Publié le 17 février 2020

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Luca de Meo, le nouveau patron de Renault, sera mieux payé que Carlos Ghosn

Le prochain directeur général de Renault devrait être mieux payé que ses prédécesseurs. Sa rémunération pourrait atteindre six millions d’euros par an en fonction de la performance du groupe, soit plus d’1 million d’euros de plus que Carlos Ghosn. Un niveau de salaire qui risque de faire grincer des dents les actionnaires. D’autant que le groupe vient d’annoncer des résultats en baisse et un plan d’économie de 2 milliards d’euros sur les trois prochaines années.

Luca DE MEO Renault
Luca de Meo prendra la direction générale du groupe Renault le 1er juillet 2020.
@Renault

Jusqu’à six millions d’euros par an. C’est le salaire que devrait toucher Luca de Meo, ex-patron de la marque Seat (groupe Volkswagen) qui va prendre la direction générale de Renault à partir du 1er juillet prochain. La marque au losange n’a pas lésiné sur les moyens. Le dirigeant italien touchera un salaire fixe de 1,3 million d’euros, auquel devrait s’ajouter une part variable correspondant à 150 % du fixe annuel, soit près de 2 millions d’euros, et une rémunération en actions pouvant aller jusqu’à 75 000 actions par an.

L’addition est plus salée que pour Carlos Ghosn. Un fait surprenant alors que le niveau de salaire de l'ancien patron de la marque suscitait régulièrement la colère des actionnaires, notamment de l’État, qui avait poussé à réduire sa rémunération de 30 % en 2018. Celle-ci ne pouvait ainsi plus dépasser 4,7 millions d’euros en 2018, part fixe et variable comprises, à laquelle s’ajoutait néanmoins le salaire versé par Nissan qui portait le total à près de 15 millions d’euros. Quant à Thierry Bolloré, directeur général pendant quelques mois suite au départ de Carlos Ghosn, sa part fixe avait été limitée à 900 000 euros et un variable de 125 % de ce montant. 

Le salaire de Luca de Meo risque donc de faire tiquer quelques actionnaires. "Sa rémunération nous semble élevée, avec un fixe qui est supérieur à la médiane des rémunérations des dirigeants du CAC 40, remarque Charles Pinel, associé chez Proxinvest, l’agence de conseil en vote. Nous avons une limite à 240 Smic, sa rémunération totale peut potentiellement la dépasser." Selon la dernière étude de Proxinvest, la rémunération fixe médiane des patrons du CAC 40 atteignait 1,1 million d'euros et la rémunération totale (fixe et variable), 4,1 millions d'euros en 2018. 

Des critères de performance à surveiller

Les actionnaires seront particulièrement vigilants sur les conditions d'attribution de la part variable. "Pour Carlos Ghosn, la plupart des critères ne nous paraissaient pas suffisamment élevés et il était sûr d’obtenir le bonus", rappelle Charles Pinel. Luca de Meo, lui, sera d'autant plus scruté que le constructeur a annoncé le 14 février des résultats dans le rouge pour 2019.

Chiffre d’affaires en recul de 3,3 %, ventes de voitures en baisse de 3,4 %, résultat d’exploitation à 2,1 milliards d’euros contre 2,9 milliards l’année précédente… Et une année 2020 qui risque de n’être pas meilleure. La rémunération élevée du nouveau dirigeant est-elle proportionnelle au défi qui l’attend ? "Il faudra alors que sa part variable soit prédominante et que les critères de performance prennent en compte le long terme", prévient Proxinvest.

Lors de la présentation des résultats annuels 2019, Clotilde Delbos, la directrice générale par interim du groupe Renault, a prévenu qu’un plan d’économies serait annoncé en mai. Elle vise une réduction des coûts de structures de deux milliards d’euros sur trois ans. Avec un impact possible sur l’emploi, le constructeur n’excluant notamment pas de fermer des usines dans le monde, voire en France. Dans ces conditions, la rémunération élevée de Luca de Meo risque d’avoir encore plus de mal à passer auprès des salariés.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Jean-Dominique Senard, le nouveau patron de Renault qui roule pour une vision humaniste de l’entreprise

Après la démission de Carlos Ghosn, le conseil d’administration de Renault s’est réuni ce 24 janvier pour nommer ses successeurs. L’ancien numéro 2 de la marque, Thierry Bolloré, assurera la direction générale exécutive, Jean-Dominique Senard devient président non exécutif. Présenté comme...

