Publié le 06 février 2019

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Rupture du barrage minier de Vale au Brésil : la catastrophe de trop

Le 25 janvier, un barrage minier de l'entreprise Vale a rompu à Brumadinho, au Brésil. L’avalanche de boue de déchets a provoqué la mort de centaines de personnes. Une catastrophe humaine et environnementale qui fait vaciller le géant minier et remet en lumière la nécessité d’intégrer les risques sociaux et environnementaux dans les performances du secteur, notamment par les investisseurs.

Le 25 janvier 2019, la rupture d'un barrage contenant des déchets miniers appartenant à Vale a provoqué la mort de centaines de personnes et dévasté l'environnement dans la région du Minas Gerais au Brésil.
@Douglas Magno/AFP

Les images ont fait le tour de la planète. La rupture d'un barrage a provoqué une coulée de boue qui a dévasté la campagne brésilienne de Brumadinho. Elle a provoqué la mort de centaines de personnes, pour la plupart des employés de Vale, l’entreprise détenant le barrage. Le lourd bilan social et environnemental est une onde de choc à plusieurs niveaux.

Une catastrophe qui fait vaciller le géant minier Vale

En 2015, la rupture du barrage de Samarco, qui avait causé des dégâts irrémédiables sur l’environnement et tué 19 personnes, celle du barrage de Corrego do Feijao, à Brumadinho, est considérée comme un coup majeur pour le géant du fer, Vale. Contrairement au premier barrage qu’il possédait à parts égales avec BHP, celui de Brumadinho est de sa seule responsabilité.

L'impact économique direct de la catastrophe est certes "limité" selon Moody’s, sachant que le site compte pour moins de 2 % des 390 millions de tonnes de minerai de fer produites chaque année par Vale. Mais l’agence de notation financière s’attend à ce que la catastrophe "engendre des responsabilités environnementales, administratives, pénales et civiles représentant un risque sérieux pour la réputation du plus grand producteur de minerai de fer du monde".

Les premières conséquences financières et juridiques n’ont pas tardé. Quelques jours après le drame, la valeur boursière de Vale dévissait en bourse de 25 % - un record -, et près de 3 milliards d’euros étaient saisis sur ses comptes, au titre de réparation. Trois de ses ingénieurs sont actuellement en détention préventive ainsi que deux autres de Tüv Süd, la société allemande qui avait délivré un certificat de stabilité du barrage en septembre 2018. 

Un tribunal brésilien a également ordonné la fermeture d'un barrage bâti sur un autre modèle, l'un des plus grand de la région. Avec la fermeture et le démantèlement des barrages similaires à celui de Brumadinho annoncés plus tôt par Vale, la production de fer du géant risque de chuter, ébranlant le marché dans son ensemble.

Une meilleure intégration des risques sociaux et environnementaux ?

La catastrophe va-t-elle changer la façon de produire de Vale ? Jusqu’à présent, l’entreprise ne souhaitait pas changer sa méthode d’extraction du fer très génératrice de rejets miniers, malgré l’existence de solutions plus propres mais plus coûteuses. Mais c'est sans compter le coût des externalités négatives que sont la déforestation, la surveillance des barrages ou les conséquences humaines et environnementales d’une catastrophe. Or ces risques environnementaux et sociaux sont de plus en plus scrutés par les parties prenantes des entreprises, en particuliers les ONG et les investisseurs.

Comme après le drame de 2015, les investisseurs engagés se sont ainsi mobilisés après celui de Brumadinho. Le 1er février, le fonds de pension de l'Église d'Angleterre, rapidement suivis par Les quatre fonds de pension du gouvernement suédois (AP1, AP2, AP3 et AP4) et le néerlandais APG, a lancé un appel aux investisseurs institutionnels pour mieux réguler le secteur. Il propose la création d’un système mondial indépendant et public de classification sur les risques pesant sur la sécurité des barrages de résidus miniers.  

"Nous avons perdu confiance dans la capacité du secteur à se réguler lui-même sur cette question", a ainsi déclaré John Howchin, secrétaire général du Conseil d’éthique des fonds AP, précisant que des mesures allaient être prises par les investisseurs.

Le gouvernement brésilien change de cap

Au Brésil, la catastrophe pourrait aussi amener le gouvernement à revoir son équation "environnement contre business". Lors de la campagne présidentielle, Jair Bolsonaro avait promis d’ouvrir les terres autochtones à l’exploitation minière et d’assouplir la législation environnementale, jugées limitante pour l’activité économique.

Le Brésil compte près de 4 000 barrages présentant "un risque élevé", dont 205 "comportent des déchets minéraux", affirme aujourd’hui le gouvernement. Et le pays n’a pas suffisamment d’argent pour réviser l’ensemble de ces barrages. Après le drame, le ton du gouvernement a donc changé. Il demande des explications à Vale, entend renforcer les normes de sécurité des barrages, et affirme qu’il s’agit désormais de "punir vraiment" les responsables.

Reste que c’est souvent l’application de la législation brésilienne qui pose généralement problème. En cause notamment, le manque de moyens humains et financiers donnés aux organismes de contrôle mais aussi la corruption et les liens plus qu’étroits entre parlementaires, élus régionaux et dirigeants industriels.

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

BIRMANIE TOTAL Stephane Ferrer Yulianti Hans Lucas Hans Lucas via AFP

Total est accusé de financer la dictature en Birmanie via des montages financiers opaques

Alors que plusieurs entreprises ont décidé de quitter la Birmanie depuis le coup d'État de la junte militaire, Total reste. Le PDG du groupe, Patrick Pouyanné, assure qu'il s'agit de continuer à fournir l'électricité de millions d'habitants sur place mais une nouvelle enquête du journal Le Monde...

Campus polytechnique saclay @Jean Duhamel

Le PDG de Total visé par une plainte pour "prise illégale d'intérêt" à l'école polytechnique

Au cœur des dissensions : l'implantation d'un centre de recherche Total de 10 000 m2 au milieu du campus de l'École polytechnique à Saclay. Des protestations d'élèves et anciens élèves avaient cours depuis longtemps, mais l'angle d'attaque change. Trois associations, dont celle qui regroupe les...

Site des futurs gisements petroliers ouganda

Coup d’envoi du projet pétrolier de Total en Ouganda, malgré les risques environnementaux, climatiques et humains

Le projet pétrolier de Total en Ouganda est désormais sur les rails. Le 11 avril, l'entreprise française, la compagnie chinoise Cnooc, l'Ouganda et la Tanzanie ont signé plusieurs accords concernant le projet d'exploitation de gisements pétroliers et l'acheminent via un oléocuc de plus de 1400 km....

Mediator : les laboratoires Servier condamnés à payer 2,7 millions d’amende pour tromperie aggravée

Plus de dix ans après l’un des plus grands scandales sanitaires français, le tribunal de Paris reconnait les laboratoires Servier coupables de "tromperie aggravée" et d'"homicides et blessures involontaires". Le fabricant du Médiator va devoir payer une amende de 2,7 millions d’euros. Consommé par 5...