Publié le 24 septembre 2015

FINANCE DURABLE

Volkswagate : existait-il un warning ISR sur Volkswagen ?

La crise que traverse Volkswagen permet de chiffrer les coûts des risques dits extra financiers. Ils s’élèveront, au minimum, pour le constructeur allemand à des dizaines de milliards d’euros, liés aux amendes et condamnations, à la refonte totale des processus de production et de décision et, plus grave encore sans doute, à une dépréciation totale de sa marque associée jusque-là à la sécurité et à la confiance. Jusqu’où le désastre était–il prévisible et l’analyse des entreprises basée sur des critères ESG capable de l’anticiper ?

Volkswagen JULIAN STRATENSCHULTE DPA dpa Picture Alliance AFP
Photo d'illustration
Julian Stratenschulte / DPA / AFP

La crise que traverse Volkswagen avait-elle été anticipée par les investisseurs responsables ? Contrairement aux investisseurs classiques, ceux-ci se basent en effet sur l’analyse des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance. Autant de points sur lesquels le constructeur allemand a montré sa défaillance au regard du scandale révélé en début de semaine.  

Pourtant, Volkswagen apparaissait globalement, avant la catastrophe, comme une entreprise bien notée par l’éco-système de l’investissement responsable. L’indice boursier DJSI (pour Dow Jones Sustainability Index), la version durable du Dow Jones, la plaçait par exemple en tête du secteur des constructeurs automobiles. Pour Robeco Sam qui effectue les notations de cet indice "en 2014, le groupe Volkswagen avait développé des technologies innovantes et investit dans de la recherche qui lui permettrait, à partir de 2019, de proposer des voitures moins nuisibles à l’environnement et plus éco-efficientes". Les voix discordantes existaient malgré tout.  

 

Une note ESG fortement dégradée suite au scandale…  

 

Parmi les brokers spécialistes de l’analyse ESG, Kepler-Cheuvreux sonne l’alerte depuis plusieurs années sur le secteur automobile. Le 22 septembre, il publiait un avertissement expliquant que la controverse pesant sur Volkswagen hypothéquait " à long terme l’avenir des moteurs diesel, surtout auprès des consommateurs américains. " Or, ces véhicules représentent " une part significative des ventes " : 38 % pour BMW, 33 % pour Daimler’s, 25 % pour Volkswagen, 29 % pour Renault et 33 % pour PSA. Pour le courtier, les difficultés vont être croissantes pour le constructeur mais aussi pour ses homologues engagés dans la même voie.  

Mais toute la difficulté de l’analyse ESG réside dans le fait qu’elle est bâtie sur la stratégie globale d’un groupe multinational. "Volkswagen était et reste bien noté pour le management environnemental de ses usines de production", explique Julia Haake de l’agence de notation ESG allemande Oekom. "L’utilisation de l’énergie, la gestion des déchets, les consommations d’eau et de produits toxiques sont bien gérés." Mais la controverse a changé la donne sur deux domaines : la responsabilité produits et clients et l’éthique des affaires. Résultat : une note fortement dégradée.    

L’agence de notation extra-financière française Vigeo a adopté la même stratégie. Le 23 septembre, elle a annoncé qu’elle "dégradait les scores de Volkswagen en raison de la gravité des faits de dissimulation des niveaux d'émission et d'impact environnemental de ses véhicules". Tout en rappelant que Volkswagen avait déjà "fait l'objet de plusieurs controverses qui avaient limité ses performances en matière d'éthique des affaires et de gouvernance et qu’ en matière d'engagement environnemental, la performance de Volkswagen dans le rating de Vigeo (48/100) était inférieure à celle de ses homologues, les leaders étant PSA Peugeot Citroën (60/100), Fiat et Renault."  

 

...et des sociétés de gestion ISR qui excluent le groupe de leur portefeuille  

 

Du côté des sociétés de gestion spécialistes de l’ISR qui utilisent ces notations ESG dans leurs choix d’investissement, les avis étaient partagés.

L’approche la plus largement pratiquée en France est celle de la sélection des entreprises les mieux notées sur des critères ESG (best in class) sans exclusion sectorielle. Les constructeurs automobiles sont donc fréquemment sélectionnés dans des fonds ISR, ce qui était le cas de Volkswagen puisque ses notes étaient globalement bonnes. L’ampleur de la controverse a contraint la plupart d’entre eux à vendre le titre à l’image de la décision prise par la Financière Responsable. Dès le 21 au matin, avant l’ouverture des marchés, elle s’est dessaisie de ses actions qui représentaient 2,5 % de ses fonds ISR.

