Publié le 25 novembre 2019

FINANCE DURABLE

Une semaine pour remettre Paris au centre de la finance climat

Le premier Climate Finance Day, organisé à Paris en 2015, a lancé la mobilisation du secteur financier sur le climat. En 2017, le One Planet Summit a réuni sur les bords de Seine, les dirigeants politiques et financiers du monde entier qui y ont pris de nouveaux engagements. En 2019, la semaine qui s’ouvre sera rythmée par de nombreux événements dédiés à la finance climat mais avec un programme moins international. La France veut pourtant continuer à être un fer de lance du mouvement.

Tour eiffel verte PatrickKovarik AFP
En 2015, le premier Climate Finance Day à Paris avait placé la capitale au cœur de la finance verte française.
@PatrickKovarik/AFP

Quatre ans après la COP 21 et le premier Climate Finance Day, Paris doit trouver un nouveau souffle pour continuer à animer un mouvement que les acteurs français ont impulsé, celui de la mobilisation des acteurs financiers sur le climat. La semaine s’appelle désormais "Paris for Tomorrow" pour établir un lien entre la ville et sa maire qui ouvrira le Climate Finance Day, et Finance for Tomorrow, l’initiative de Paris Europlace de promotion de la finance durable. Le programme compte une vingtaine d’évènements labellisés.

Première évolution : le secteur financier scinde désormais ses messages. AXA a, par exemple, décidé d’organiser son propre évènement : le Climate Impact pour mieux porter son message d’accélération de la transition vers une économie bas carbone associant industriels et financiers. Mark Carney, le gouverneur de la banque d’Angleterre est l’un des invités prestigieux de cette matinale du 27 novembre. Elle se conclura par un dialogue entre Patrick Pouyanné, PDG de Total, et Thomas Buberl, Directeur général d’AXA. Ce dernier dévoilera à cette occasion d’ambitieux nouveaux engagements. Après avoir lancé le mouvement sur l’exclusion charbon en 2015, la compagnie d’assurance espère à nouveau inciter d’autres acteurs à lui emboiter le pas pour étendre le domaine de la lutte à la protection de la biodiversité.

Un an après les engagements

Le Climate Finance Day, organisé le 29 novembre, en clôture de la semaine, change de stratégie. Après avoir rassemblé les figures de la finance climat mondiale, il devient cette année une tribune pour les banques françaises représentées par trois de ses dirigeants emblématiques, Jean-Laurent Bonnafé celui de BNP Paribas, Philippe Brassac, celui du Crédit Agricole et Frédéric Oudéa, celui de la Société Générale. Consacré à la transition juste, le Climate Finance Day offrira aussi l’occasion à Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT et président de la confédération européenne des syndicats, de donner son point de vue sur le sujet.

L’évènement sera conclu par Bruno Lemaire, le Ministre de l’économie des finances qui succèdera au Gouverneur de la Banque de France. La finance française sera donc représentée au plus haut niveau pour témoigner de l’engagement du secteur résumé dans sa déclaration du 2 juillet dernier. Il vise la neutralité carbone à horizon 2050 et incite pour cela ses membres à adopter une stratégie charbon.

Difficile lutte contre le charbon

Du coup même BNP Paribas a dévoilé, le 22 novembre, sa stratégie de sortie totale échelonnée du charbon, en 2030 pour l’Europe, en 2040 pour les pays émergents. Le charbon ne diminuant pas assez, dans le mix énergétique mondial, les Amis de la Terre, qui ont analysés toutes les politiques des grands institutionnels français, n’ont pas vraiment salué cette décision. Elle concerne uniquement les prêts et leur semble très insuffisante pour amener à un arrêt effectif de la production de charbon dans le monde.

Car quand les lumières s’éteindront, viendra le temps de l’évaluation de l’impact de cette mobilisation événementielle et de sa capacité de transformation des pratiques. Quatre ans après le Climate Finance Day, le charbon reste la seule énergie fossile vraiment remise en cause, et les études se multiplient pour dire qu’il est déjà trop tard pour espérer maintenir le réchauffement climatique à 1,5 ° . Quant aux 2 degrés fixés par l’Accord de Paris, ils semblent bien compromis.

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Coronavirus : en quelques jours, le nombre de milliardaires a chuté dans le monde

Face à la pandémie du Coronavirus, les milliardaires ne sont pas immunisés. Selon le célèbre classement Forbes des plus grosses fortunes mondiales, le nombre de milliardaires a chuté, tout comme le montant de leur fortune. Si Jeff Bezos, le patron d'Amazon, conserve son titre d'homme le plus riche...

Assemblee generale AIrbus 2019 Airbus

Crise du Coronavirus : vers un confinement des dividendes versés aux actionnaires

De plus en plus de voix s’élèvent alertant sur les politiques de dividende des entreprises. Les plans massifs d’aides publiques, pour soutenir les sociétés confrontées à la crise du coronavirus, ne doivent pas se retrouver dans la poche des actionnaires. Certains grands groupes ont déjà annoncé...

Ouverture NYSE bourse coronavirus BryanRSmith AFP

[Coronavirus, le jour d’après] Réhumaniser la finance pour changer les paramétrages du trading à haute fréquence

Depuis le 20 février, les bourses mondiales ont perdu en moyenne 30 %, suivant des phases de chutes vertigineuses suivies de temporaires remontées. La cause est le recours massif au trading à haute fréquence, géré par des algorithmes préprogrammés qui surréagissent au moindre signal négatif. Pour y...

Coronavirus : la BCE injecte 750 milliards d’euros pour soutenir l'économie

La Banque Centrale Européenne (BCE) déploie un programme massif d’injection d’argent frais dans l’économie européenne. Un programme d’achat d’actifs d’urgence pandémie de 750 milliards d’euros est lancé jusqu’à la fin de l’année au moins, pour tenter d’aider les entreprises à traverser le choc de...