvier, vouloir assouplir la directive « Novel food ». Cet assouplissement vise à reconnaître la qualité d'aliments traditionnels dès lors qu'une documentation prouve « l'utilisation passée de l'aliment dans un pays tiers ». Reste à savoir si cette simplification n'arrivera pas trop tard pour Guayapi. Un retard d'autant plus préjudiciable pour ce promoteur du commerce équitable qu'une autorisation de l'additif provoquera un bouleversement du marché de la production de la plante.

Philippe Chibani-Jacquot
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Paradis fiscaux

L’optimisation fiscale pratiquée à grande échelle par les multinationales tout comme la localisation de sièges sociaux dans des paradis fiscaux sont devenus des débats économiques cruciaux. Ils portent sur la définition des paradis fiscaux tout comme sur les pays figurant sur les listes officielles.

Optimisation fiscale : Bruxelles veut démonter le système Ikea

La Commission européenne a ouvert lundi une enquête contre le Suédois Ikea, numéro un mondial de l'ameublement, qu'elle soupçonne d'avoir bénéficié d'avantages fiscaux indus de la part des Pays-Bas. Cette investigation est l'une des plus importantes lancée jusqu'ici par Bruxelles à l'encontre d'une...

Dix-sept paradis fiscaux sur la liste noire de l'Union européenne

Les 28 ministres des finances européens se sont finalement mis d’accord ce mardi 5 décembre sur une liste commune des paradis fiscaux, c’est-à-dire des États non coopératifs en matière fiscale. Les Émirats arabes unis, la Corée du Sud ou encore Panama y figurent, mais d’autres places notoires de...

Suisse, Île Maurice, Nouvelle-Calédonie... Quels pays devraient figurer sur la liste européenne des paradis fiscaux

L’Union européenne dévoilera officiellement sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre prochain. En amont, l’ONG Oxfam a établi sa propre liste, se basant sur les critères fixés par Bruxelles. 35 pays y figurent parmi lesquels la Suisse ou les Bermudes mais aussi la Nouvelle-Calédonie ou...

Paradise Papers : nouvelle fuite sur les clients des paradis fiscaux

95 médias dans le monde ont décrypté 13,5 millions de documents. Ils mettent en avant de gigantesques sommes hébergés dans des paradis fiscaux et des business offshores. Au rang des cités, on trouver directement ou indirectement Elizabeth II et des proches de Donald Trump et Justin Trudeau.