Publié le 19 août 2019

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

En 40 ans, les grands patrons américains se sont augmentés de plus de 900 %

La rémunération des patrons des 350 plus grandes entreprises des États-Unis a bondi de 940 % entre 1978 et 2018 quand celle d'un employé moyen n'a avancé que de 12 % et que la Bourse elle-même n'a augmenté "que" de 700 % sur la même période, selon l'enquête d'un institut d'études.

En 40 ans, la rémunération des grands patrons a été multiplié par 9,4.
@ERthui1979

En 2018, la rémunération d'un grand patron était 221 fois supérieure à celle d'un employé moyen, marquant un écart de plus en plus important au fil des ans, selon cette étude annuelle de l'Economic Policy Institute (EPI), qui conclut que cette hausse des rémunérations au sommet a été le moteur de la croissance des inégalités aux Etats-Unis.

Des chiffres qui sont certains d'alimenter le débat politique avant les élections de novembre 2020, y compris dans le camp démocrate où les tenants de l'aile gauche du parti s'affrontent durement avec les centristes. L'institut, plutôt marqué à gauche, rappelle qu'en 1989, un PDG était payé 58 fois plus qu'un employé moyen et seulement 20 fois plus en 1965.

"Cette escalade de la rétribution des PDG a nourri le gonflement des revenus des 1 % les plus riches, laissant moins de fruits de la croissance aux travailleurs ordinaires et creusant le fossé entre les très riches et les 90 % qui sont au bas de l'échelle", déplorent les auteurs de l'étude, Lawrence Mishel et Julia Wolfe.

Les plus hauts salaires suivent

En 2018, ces grands patrons ont en moyenne touché 14 millions de dollars. Ces chiffres se comprennent en tenant compte des options d'achats d'actions réalisées. Elles représentent en général deux tiers de la rémunération d'un dirigeant d'entreprise aux Etats-Unis, selon l'EPI.

Si les compensations financières des grands patrons ont tiré vers le haut les salaires des cadres aux rémunérations les plus élevées (+339,2 % entre 1998 et 2017), l'écart de croissance montre toutefois que "la paye des PDG est plus probablement basée sur le pouvoir des dirigeants à fixer leur propre salaire, que sur un marché aux meilleurs talents", souligne l'EPI.

L'institut propose quelques pistes pour réduire les inégalités : un taux d'imposition sur le revenu plus élevé pour les grands patrons, un impôt sur les entreprises où l'écart entre la rémunération du PDG et celle de l'employé moyen est le plus criant ou encore une taxe de luxe sur la rémunération qui forcerait à payer un dollar d'impôt pour chaque dollar supérieur à un certain seuil de compensation.

La question de la rémunération des grands patrons et de leur compensation financière est loin d’être absente en France. La saison des Assemblées générales de 2019 a mis en avant des anomalies chez Renault avec Carlos Ghosn, chez Technio avec le départ de Thierry Pilenko, ou la retraite chapeau de Thierry Enders chez Airbus. Le code Afep-Medef sur les rémunérations des dirigeants semble atteindre ses limites et le ministre de l’Économie Bruno Le Maire entend réguler les pratiques à l’avenir.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Gouvernance

Donner du sens à son entreprise, lui donner un rôle qui limite les impacts négatifs pour la société. Quelles sont les bonnes pratiques que se se fixent les acteurs économiques?

La fin des conglomerats metamorworks

[Édito] "Too big to manage", la fin des conglomérats

"Trop grand pour être managé", les conglomérats industriels géants qui ont fait la puissance de nations occidentales vivent des heures difficiles. Devenus des entités tentaculaires, tous passent depuis quelques années au peigne fins leurs actifs afin de savoir ce qui est réellement stratégique. La...

Neymar PSG football PSG

PSG-Leipzig : l’argent du Qatar contre celui de Red Bull en demi-finale de la Ligue des Champions

Ce soir la demi-finale de la Ligue des Champions est un match de football qui devrait réjouir tous les amateurs privés longtemps de ce spectacle à suspens. Mais c’est aussi un affrontement économique de haut vol entre deux clubs qui n’ont pas les mêmes circuits de financement. Choc entre deux...

Total siege

EDF, Renault, Total… Les pertes abyssales des grands groupes français au premier semestre illustrent la gravité de la crise

Le premier semestre 2020 a mis à mal une partie des plus grands groupes français. L’arrêt de l’économie mondiale les a fait plonger dans le rouge. Jeudi 30 juillet, à l’occasion de l’annonce des résultats de mi-année, trois d’entre eux, EDF, Renault et Total, ont donné une idée de l’ampleur de la...

AG Renault 2020 Renault

Déficit, licenciements, électrification, valorisation : les quatre défis de Luca de Meo, nouveau pilote de Renault

Souhaitons à Luca de Meo d’avoir de larges épaules car son travail s’annonce considérable. Il devient aujourd’hui directeur général de Renault, fleuron automobile français qui n’a jamais été aussi mal en point. Depuis 18 mois, le groupe a connu les aventures romanesques de Carlos Ghosn, les...