Publié le 29 juin 2009

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Allemagne : l'activisme actionnarial reste un exercice difficile

Infatigables. Et tenaces. Depuis plus de vingt ans, les « Kritische Aktionäre », pourvus de moyens modestes, font entendre inlassablement leurs voix aux assemblées générales des grandes entreprises allemandes. Ces « actionnaires critiques » les interpellent sur leur responsabilité sociale et environnementale et trouvent avec la crise un certain écho.

120654_GF.jpg

« Les périodes de crise sont des périodes propices pour nous. Les avis des ONG sont plus demandés, les médias viennent vers nous », se félicite Markus Dufner, directeur de l'organisation « Kritische Aktionäre », basée à Cologne. De passage à Francfort à l'occasion de l'assemblée générale de la Deutsche Bank, il tire un bilan positif de la saison 2009 : « Enfin, il nous est possible de voir nos revendications non plus ignorées, non plus discutées, mais potentiellement appliquées ». L'organisation des « actionnaires critiques » représente les intérêts de 31 ONG et de 5000 particuliers. Tous possèdent des actions dans plusieurs entreprises du Dax 30 et ont transmis leurs droits d'actionnaires aux représentants des « Kritische Aktionäre ». Ce faisant, ces représentants disposent ainsi du droit d'intervention en assemblée générale, peuvent déposer des résolutions et voter contre celles proposées par la direction de l'entreprise. « Bien sûr, le nombre d'actions, et par conséquent le nombre de voix dont nous disposons est infiniment bas par rapport aux grands actionnaires. Mais pour nous, il ne s'agit pas tant d'obtenir un vote majoritaire que de pouvoir remettre en question, publiquement, l'action des dirigeants », précise Markus Dufner, qui prend comme modèle l'activisme actionnarial anglo-saxon.

Devant l'ampleur de la crise économique et financière actuelle, les thèmes pour l'année 2009 se sont imposés d'eux-mêmes : évasion fiscale et paradis fiscaux, greenwashing, mais surtout remise en cause des rémunérations et bonus des dirigeants, qualifiés de « scandaleux », d' « immoraux » voire d' « obscènes » par l'opinion publique allemande. Il s'agit aussi de remettre en question les « Directors & Officers Versicherung », ces assurances sur mesure, financées par l'entreprise, couvrant les dirigeants contre les plaintes pour dommages et intérêts lorsque les bilans s'avèrent négatifs.
Figure également à l'ordre du jour la création d'une sorte de « contrôle technique » (« Finanz-TÜV ») sur les produits financiers afin de limiter les prises de risque. Bref, ce sont autant de revendications reprises cette année par d'autres associations d'actionnaires - et par la sphère politique allemande (sauf les libéraux du FDP, précise Markus Dufner), soucieuse de réagir alors que les échéances électorales de septembre approchent à grands pas...

5 heures d'attente pour 3 minutes de temps de parole

Parler en assemblée générale alors que l'on est un petit actionnaire soucieux de RSE peut s'avérer éprouvant : « On peut attendre 4 ou 5 heures, voire plus, avant de pouvoir parler. Et là, on ne dispose que de 3 minutes », rapporte Markus Dufner. « On n'a pas le temps de donner dans les généralités. Il s'agit d'être le plus précis possible ». L'organisation applique donc deux méthodes : l'apport de preuves irréfutables et les témoignages directs. Dans le premier cas, les donneurs d'alerte jouent un rôle primordial et les actionnaires critiques peuvent s'appuyer sur le réseau allemand des « Whistleblowers », également basé à Cologne. Dans le deuxième cas, ce sont des représentants d'autres ONG qui apportent les témoignages.

C'est le cas d'Almoustapha Alhacen, adjoint au maire de la ville d'Arlit, au Niger. Invité par l'ONG Urgewald, membre des « Kritische Aktionäre », à parler lors de l'assemblée générale de la Deutsche Bank, Almoustapha Alhacen a pu témoigner des dégâts causés dans la population locale par la pollution à l'uranium - un uranium extrait par Areva, entreprise française certes, mais partiellement financée par la Deutsche Bank. « C'est la première fois que j'ai pu parler devant autant de personnes à la fois. J'ai fait des conférences en France et en Suisse mais les audiences étaient beaucoup plus petites. Trois minutes, c'est très court, mais j'ai eu l'occasion de m'adresser à plusieurs milliers de personnes à la fois », rapporte le politicien nigérien. Qui a pu exposer sa revendication à la Deutsche Bank : « Comme la Deutsche Bank finance Areva, nous demandons à ce qu'elle finance en parallèle des structures permettant de stocker les déchets radioactifs. Pour le moment, les déchets sont déposés à l'air libre ».

Il s'agit maintenant de maintenir l'élan pris lors de la saison 2009. Et là, rien n'est moins sûr. Markus Dufner se pose la question de savoir si le monde politique saura appliquer ses promesses une fois les élections de septembre passées. Quant aux actionnaires, tout particulièrement remontés contre les rémunérations excessives des dirigeants, « ils peuvent avoir la mémoire courte. Ma principale crainte est de voir ces thèmes retombés dans l'oubli dès lors que le cours des actions remontent ».

Claire Stam à Francfort (Allemagne)
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Engagement actionnarial

Certains actionnaires des entreprises cotées ou non peuvent faire pression sur les entreprises pour qu’elles exercent leurs activités en respectant mieux l’environnement et l’humain. Les ONG peuvent aussi utiliser l’engagement actionnarial pour porter les controverses devant les assemblées générales.

BlackRock rejoint la coalition Climate Action 100+ pour inciter les entreprises à réduire leurs émissions

Le plus gros gérant d’actifs au monde va participer aux travaux de la coalition d’investisseurs Climate Action 100+. Épinglé récemment pour sa politique de vote en Assemblée générale peu favorable au climat, BlackRock semble vouloir se racheter une conduite en rejoignant les quelque 370...

Mine fer BHP Western Australian BHP

Les actionnaires du géant minier BHP accentuent leur pression pour faire sortir l'entreprise du charbon

Pour les actionnaires les plus engagés en faveur de la transition écologique, l’entreprise minière BHP, l’un des géants mondiaux du secteur, doit quitter les associations de lobbying en faveur du charbon. Près d'un tiers de ses actionnaires ont voté une résolution en ce sens. Mais selon le PDG du...

Assemblee nationale Wikipedia

L’activisme actionnarial se retrouve dans le viseur de l’Assemblée nationale

La Commission des finances de l’Assemblée nationale s’alarme des pratiques des actionnaires activistes en France. Dans son rapport du 2 octobre, elle émet une liste de recommandations pour augmenter la transparence des marchés et limiter certaines pratiques, comme la vente à découvert. Si les...

BlackRock, Vanguard, JP Morgan, les grands investisseurs parlent beaucoup de climat mais votent peu en sa faveur

L’organisation américaine Majority Action a passé en revue les politiques de vote sur les résolutions actionnariales en faveur du climat des 25 plus grandes sociétés de gestion mondiales. Résultat : de grands acteurs comme BlackRock ou Vanguard votent quasi systématiquement contre, malgré leurs...