Publié le 18 janvier 2019

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

[Décryptage] L'affaire Ghosn mettra-t-elle fin au mythe du PDG tout puissant ?

L’État, actionnaire de référence de Renault, s’est enfin engagé dans la succession de Carlos Ghosn à la tête du constructeur. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, a demandé que soit mise en place "une gouvernance stable et pérenne". Remplacer celui qui est devenu la figure emblématique des dérives d’un mode de gouvernance où la culture du chef limite tout contre-pouvoir, devrait être acté lors d’une réunion du comité de nomination dans la semaine.

Carlos Ghosn Japon Nissan comparution publique BehrouzMehri AFP
Face aux nouvelles révélations et à la prolongation de sa détention, la succession de Carlos Ghosn à la tête de Renault est désormais demandée expressément par l'État.
@BehrouzMehri/AFP

[Actualisation le 21 janvier 2019] Le comité spécial pour améliorer la gouvernance de Nissan a pointé "la concentration des pouvoirs" comme principal problème, dimanche 20 janvier. Lors d'une conférence de presse, son président, juriste de formation, a déclaré : "une concentration excessive d'autorité dans les mains d'une seule personne, c'est ce qui a mené à cette situation. Pourquoi les actes de Carlos Ghosn n'ont-ils pas été stoppés sur une aussi longue période?". "A l'évidence, les contrôles ne fonctionnaient pas. Quel système doit-on mettre en place?", a questionné le co-président du comité. 

 

Après une série de révélations sur la gestion dispendieuse de Carlos Ghosn aux dépends de Nissan, le ministre de l’Économie et des Finances français a posé sur la table la question du remplacement du PDG star le 17 janvier 2019. Soit quasiment deux mois après sa révocation par Nissan.

Il a fallu du temps pour cesser de brandir la présomption d’innocence face aux interrogations sur les dérives d’un mode de gouvernance permettant à un homme de régner sans partage sur deux entreprises mondiales alliées.

Concentration de tous les pouvoirs

Comme le rappelle Olivier de Guerre, président de PhiTrust, "Carlos Ghosn, avec l’aval du conseil d’administration de Renault, avait concentré tous les pouvoirs chez Renault et Nissan. Les dérives malheureuses qui se seraient produites, si les faits qui lui sont reprochés sont avérés, auraient probablement pu être évitées avec un contrôle effectif de la direction générale."

Viviane de Beaufort, professeure à l’ESSEC et Directrice de Centre Européen de Droit Economique (CEDE) renchérit : "L’affaire Carlos Ghosn est révélateur d’un mal beaucoup plus profond", explique cette spécialiste de la gouvernance. "Si, sur le papier, les règles s’améliorent, en pratique la culture du chef tout puissant empêche le conseil d’administration de jouer son rôle et d’exercer ses responsabilités. Les administrateurs doivent questionner et challenger le dirigeant. Visiblement ce n’était pas le cas mais Renault-Nissan est loin d’être un cas isolé."

L’autre contre-pouvoir possible est celui des actionnaires qui peuvent exercer leurs droits lors des Assemblées Générales. Pour Viviane de Beaufort, le mouvement existe déjà mais il faut l’encourager. "Je crois beaucoup au pouvoir d’un engagement actionnarial actif et constructif qui pousse les entreprises dans le bon sens. Ça commence mais le mouvement est encore timide."

Renforcer l'engagement actionnarial

De son côté, Olivier de Guerre a d’ores et déjà lancé un appel à la mobilisation des actionnaires pour qu’ils rétablissent "une gouvernance équilibrée dans le groupe Renault en introduisant la séparation des fonctions, en passant d’une société à conseil d’administration à une société avec un conseil de surveillance dont tous les nouveaux membres, nommés par les actionnaires, auront des compétences et une indépendance reconnues !

