Publié le 11 janvier 2019

FINANCE DURABLE

Vœux 2019 pour la finance durable : passer de l’incantation à l’action

La mobilisation du secteur financier sur le réchauffement climatique s’amplifie constamment depuis trois ans, au moins en termes de déclarations et d’engagements. Pourtant l’afflux de capitaux vers l’économie verte reste à venir. À l’heure où plane la menace d’une nouvelle crise financière aussi dévastatrice que la précédente, il faudrait espérer l’essor de la finance durable. Trois pistes possibles pour passer à l’acte en 2019.

Finance durable voeux 2019
De grands investisseurs publics s’engagent à soutenir la méthodologie ACT,pour "Assessing low Carbon Transition" développée par l’Ademe.
@CDC

"La compréhension de la nécessaire mobilisation de la finance sur la transition vers une économie verte et bas carbone est aujourd’hui largement répandue. En revanche, il manque le passage à l’acte et la mobilisation massive de flux financiers", constate Christian Thimann, Président du groupe européen d’experts de haut niveau sur la finance durable.

Il s’exprimait lors d’une matinée "Croissance et verdissement de l’économie" organisée au Ministère des finances le 8 janvier. Alors comment passer du temps des grands engagements à celui des transformations dont l’impact permet de changer l’économie ?

Première piste : l’engagement actionnarial. C’est le moyen le plus efficace d’exercer une pression forte sur les entreprises pour qu’elles alignent leur modèle économique sur une trajectoire de 2 degrés de réchauffement climatique. Même si 2018 a été l’année de la création de la coalition Climate 100 +, les investisseurs français sont encore peu nombreux à faire entendre leurs voix.

Cela pourrait changer. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des finances, souhaite désormais que l’État donne l’exemple. Celui-ci exige des entreprises dont il est actionnaire, un reporting climat de qualité. Cela se traduit par un soutien de l’agence des Participations de l’État et de nombreux grands investisseurs publics comme la Caisse des Dépôts (dont Novethic est une filiale), l’Ircantec ou le Fonds de Réserve des Retraites à la méthodologie ACT pour "Assessing low Carbon Transition" développée par l’Ademe.

Elle propose aux entreprises et aux investisseurs un standard d’analyse partagé, sectoriel, scientifique et indépendant d’alignement sur des scénarios bas carbone compatibles avec l’Accord de Paris.

Face aux nouvelles demandes, les grandes entreprises auront du mal à mettre en avant un manque de moyens puisque les bons résultats engrangés par les entreprises du CAC 40 leur ont permis de verser 57,4 milliards d’euros de dividendes à leurs actionnaires en 2018, soit 62 % de plus qu’en 2009 juste après la crise. Pour Total, l’entreprise la plus généreuse, cela représente plus de 10 milliards d’euros.

Deuxième piste : la mobilisation des épargnants français. Prévue par la loi Pacte et annoncée dès fin 2017, la proposition systématique d’un produit financier labellisé vert ou ESS (Économie sociale et solidaire) dans l’assurance vie est programmée dans les années à venir. En attendant, les Français peuvent compter sur l’argent qu’il place dans leur Livret d’Epargne Développement Durable et Solidaire (LDDS) pour financer la rénovation thermique des logements sociaux puisque la Caisse des dépôts s’est engagée à y consacrer la totalité des nouveaux placements. Elle propose désormais une carte interactive pour repérer les projets ainsi financés.

Troisième piste en forme de clin d’œil : féminiser les dirigeants du secteur financier ! Réorienter massivement les flux financiers vers une nouvelle économie protectrice pour le climat suppose de penser hors du cadre. C’est une pratique d’autant plus difficile à mettre en œuvre au sein d’un milieu homogène et très masculin tel qu’est aujourd’hui le secteur financier.

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Fronton BNP Wikicommons

BNP Paribas AM fixe un nouveau cap pour la généralisation de l’intégration ESG

Il aura fallu moins d’un an pour transformer le marché de l’Investissement socialement responsable (ISR) français ! Bousculées par l’annonce de la Banque Postale AM de passer au 100 % ISR, les grandes sociétés de gestion françaises ont commencé à généraliser l’intégration ESG à l’ensemble de leurs...

Ecolabel europeen Pogonici

Investissement responsable : les fonds de capital-investissement français s'engagent de plus en plus

L’analyse des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) est largement répandue dans les fonds d’investissement non cotés. Une étude de PwC montre qu’une grande majorité d’entre eux a commencé à les intégrer dans la gestion de leurs portefeuilles pour s’assurer d’investir dans des...

Grand Paris Express de chets BTP me tro

Avec Hesus, Paris fonds vert investit dans sa première cleantech

Le fonds d’investissement initié par la Ville de Paris a participé à la levée de fonds d’Hesus, une société francilienne spécialisée dans l’organisation de la collecte et de la valorisation des déchets de chantier. La "cleantech" a levé 10 millions d’euros auprès de Paris fonds vert et des...

Eoliennes pixabay

En un an, les investissements dans les entreprises d'énergies renouvelables ont été multipliés par six en France

Le secteur des énergies renouvelables a suscité l’engouement des investisseurs en 2018. Les montants collectés en private equity ont explosé les compteurs, avec 646 millions d’euros investis en capital. Même chose pour les plates-formes de crowdfunding qui voient décoller le financement des projets...