Publié le 11 octobre 2019

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Avec le départ de Thierry Bolloré, Renault veut tourner la page Ghosn

Renault a entamé une réflexion "sur la gouvernance du groupe" en réunissant en urgence un conseil d’administration vendredi 11 octobre. Derrière cette réunion de dernière minute, l’objectif était de révoquer le directeur général du groupe Thierry Bolloré, un geste destiné à tirer un trait sur l'ère Carlos Ghosn, auquel il était fortement associé. L'actuelle directrice financière de Renault, Clotilde Delbos, va assurer l'intérim.

En révoquant Thierry Bolloré, DG de Renault et ancien Dauphin de Carlos Ghosn, le constructeur automobile entend tourner la page d'une crise de près d'un an.
@AFP

Thierry Bolloré pensait avoir un peu plus de temps. Mais le couperet est tombé aujourd’hui, à la suite d’une réunion du conseil d’administration convoquée en urgence "afin de se prononcer sur la gouvernance du groupe". Le directeur général du groupe Renault, qui avait assuré l’intérim au plus fort de l’affaire Ghosn et constituait depuis le début de l’année le nouveau duo de tête avec Jean Dominique Senard, a été révoqué.

Une surprise pour le directeur général qui s’est fendu d’une interview dans le journal Les Echos avant même la prise de décision du conseil d’administration en dénonçant "un coup de force inquiétant" et brutal. "Il est très rare de se trouver dans cette position", confirme Loïc Dessaint, directeur général de Proxinvest, bon connaisseur de la gouvernance du groupe automobile. "Normalement, cela se fait plus en douceur, à coup de parachute doré… Là, on a clairement l’impression que la succession n’avait pas anticipé, ce qui pose la question de savoir ce qui se cache derrière cette révocation".

Une décision soutenue par l'État actionnaire

Si ce sont les mauvaises performances de la marque, que dirige Thierry Bolloré depuis 2018 qui sont mises en avant par Renault, pour Thierry Bolloré, "La seule chose que l'on me reproche peut-être, c'est d'avoir été nommé directeur-général adjoint début 2018, sur proposition de Carlos Ghosn, à l'unanimité du conseil". Et de fait, il s’agit sans doute pour le constructeur d’une façon de tourner la page de l'ère Carlos Ghosn, son ancien PDG déchu, qui attend son procès au Japon où il a été mis en examen et assigné à résidence pour de multiples malversations présumées.

Mais pourquoi si vite ? Les mauvaises performances de Renault sont celles du secteur. "Plusieurs audits ont été lancés pour éclairer l’affaire Ghosn. Qu’est-ce que Thierry Bolloré savait ou ne savait pas, a dit ou n’a pas dit… Cela peut peser dans la balance… Tout comme le départ, un peu surprise, de plusieurs dirigeants du Top management vers la concurrence. On sait aussi que les Japonais de Nissan avaient une certaine distance avec Thierry Bolloré", souligne Loïc Dessaint. Le départ du DG intervient en effet alors qu'un renouvellement du management du partenaire japonais Nissan, dont Renault détient 43 %, a été décidé cette semaine pour écarter les principaux dirigeants de l'ère Ghosn. Enfin, élément à ne pas négliger, l’entendre entre le Président, Jean-Dominique Senard, et le directeur général. "Quand il y a une gouvernance dissociée, le binôme doit bien s’entendre", souligne-t-il.

Difficile de savoir à ce stade quelle raison a poussé ce départ précipité. L’État, actionnaire minoritaire mais de poids, a toujours soutenu le président de Renault depuis sa nomination. Interpellé par Thierry Bolloré pour se porter "garant des règles de gouvernance", le ministère de l’Économie a déclaré faire "confiance à Jean-Dominique Senard". Clotilde Delbos, la directrice financière de Renault, assurera l’intérim, avant le recrutement d’un nouveau numéro deux.

Béatrice Héraud @beatriceheraud 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Gouvernance

Donner du sens à son entreprise, lui donner un rôle qui limite les impacts négatifs pour la société. Quelles sont les bonnes pratiques que se se fixent les acteurs économiques?

La fin des conglomerats metamorworks

[Édito] "Too big to manage", la fin des conglomérats

"Trop grand pour être managé", les conglomérats industriels géants qui ont fait la puissance de nations occidentales vivent des heures difficiles. Devenus des entités tentaculaires, tous passent depuis quelques années au peigne fins leurs actifs afin de savoir ce qui est réellement stratégique. La...

Neymar PSG football PSG

PSG-Leipzig : l’argent du Qatar contre celui de Red Bull en demi-finale de la Ligue des Champions

Ce soir la demi-finale de la Ligue des Champions est un match de football qui devrait réjouir tous les amateurs privés longtemps de ce spectacle à suspens. Mais c’est aussi un affrontement économique de haut vol entre deux clubs qui n’ont pas les mêmes circuits de financement. Choc entre deux...

Total siege

EDF, Renault, Total… Les pertes abyssales des grands groupes français au premier semestre illustrent la gravité de la crise

Le premier semestre 2020 a mis à mal une partie des plus grands groupes français. L’arrêt de l’économie mondiale les a fait plonger dans le rouge. Jeudi 30 juillet, à l’occasion de l’annonce des résultats de mi-année, trois d’entre eux, EDF, Renault et Total, ont donné une idée de l’ampleur de la...

AG Renault 2020 Renault

Déficit, licenciements, électrification, valorisation : les quatre défis de Luca de Meo, nouveau pilote de Renault

Souhaitons à Luca de Meo d’avoir de larges épaules car son travail s’annonce considérable. Il devient aujourd’hui directeur général de Renault, fleuron automobile français qui n’a jamais été aussi mal en point. Depuis 18 mois, le groupe a connu les aventures romanesques de Carlos Ghosn, les...