Publié le 04 septembre 2017

ÉNERGIE

Une banque d’uranium ouvre au Kazakhstan pour lutter contre la prolifération nucléaire

Dans le cadre de la lutte contre la prolifération nucléaire mais aussi pour encourager le développement de l’atome civil dans de nouveaux pays, l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA) a inauguré une banque au Kazakhstan. Mais plutôt que des dollars, celle-ci recèle 90 tonnes d’uranium enrichi, qui doit permettre qu’aucun pays membre ne se retrouve en manque de combustible. 

La banque d'Uranium de l'AIEA se situe à Oskemen au Kazakhstan.
AIEA

Le président Kazakh vient d’inaugurer une banque d’un genre tout à fait particulier. Situé à Oskemen dans l’est du pays, coincé entre la Chine et la Russie, l’édifice de 880 mètres carrés accueille un trésor sensible : 90 tonnes d’uranium faiblement enrichi. Opérée par le Kazakhstan, cette banque est sous autorité de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIE), elle-même branche de l’ONU.

Cet uranium faiblement enrichi est adapté pour faire fonctionner un réacteur à eau légère, le type de réacteur le plus répandu sur la planète (Les 58 tranches du parc français utilisent cette technologie). Une telle quantité de combustible est donc assez modeste. Elle doit servir d’ultime ressource aux pays membres de l’AIEA.

Uniquement destiné au nucléaire civil

"Si un membre de l’AIEA est incapable de se fournir en combustible sur le marché, il peut demander en dernier recours d’être approvisionné  par la banque de l’AIEA. Le directeur général de l’AIEA déterminera alors si la demande répond aux critères fixés", explique l’agence onusienne dans un communiqué. À savoir : que le marché soit perturbé, que le pays n’ait aucun autre moyen d’approvisionnement comme un accord gré à gré avec un autre état, et que le demandeur accepte les critères d’utilisation de l’AIEA.

 

Ces derniers imposent aux pays bénéficiaires de n’utiliser cet uranium que pour produire de l’électricité. Il ne doit pas être destiné à des armes nucléaires ou à des  fins militaires. De plus, il ne peut pas être retraité, enrichi ou transféré à un tiers sans l’accord express de l’AIEA. Le but de cette démarche est avant tout d’éviter la prolifération nucléaire, c’est-à-dire la vente illégale de matières nucléaires au risque que celles-ci ne finissent entre de mauvaises mains.

Avec cette banque, l’AIEA se donne aussi un outil de promotion et de facilitation d’accès à l’énergie nucléaire. L’Agence garantit à tous les pays nucléarisés et aux primo-accédants au nucléaire qu’ils ne connaîtront pas de rupture d’approvisionnement en combustible. Sachant que des pays plus anciennement équipés, comme la Grande-Bretagne, la Russie et les États-Unis, possèdent déjà des réserves de ce type sur leur territoire.

Un projet à 150 millions de dollars

Si l’AIEA a choisi la Kazakhstan, ce n’est pas par hasard. Le pays est un acteur-clé de l’atome dans le monde. En 2016, il a fourni près de 40 % de l’uranium sur la planète, dont 20 % à travers son opérateur national Kazatomprom. Le pays est d’ailleurs l’une des sources principales d’Areva pour le marché français, avec le Niger et le Canada. L’idée de l’agence est de se baser dans un pays neutre et non équipé de l’arme nucléaire. Après le démantèlement de l’URSS, Astana a rendu toutes les armes atomiques présentes sur son territoire.

Cette banque a coûté 150 millions d’euros. L’amorce de 50 millions d’euros a été fournie par l’organisation américaine Nuclear Threat Initiative (NTI), qui œuvre pour la sûreté et la sécurité nucléaire dans le monde. Elle a été soutenue dans ce projet par Warren Buffet. "L’inauguration de cette banque d’uranium faiblement enrichi est une étape majeure pour la sécurité nucléaire et les efforts contre la prolifération", juge le co-fondateur de NTI, Sam Nunn, par ailleurs ancien sénateur américain.

Le reste des fonds a été fourni par l’Union européenne à hauteur de 24,4 millions d’euros, le Koweit avec 10 millions de dollars, la Norvège, 5 millions de dollars, les Émirats Arabes Unis 10 millions de dollars, les États-Unis 49 millions de dollars et le Kazakhstan avec 0,4 millions de dollars.

Ludovic Dupin @ludovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

énergies renouvelables éoliennes panneaus solaires photovoltaique istock ll28

À la place des green bonds, Enel priorise l’émission de SDG bonds, dédiés à l'atteinte des Objectifs de développement durable

Début septembre, le groupe énergétique italien Enel émettait le premier SDG bond, soit la première obligation liée à des indicateurs contribuant aux Objectifs de développement durable (ODD). Un moyen de financement qui, après et avec les green bonds, pourrait prendre de l’ampleur dans les prochaines...

Unicredit banque

[Décryptage] Financiariser la finance supprime des dizaines de milliers d’emplois dans le secteur bancaire

Depuis le début de l’année, le secteur bancaire a supprimé 44 000 emplois. Un mouvement qui se fait à la faveur d’une banque sans humain. Mais, s’affranchissant de leurs ressources humaines, les banques se mettent en risque. Les algorithmes gérant à la nanoseconde des portefeuilles ne gèrent pas...

Epargne pxhere com

[Indicateur Novethic] L’offre de fonds durables explose mais gare au manque de clarté

L’offre de fonds durables grandit. L’indicateur Novethic recense 531 fonds au 30 juin 2019, totalisant 185 milliards d’euros d’encours en augmentation de 27 %. Cette progression suit la demande toujours plus forte pour des produits responsables. Mais elle s’accompagne également d’un foisonnement...

Drapeau europe

La candidature de Sylvie Goulard, experte de la finance durable, à la Commission européenne est rejetée

Gros revers pour la France, sa candidate au poste de Commissaire européen a été rejetée par le Parlement. L’intégrité de Sylvie Goulard, ex-ministre et députée européenne, actuelle sous-gouverneure de la Banque de France, est interrogée par les eurodéputés car elle est citée dans une affaire...