D’autres acteurs avaient déjà estimé que les risques étaient trop importants. " Nous n'avions pas investi dans Volkswagen du tout ", explique Léa Dunand-Chatellet, directrice de la gestion actions de Mirova, société de gestion dédiée à l'investissement responsable. " Nous avions estimé que la stratégie d'adaptation aux normes environnementales n'était pas suffisamment portée par le management et manquait de crédibilité. Lors du dernier rendez-vous dédié aux investisseurs qui s'intéressent au développement durable, ils nous avaient longuement présenté des capteurs qui permettaient d'ouvrir le capot sans contact, pas de dispositifs pour réduire les émissions...Il y avait de nombreuses alertes que nous avions entendues. C'est à cela que sert l'analyse ESG", souligne-t-elle.

Volkswagen rejoint BP, BNP et quelques autres dans la liste des entreprises qui auront payé très cher des choix faits au nom d’un modèle économique particulier. Un modèle basé sur la rentabilité à court terme de tout ou partie de l’activité du groupe.

Ces choix constituent aujourd’hui des risques systémiques pour les groupes eux-mêmes mais aussi plus largement pour leur secteur dont ils contribuent à remettre en cause le " droit d’exercer " ou le " licence to operate ". L’avenir de l’analyse ESG repose donc sur sa capacité à anticiper ces risques pour orienter les investisseurs responsables vers les entreprises qui ont les modèles les plus durables, dans tous les sens du terme. 

Anne-Catherine Husson-Traore
© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

L’environnement, bête noire de Volkswagen

Le 1er constructeur allemand est pris dans la tourmente du Volkswagate. Les répercussions sur le groupe seront aussi lourdes que difficiles à évaluer. Cet épisode est pourtant celui du scandale annoncé tant Volkswagen se montre obstiné à contourner les règles environnementales....

Affaire BNP Paribas : la banque assume ses responsabilités auprès de ses clients

Avec 7 millions de lettres, adressées individuellement à chacun de ses clients français, BNP Paribas a adapté sa communication aux enjeux que fait peser sur sa réputation l’amende de 8,97 milliards de dollars infligée par les autorités américaines.

La marée noire de Louisiane ternit définitivement l'image verte de BP

Depuis le naufrage de la plate forme pétrolière exploitée par le groupe BP au large de la Louisiane le 22 avril 2010, 800 000 litres de fioul s'en échappent quotidiennement provoquant des dommages incommensurables dans le golfe du Mexique. Plus de 20 jours après la catastrophe,...

Pas de syndicat pour les salariés d'une usine américaine de Volkswagen

Dans le Tennessee, les salariés d'une usine Volkswagen ont refusé par référendum l'implantation du syndicat UAW. Une défaite cinglante pour le syndicat d'autant que, pour une fois, la direction de l'usine ne lui était pas hostile: l'arrivée du syndicat devait permettre d'établir un comité...




FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable. Actuellement, l’attention est focalisée sur le climat. Dans le cadre de la lutte contre le changement climatique et suite à l’Accord de Paris, des rendez-vous internationaux liés à la finance climat sont prévus en décembre dans la capitale française.

PIF 2018 Zaouati

La France est à l’avant-garde de la finance durable et porte une voix forte en Europe, selon Philippe Zaouati

Fin novembre, la France accueille le Climate Finance Day et des événements associés sur la finance climat. Pour Philippe Zaouati, directeur général de Mirova et Président de Finance for Tomorrow, c’est l’occasion d’accentuer le leadership de la France sur ces enjeux. Pour lui, les réglementations...

Louvre Total desivestissement mecenat 350org 13 jnavier 2016

Énergies fossiles : dialoguer ou désinvestir, quel choix pour les investisseurs ?

Chez les investisseurs du monde entier, le charbon n’a plus bonne presse. Difficile pour des banques, assureurs ou fonds de pension ayant pignon sur rue, de garder dans ses portefeuilles ce symbole du réchauffement climatique. Faut-il maintenant élargir le désinvestissement aux autres énergies...

PIF Gilles Schnepp

En direct du Positive Investors Forum 2018 : Les entreprises appellent à être partenaires de la finance durable

Le 6 novembre, Novethic organise le Positive Investors Forum, un événement européen dédié aux investisseurs soucieux d’accroître l’impact positif de leurs actifs. Intervenant devant plus de 300 experts, on retrouve Patrick Pouyanné, PDG de Total, Guido Schmidt-Traud, directeur exécutif du...

PIF 2018 Zaouati

"Investisseurs, écrivez-nous !", réclament les entreprises lors du Positive Investors Forum

Le dialogue investisseurs-entreprises est un levier de création durable, déclarent les entreprises lors du Positive Investors Forum organisé par Novethic ce 6 novembre. Un cri du cœur qui vient à la fois des directeurs développement durable mais aussi des directeurs financiers les plus engagés....