Publié le 09 avril 2018

FINANCE DURABLE

Un fonds d’obligations vertes dédiés aux projets climatiques dans les pays émergents

Avec un encours de 1,42 milliard de dollars, un nouveau fonds d’obligations vertes émises sur les marchés émergents, baptisé Amundi Planet EGO, prévoit d’investir près de 2 milliards de dollars sur sa durée de vie. Le fonds, le plus grand au monde sur cette thématique, doit permettre d’accroître fortement l’ampleur et le rythme des financements de projets climatiques dans les pays émergents.

Une centrale solaire dans les montagnes du Kenya
Philou1000/Istock

Levée de fonds réussie pour Amundi Planet Emerging green One (EGO), qui s’affiche comme le plus grand fonds d’obligations vertes émises sur les marchés émergents. Avec 1,45 milliard de dollars d’encours, ce fonds prévoit d’investir sur sa durée de vie (7 ans) près de 2 milliards d’euros dans des green bonds. Ils doivent financer des projets focalisés sur le changement climatique émis par des institutions financières de pays en développement.

Créer de nouveaux marchés pour les financements climatiques

Le fonds est géré par Amundi, un des gros gestionnaires d’actifs européens en termes d’encours. Il a pour investisseur principal l’IFC, l’organisation du groupe Banque mondiale dédiée au secteur privé, qui s'engage à hauteur de 256 millions de dollars. L'objectif est d’"accroître fortement" l’ampleur et le rythme des financements de projets climatiques dans les marchés émergents en attirant d’importants capitaux d’investisseurs internationaux.

L’idée est d'attirer les investisseurs privés en réduisant les risques - les institutions bancaires de développement jouant le rôle de "preneurs en première perte" - et en leur proposant des mesures d'accompagnement. "Un programme d’assistance technique géré par IFC avec une subvention initiale de 7,5 millions d’euros émanant du SECO (secrétariat d’État à l’économie suisse) aidera à la création de nouveaux marchés pour le financement climatique en développant des standards d’obligations vertes et en proposant des programmes de formation pour les institutions financières cibles", expliquent ainsi les créateurs du fonds.

Un marché en devenir dans les pays en développement

"Ces 2 milliards de dollars représentent une somme non-négligeable à l’échelle du marché des obligations vertes dans les pays émergents, où les émissions ont jusqu’à présent rarement dépassé les 100 millions d'euros par obligation, observe Nicolas Redon, responsable de la recherche investisseurs et climat de Novethic. On peut s’attendre à ce que les montants collectés financent comparativement plus de projets d’adaptation, qui concernent encore moins de 4% des financements alloués via des obligations vertes en 2017."    

Avec ce fonds, l’objectif est donc d’encourager "plus d’institutions financières locales à émettre des obligations vertes, en soutenant le développement de marchés locaux et en augmentant la demande mondiale pour ce type d’actifs", espère ainsi Philippe Le Houérou, le directeur général d’IFC. 

De fait, la campagne de levée de fonds a permis de réunir un panel d’investisseurs institutionnels d’Europe et du Moyen-Orient assez large. Il regroupe des entités de financement de développement comme la Banque européenne d’investissement (BEI), la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BRED), Proparco (filiale de l’AFD, l’agence française de développement, dédiée au secteur privé) mais aussi plusieurs grands fonds de pension tels qu’AP4 ou l’ERAFP. 

Une analyse à deux niveaux

Concernant les critères de sélection, une charte ESG assez dense prévoit une analyse à deux niveaux. D’une part, les institutions financières émettrices seront analysées grâce à une grille d’évaluation permettant d’éviter les pratiques les plus répréhensibles. D’autre part, concernant les projets financés, les green bonds sélectionnés devront répondre aux Green Bonds Principles et les investissements "sensibles" tels que le "charbon propre" ou les projets hydrauliques à impact sociétal élevé seront exclus.

Mais le périmètre exact de ces exclusions n’est pas précisé. La Chine autorise par exemple les projets d’extraction de Charbon propre dans ses green bonds, souligne un analyste ISR. À noter également que tous les investissements pourraient ne pas être réalisés sous forme de green bonds, mais également sous forme d’obligations conventionnelles avec une analyse ESG. C’est en tout cas une possibilité offerte par le fonds.  

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Jamie covid 19 stakeholder memo portrait callout

Le PDG de JPMorgan Chase appelle à une économie plus équitable dans le monde d’après

La crise sanitaire doit être un "électrochoc" pour bâtir une économie plus équitable. Tel est l’appel Jamie Dimon, le PDG de JPMorgan Chase, la première banque américaine et l'une des plus puissantes de la finance mondiale. Pour le banquier, trop de monde vit à la limite du seuil de pauvreté. En...

Petrole de schiste ETats Unis Californie DavidMcNews GettyImage AFP

Lors des assemblées générales, les banques françaises sont mises sous pression sur la question climatique

Le thème de l'énergie s’est invité aux assemblées générales des banques françaises. Les ONG ont publié des études alertant sur les niveaux encore élevés de financements accordés aux secteurs du charbon ou encore du pétrole et gaz de schiste. Natixis et BNP Paribas en ont profité pour renforcer leurs...

Collage 02

Assemblée générale : quatre films pour comprendre la relation entre entreprises et actionnaires

Quel est le lien entre Iron Man, Deepwater, Pretty Woman et La part du gâteau ? Tous ces films nous parlent des relations entre des entreprises ou des dirigeants avec leurs actionnaires. Chacun à leur manière, en en faisant l'une des intrigues principales ou annexes, cette relation particulière est...

Une cinquantaine d’acteurs financiers décident de rejoindre l’Alliance pour une relance verte

L’alliance pour une relance verte, initiée par l’eurodéputé Pascal Canfin, voit arriver du renfort. Une cinquantaine d’établissements financiers ont décidé de signer l’appel à la mobilisation du président de la commission Environnement du Parlement européen. En tout, 270 personnes issus des mondes...