Malgré les contestations à répétition de sa rémunération, d’autant plus élevée qu’il cumulait deux postes de direction à très haut niveau, Carlos Ghosn avait réussi à jouer sur l’Alliance pour construire une monarchie absolue. Sa chute menace la construction de l’ensemble. De cette crise sans précédent, il faut espérer que sera tirée une leçon de gouvernance permettant de mettre fin au mythe de l’homme providentiel sans qui tout s’effondre. Le cas Carlos Ghosn montre a contrario la fragilité d’un système où la toute-puissance du patron est en fait le risque même de l’effondrement.

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Affaire Ghosn : le PDG de Renault n'est plus résident fiscal en France depuis 2012

[actualisé le 11 janvier] Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, incarcéré au Japon depuis novembre, n'est plus résident fiscal en France depuis 2012. Il est fiscalement domicilié aux Pays-Bas, où la législation est plus avantageuse pour les hauts revenus, selon Libération. Des révélations qui...

Quel avenir pour la gouvernance de l'alliance Nissan-Renault ?

Le conseil d'administration de Renault a désigné mardi soir le numéro deux de l'entreprise Thierry Bolloré pour assurer l'intérim de Carlos Ghosn, qui reste PDG malgré son arrestation au Japon sur des soupçons de malversation. Un coup de tonnerre qui interroge sur l'avenir de l'alliance...

Affaire Ghosn : un scandale qui illustre la montée en puissance des lanceurs d'alerte dans les entreprises

Comme UBS, Danske Bank, Cambridge Analytica, l’affaire Carlos Ghosn a été mise au jour par un lanceur d’alerte. Un nouveau cas qui illustre la montée en puissance des lanceurs d'alerte dans le monde de l'entreprise, dans un contexte d'exigences croissantes en termes de transparence.

Sous la pression de l'État, Carlos Ghosn, PDG de Renault, baisse son salaire de 30 %

Carlos Ghosn sera bien renouvelé à la tête du groupe Renault mais sous certaines conditions. Selon l'AFP, le PDG a accepté de baisser de 30 % son salaire sous la pression de l'État, actionnaire du groupe. Reste à savoir si cette baisse concerne l'ensemble de sa rémunération chez Renault,...

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Gouvernance

Donner du sens à son entreprise, lui donner un rôle qui limite les impacts négatifs pour la société. Quelles sont les bonnes pratiques que se se fixent les acteurs économiques?

Elon Musk PETER PARKS AFP

Elon Musk, le PDG de Tesla, devra faire approuver ses tweets avant de les publier

Elon Musk, PDG de Tesla, a accepté de faire valider ses tweets liés au constructeur de véhicules électriques avant de les publier, dans le but de mettre fin à un litige avec le gendarme américain de la Bourse, la SEC.

Bayer dans la tourmente fronde des actionnaires apres le rachat de monsanto

Assemblées générales : les actionnaires se rebellent

Bayer, Barclays, UBS… La saison des assemblées générales connaît déjà quelques soubresauts, avec des actionnaires qui votent contre les dirigeants et leur demandent d’être plus responsables. L’activisme actionnarial se renforce pour mettre les entreprises face à leurs responsabilités, notamment sur...

EssilorLuxottica 1

La crise de gouvernance d’EssilorLuxottica repose la question des fusions entre égaux

Des investisseurs avaient sonné l’alerte. Les modalités du rapprochement d’Essilor et Luxottica, prometteuses sur le plan économique, comportaient de sérieux risques de gouvernance. À quelques jours de l’Assemblée générale, les deux dirigeants du nouveau groupe se sont déclaré la guerre, chacun...

Bob Iger PDG de Disney Alberto E

L’héritière Disney dénonce le salaire "insensé" et "destructeur" du PDG du groupe

Bob Iger, PDG de Disney, va toucher 65 millions de dollars de rémunération en 2018. Pour l’une des héritières de Disney, ce salaire "insensé" est nocif pour la société. De son côté, l’entreprise assure qu’elle met en œuvre des actions en faveur de salariés. Pourtant, les revenus du dirigeant sont 1...