[Décryptage] L'affaire Ghosn mettra-t-elle fin au mythe du PDG tout puissant ?

L’État, actionnaire de référence de Renault, s’est enfin engagé dans la succession de Carlos Ghosn à la tête du constructeur. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, a demandé que soit mise en place "une gouvernance stable et pérenne". Remplacer celui qui est devenu la...

Avec le départ de Thierry Bolloré, Renault veut tourner la page Ghosn

Renault a entamé une réflexion "sur la gouvernance du groupe" en réunissant en urgence un conseil d’administration vendredi 11 octobre. Derrière cette réunion de dernière minute, l’objectif était de révoquer le directeur général du groupe Thierry Bolloré, un geste destiné à tirer un trait...

Sous la pression de l'État, Carlos Ghosn, PDG de Renault, baisse son salaire de 30 %

Carlos Ghosn sera bien renouvelé à la tête du groupe Renault mais sous certaines conditions. Selon l'AFP, le PDG a accepté de baisser de 30 % son salaire sous la pression de l'État, actionnaire du groupe. Reste à savoir si cette baisse concerne l'ensemble de sa rémunération chez Renault,...

Rémunération de Carlos Ghosn : pourquoi un rejet des actionnaires n’aurait rien changé

Le 15 juin, lors de l'Assemblée générale de Renault, les actionnaires ont approuvé la rémunération de 7 millions d'euros du PDG Carlos Ghosn pour 2017. Un vote négatif n'aurait cependant rien changé. En effet, la loi prévoit, en cas de rejet, la reconduction de la rémunération antérieure,...

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Gouvernance

Donner du sens à son entreprise, lui donner un rôle qui limite les impacts négatifs pour la société. Quelles sont les bonnes pratiques que se se fixent les acteurs économiques?

Emission C8 Louis Boyard Cyril Hanouna CCO

Les insultes à l’antenne de Cyril Hanouna contre le député Louis Boyard montrent les limites de la régulation de la télévision

La scène surréaliste de l’émission phare de Cyril Hanouna, TPMP, a fait le buzz depuis sa diffusion en direct le jeudi 10 novembre au soir. L’animateur y a couvert d’insultes le jeune député LFI, Louis Boyard, qui tentait d’évoquer les affaires africaines de Vincent Bolloré, actionnaire principal du...

Auchan AFP Russie

Total, Renault, Auchan… les entreprises priées de se doter d’une "politique étrangère"

Après des jours ou même des semaines de silence, ces trois entreprises ont finalement pris la parole pour expliquer leur choix de quitter ou de se maintenir en Russie. Le président Ukrainien, des ONG, des citoyens ou même des salariés les avaient sommés de "choisir leur camp". En effet, les...

Co syndicat entreprise

Les syndicats et représentants du personnel à la manœuvre pour accélérer la transition des entreprises

C’est une mesure encadrée par la loi climat et résilience qui pourrait bien lancer une nouvelle dynamique dans les entreprises. Les représentants du personnel ont désormais voix au chapitre sur les sujets liés à l’environnement. Plusieurs syndicats se mobilisent dans ce sillage pour faire émerger...

Larry Fink PDG BlackRock oBlackRock

Larry Fink, PDG de Blackrock, défend un nouveau capitalisme "des parties prenantes"

Dans sa traditionnelle lettre annuelle aux dirigeants d'entreprises, le patron du premier gestionnaire d'actifs au monde les incite à "s'engager auprès de leurs principales parties prenantes pour répondre à leurs attentes". Pour le "roi de Wall Street", seules les entreprises qui sauront s'adapter à...