Publié le 02 novembre 2017

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Visé par une nouvelle enquête aux États-Unis, l’État-actionnaire français exige d'Airbus "la transparence"

Les affaires s’accumulent pour Airbus. Déjà en délicatesse avec la justice de plusieurs pays européens, une nouvelle enquête a été ouverte aux États-Unis après que l’entreprise ait révélé des inexactitudes dans ses déclarations à l’administration américaine. Le gouvernement français tape du poing sur la table, alors que l’État français détient 11,1 % de l’entreprise. 

Le gouvernement français demandent des compte à Airbus alors que plusieurs enquêtes sont en cours sur les pratiques de l'industriel.
Airbus

Le gouvernement français demande à Airbus, visé par plusieurs enquêtes sur des irrégularités dans des transactions, de faire preuve de "transparence" après la révélation d'un nouveau front aux Etats-Unis, a indiqué jeudi son porte-parole Christophe Castaner.

"Dès lors qu'une justice ou des justices sont saisies, la demande du gouvernement français est celle de la transparence, s'il y a un doute, il faut lever le doute", a répondu le porte-parole interrogé par des journalistes sur le nouveau front qui s'est ouvert pour Airbus aux États-Unis sur le plan des affaires.

"Dans toute entreprise où la France est actionnaire, c'est une exigence de principe et personne ne doit déroger à cela", a-t-il ajouté. L'État français détient 11,1 % du capital d'Airbus. Le groupe a annoncé mardi avoir découvert "certaines inexactitudes dans les déclarations faites au Département d'État américain" au titre de la réglementation américaine sur la commercialisation d'armes (Itar) et la déclaration des agents et de commissions relatives aux transactions.

Des enquêtes en cours en Grande-Bretagne, en France, en Autriche et en Allemagne

Cette nouvelle affaire intervient alors que l'avionneur européen est déjà visé par des enquêtes sur des irrégularités sur des transactions en Grande-Bretagne, en France, en Autriche et en Allemagne.

Airbus avait lui-même dénoncé des irrégularités sur des transactions en 2016 auprès des autorités judiciaires britanniques et françaises pour mettre le groupe à l'abri d'éventuelles poursuites, notamment américaines, grâce aux dispositions contenues dans les lois britanniques (UN Béribéri Act) et française (loi Sapin II). Une telle procédure permet aussi d'espérer une réduction du montant de l'amende, selon un expert.

Le constructeur est visé par deux autres enquêtes en Autriche et en Allemagne autour de la vente d'avions de combat de type Eurofighter à Vienne. Depuis mai déjà, l'entreprise a désigné un groupe d’experts indépendants qui va passer au crible les pratiques et les règles de bonne conduite de la société.

La Rédaction avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Corruption

La prévention de la corruption devient une nécessité pour les entreprises qui sont exposées à des risques d’amendes colossales en cas de problèmes avec la justice. La corruption ronge le développement des pays émergents ainsi que la mise en œuvre des règlementations environnementales.

Credit suisse Berne CITIZENSIDE REMY GENOUD AFP banque risque carbone

Suisse Secrets : le Crédit Suisse se retrouve au cœur d’un scandale de financement de la corruption

Une enquête menée par un consortium de 47 médias internationaux révèle des pratiques douteuses du Crédit Suisse. D’après l’étude d’une vaste fuite de données sur les clients de la banque, des fonds issus notamment de la corruption internationale ont été hébergés dans ses coffres jusqu’aux années...

Fraude fiscale COO

"CumEx Files": la gigantesque fraude aux dividendes réévaluée à 150 milliards d’euros

La tentaculaire affaire d’escroquerie fiscale, aussi nommée "CumCum", a finalement privé neuf pays européens ainsi que les États-Unis de 150 milliards d’euros de recettes fiscales, révèle l’enquête conjointe menée par plusieurs médias dont Le Monde. Le préjudice est estimé à 33 milliards d’euros...

Karim Zeribi

Karim Zéribi écarté de son poste sur l’engagement à la SNCF après sa condamnation

Condamné à deux ans de prison avec sursis pour abus de biens sociaux, l’ex-eurodéputé EELV et chroniqueur TV Karim Zéribi a quitté ses fonctions de directeur de l’engagement sociétal et de la transition écologique au sein du groupe SNCF.

Lutte contre la corruption : Sherpa en manque d’agrément pour se constituer partie civile

Procès des biens mal acquis ou procédure contre Lafarge pour financement du terrorisme… Depuis presque vingt ans, l’association Sherpa lutte contre la corruption et les flux financiers illicites en se portant partie civile. Mais pour combien de temps ? Sa demande d’agrément, nécessaire pour exercer...