Publié le 02 janvier 2020

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

[Édito] Carlos Ghosn, l’anti rôle modèle

Lundi 30 décembre, Carlos Ghosn, l'ancien PDG de l'alliance Renault-Nissan, a fui le Japon pour rejoindre le Liban, via un passage par la Turquie. Dans son pays d'origine, il devrait échapper à la justice nippone qui le poursuit pour fraude fiscale et malversations financières. Initialement modèle de réussite et moteur pour son industrie, le patron est devenu le symbole des risques d'une gouvernance sans vrais garde-fous. 

Csm Carlos Ghosn Londres 2016 dddba1734c
Carlos Ghosn a fui le Japon où il était gardé en résidence surveillée.
@afp

Il y a un an, le grand déballage sur les dérives de Carlos Ghosn mettait à mal le mythe du PDG tout puissant rémunéré comme le roi-soleil d’un groupe automobile Renault Nissan dont il était la figure emblématique. Devenu un cas d’école, ce scandale permettait de rappeler que le respect d’un minimum de règles de gouvernance est indispensable à la pérennité d’une entreprise.

Avec sa fuite rocambolesque, Carlos Ghosn franchit un nouveau pas et devient en quelque sorte l’anti rôle modèle. Initialement citoyen du monde avec plusieurs nationalités, dont celle de son pays d’origine le Liban, et grand patron visionnaire qui a parié avant tout le monde sur la voiture électrique, il est aujourd’hui un paria de luxe en fuite pour échapper à son procès au Japon. Il était le symbole de la réussite mondiale pour sa nation qu’il transforme ainsi en refuge pour prisonnier à grosses fortunes en fuite. Ce, au moment où le peuple libanais est en dans la rue pour en finir avec des régimes corrompus et népotiques.

Des garde-fous qui ne fonctionnent pas

Mais la chute de Carlos Ghosn est aussi celle du mythe de l’homme providentiel, ce PDG qui mériterait une rémunération astronomique au prétexte que sans lui tout s’effondre et dont le conseil d’administration avalisait les oukases. On en vient à s’interroger sur tous ces garde-fous qui ne fonctionnent pas. Carlos Ghosn dirigeait un grand groupe international dont l’État français était actionnaire. Malgré les votes de défiance des actionnaires sur les montants astronomiques de sa rémunération, c’est le Japon qui a mis fin à cette situation à haut risque.

Pourtant la bonne gouvernance est la clef d’un système qui fonctionne, rappelle la spécialiste Viviane de Beaufort, professeure à l’ESSEC et Directrice de Centre Européen de Droit Économique (CEDE). "Tout cela est révélateur d’un mal beaucoup plus profond. Si, sur le papier, les règles s’améliorent, en pratique la culture du chef tout-puissant empêche le conseil d’administration de jouer son rôle et d’exercer ses responsabilités. Les administrateurs doivent questionner et challenger le dirigeant. Visiblement ce n’était pas le cas mais Renault-Nissan est loin d’être un cas isolé", décrit-elle.

Dans une époque aussi compliquée que la nôtre, il serait bon de revoir le modèle du dirigeant masculin tout puissant et de mettre en place des gouvernances où la concertation et la diversité sont les deux principes de base. En début d’année on peut toujours rêver !

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Gouvernance

Donner du sens à son entreprise, lui donner un rôle qui limite les impacts négatifs pour la société. Quelles sont les bonnes pratiques que se se fixent les acteurs économiques?

Emission C8 Louis Boyard Cyril Hanouna CCO

Les insultes à l’antenne de Cyril Hanouna contre le député Louis Boyard montrent les limites de la régulation de la télévision

La scène surréaliste de l’émission phare de Cyril Hanouna, TPMP, a fait le buzz depuis sa diffusion en direct le jeudi 10 novembre au soir. L’animateur y a couvert d’insultes le jeune député LFI, Louis Boyard, qui tentait d’évoquer les affaires africaines de Vincent Bolloré, actionnaire principal du...

Auchan AFP Russie

Total, Renault, Auchan… les entreprises priées de se doter d’une "politique étrangère"

Après des jours ou même des semaines de silence, ces trois entreprises ont finalement pris la parole pour expliquer leur choix de quitter ou de se maintenir en Russie. Le président Ukrainien, des ONG, des citoyens ou même des salariés les avaient sommés de "choisir leur camp". En effet, les...

Co syndicat entreprise

Les syndicats et représentants du personnel à la manœuvre pour accélérer la transition des entreprises

C’est une mesure encadrée par la loi climat et résilience qui pourrait bien lancer une nouvelle dynamique dans les entreprises. Les représentants du personnel ont désormais voix au chapitre sur les sujets liés à l’environnement. Plusieurs syndicats se mobilisent dans ce sillage pour faire émerger...

Larry Fink PDG BlackRock oBlackRock

Larry Fink, PDG de Blackrock, défend un nouveau capitalisme "des parties prenantes"

Dans sa traditionnelle lettre annuelle aux dirigeants d'entreprises, le patron du premier gestionnaire d'actifs au monde les incite à "s'engager auprès de leurs principales parties prenantes pour répondre à leurs attentes". Pour le "roi de Wall Street", seules les entreprises qui sauront s'adapter à...