Publié le 09 avril 2009

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Automobile : performances écologiques en progrès

En 2008, les Français ont décidé de rouler plus propre. Du moins, ont-ils plébiscité les voitures plus sobres en émissions de C02 dans leurs achats de neuf, largement incités par le système de bonus-malus mis en place au début de l'année dernière. Avec plus de 60 % de véhicules neufs émettant moins de 140 g/km vendus, la France fait figure de bon élève européen.

119961_GF.jpg

© Roland BOURGUET / ADEME

L'effet bonus

Si les Français ont autant intégré l'argument écologique dans leur achat de véhicule neuf, le système de bonus/malus y est pour beaucoup. Depuis sa mise en place le 1er janvier 2008, les ventes des véhicules bénéficiant de bonus ont augmenté de 50% tandis que celles frappées de malus ont subit un revers de 42%. Selon l'Ademe, le système a ainsi permis d'économiser près de 240 000 tonnes de CO2 sur un an soit l'équivalent des émissions annuelles de 120 000 voitures. Outre l'impact environnemental, la fiscalité incitative a aussi permis au marché hexagonal (-0,7% en 2008) de mieux s'en sortir que ses voisins, telle l'Espagne qui accuse une chute de près de 30%. Reste à voir l'effet du système sur la durée sachant qu'à partir de 2010 les seuils du bonus baisseront de 5g.

« En terme de réduction des émissions de CO2, 2008 est sans doute une année historique, un véritable tournant pour le marché automobile ». Lors de la présentation de son palmarès des constructeurs et véhicules les moins polluants, l'Ademe n'a pas caché sa satisfaction de voir les ventes de véhicules neufs ne dépassant pas les 140 g/km d'émission de CO2 s'envoler dans l'Hexagone. En 2008 en effet, celles-ci ont représenté 63 % des ventes contre seulement 50 % l'année précédente et moins de 30% il y a 7 ans. « En un an seulement nous avons gagné 9 grammes, contre 1 gramme par kilomètre d'ordinaire », précise Matthieu Orphelin, qui représentait ce jour-là la présidence de l'Ademe. Une accélération qui s'explique par la combinaison de plusieurs facteurs. D'abord, la fiscalité -avec l'instauration du système de bonus/malus- et la conjoncture -avec l'envolée des prix du pétrole dans l'été et l'effet crise-ont clairement incité les Français à orienter leur achat vers des véhicules moins gourmands et moins polluants. Mais l'offre elle-même s'est considérablement élargie. L'an dernier, grâce au progrès techniques, les constructeurs ont pu mettre sur le marché plus de 470 véhicules sobres (avec des émissions de CO2 inférieures à 120g) alors qu'il n'existait que 32 modèles de ce type en 2002. Et même les véhicules essence peuvent désormais rivaliser avec le diesel en termes d'émission de CO2 : 58 % d'entre elles ne dépassent pas les 140g.
Résultat : en France, les trois premiers constructeurs du palmarès ont une moyenne d'émission de CO2 inférieure à 140g. En première position, Fiat affiche une moyenne de 133g/km, PSA 135g/km et Renault 136g/km. En effet, les grosses cylindrées n'ont plus la cote dans l'Hexagone. Les ventes de 4X4 ont enregistré une baisse de 27 % par rapport à 2007, soit leur plus faible niveau depuis 2004. Parallèlement, pour la première fois depuis 1995 on observe une chute de la puissance moyenne des véhicules et de leur masse moyenne. En 2008, la majorité (35%) des véhicules vendus en France appartenait donc à la catégorie B (entre 101 et 120 g/km) alors que l'an passé c'est la catégorie C (121 à 140 g) qui avait les faveurs des acheteurs. Petit bémol tout de même : les voitures émettant moins de 100g/km disponibles sur le marché sont seulement au nombre de trois et leur vente (1646 unités) comptent donc pour quantité négligeable.

Encore des efforts
Par ailleurs, si la France est aux avant-postes, l'Europe dans son ensemble peut encore mieux faire. En effet, PSA est le seul constructeur à atteindre l'objectif de 140g/km à cette échelle. Or, selon l'accord signé avec la commission européenne, il s'agissait du seuil moyen que devait atteindre l'ensemble de la profession en 2008. Avec 154g/km en moyenne, elle en est encore loin, même si 32 g ont été économisé depuis 1995. En cause notamment: l'Europe du Nord, très à la traîne, et en particulier la Suède qui affiche une moyenne de 175g/km. De son côté, l'Europe du Sud est plutôt bon élève avec, en tête, le Portugal qui affiche 133g/km. Mais tout cela reste encore insuffisant. « En étape intermédiaire, ces évolutions sont positives mais si nous voulons être en ligne avec les accords de Kyoto, nous devons avoir les yeux rivés sur les 120 g/km d'émission de CO². Que l'Europe n'arrive même pas à atteindre les 140 g/km démontre l'inefficacité de la démarche volontaire mise en place », estime Michel Dubromel, vice président de T&E et responsable transports et mobilité durables de FNE. «Il reste encore du chemin à faire, reconnaît Alain Morcheoine, directeur de l'air, du bruit et de l'efficacité énergétique de l'Ademe. Et il faut bien être conscient que plus les émissions vont baisser et plus le gain sera difficile ». Un problème que les constructeurs ont réussi à contourner après un lobbying intense auprès de Bruxelles : en décembre dernier, ils ont obtenu un compromis sur les objectifs de 2012. Au lieu des 120 g/km demandés initialement, ils ont finalement été fixés à 130 g, et ce, avec des sanctions progressives et peu contraignantes jusqu'en 2015.

Béatrice Héraud
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Engagement actionnarial

Certains actionnaires des entreprises cotées ou non peuvent faire pression sur les entreprises pour qu’elles exercent leurs activités en respectant mieux l’environnement et l’humain. Les ONG peuvent aussi utiliser l’engagement actionnarial pour porter les controverses devant les assemblées générales.

BlackRock rejoint la coalition Climate Action 100+ pour inciter les entreprises à réduire leurs émissions

Le plus gros gérant d’actifs au monde va participer aux travaux de la coalition d’investisseurs Climate Action 100+. Épinglé récemment pour sa politique de vote en Assemblée générale peu favorable au climat, BlackRock semble vouloir se racheter une conduite en rejoignant les quelque 370...

Mine fer BHP Western Australian BHP

Les actionnaires du géant minier BHP accentuent leur pression pour faire sortir l'entreprise du charbon

Pour les actionnaires les plus engagés en faveur de la transition écologique, l’entreprise minière BHP, l’un des géants mondiaux du secteur, doit quitter les associations de lobbying en faveur du charbon. Près d'un tiers de ses actionnaires ont voté une résolution en ce sens. Mais selon le PDG du...

Assemblee nationale Wikipedia

L’activisme actionnarial se retrouve dans le viseur de l’Assemblée nationale

La Commission des finances de l’Assemblée nationale s’alarme des pratiques des actionnaires activistes en France. Dans son rapport du 2 octobre, elle émet une liste de recommandations pour augmenter la transparence des marchés et limiter certaines pratiques, comme la vente à découvert. Si les...

BlackRock, Vanguard, JP Morgan, les grands investisseurs parlent beaucoup de climat mais votent peu en sa faveur

L’organisation américaine Majority Action a passé en revue les politiques de vote sur les résolutions actionnariales en faveur du climat des 25 plus grandes sociétés de gestion mondiales. Résultat : de grands acteurs comme BlackRock ou Vanguard votent quasi systématiquement contre, malgré leurs...