Publié le 11 décembre 2017

FINANCE DURABLE

Trois jours pour faire de Paris la Capitale de la finance verte

Du 11 au 13 décembre, se déroulent à Paris de nombreux événements sur la finance climat, organisés autour du One Planet Summit. L’enjeu de ces manifestations n’est rien de moins que d’essayer de mettre la finance mondiale au service de la lutte contre le changement climatique. Pour la Place de Paris, c’est aussi l’occasion de se définir comme pivot de ce grand mouvement planétaire. Un rôle à endosser à l’occasion du Climate Finance Day qui se déroule le lundi 11 décembre à Bercy.

Climate finance day 2017
Désormais le Climate Finance, marque de Paris Europlace, se déroulera tous les ans à Paris.
Finance for Tomorow

Du 11 au 13 décembre, les yeux de la planète "Finance Climat" vont se tourner vers Paris à l’occasion du One Planet Summit et de sa dizaine d’événements labélisés. Ces grandes réunions, en particulier le Climate Finance Day organisé par le ministère de l’Economie et Paris Europlace, sont l’occasion de mettre Paris au cœur de la finance mondiale. Comme l’explique Philippe Zaouati, directeur général de Mirova et président de Finance for Tomorow (dont Novethic est membre), "Paris est une grande place mais ce n’est pas une place majeure comme le sont Londres, New York ou Amsterdam".

Aussi, en préparation de ces rendez-vous, le ministère de la transition écologique et solidaire et le ministère de l’Économie émettent le même vœu : Faire en sorte que la séquence climat de la semaine du 11 décembre "montre le savoir-faire français sur la finance verte et promouvoir la place de Paris". D’autres parlent plus simplement de faire de "Paris, la capitale de la Finance verte".

La puissance de l’ingénierie financière française

Philippe Zaouati explique : "Devenir la capitale de la finance verte ne veut pas dire que nous voulons écraser les autres villes et tout récupérer. Ce serait ridicule et absurde. Au contraire, il faut créer un réseau mondial des places financières vertes. Pour cela, il faut un moteur et nous sommes convaincus que Paris peut l’être grâce à son écosystème favorable"

La Direction Générale du Trésor appuie sans réserve cette volonté de mettre Paris au cœur de cette transition financière mondiale. Pour cela, elle veut s’appuyer sur la "culture hybride" de la France entre finance et ingénierie financière, qu’elle oppose à la place de Londres dont l’expertise est "plus strictement financière".

Surtout le trésor objective les avantages de l’écosystème français. En premier lieu, elle cite la régulation avec l’article 173 qui contraint les investisseurs en matière de reporting climat. Elle met en avant ensuite les outils développés à commencer par les labels ISR (investissement socialement responsable) et TEEC (Transition Énergétique et Écologique pour le Climat), dont Novethic est auditeur. Et enfin, elle cite l’attractivité de la place française en matière d’obligations vertes. "La France regroupe 21 % du stock mondial de Green Bonds", se réjouit un représentant du Trésor.

De son côté, Pierre Ducret, président d’I4CE (Institute for Climate Economics) appelle à "multiplier et accélérer les investissements verts". C'est tout l'objet du rapport "Pour une stratégie française de la finance verte", dont il est coauteur avec Sylvie Lemet de la DTIE, et qui a été remis au ministre de l'Économie, Bruno Le Maire. 

Ancrer Paris dans la finance verte

Mais prendre le rôle de leader mondial n’est chose faite tant la compétition est féroce sur ce sujet entre Londres, Francfort ou encore Luxembourg. Gérard Mestrallet, Président de Paris Europlace est confiant : "Paris n’a jamais eu une telle visibilité pour prendre de l’avance". Il ajoute que pour transformer l’essai, il faut "ancrer Paris dans la finance verte et faire en sorte que cela devienne l’axe prioritaire de développement".

Il est rejoint en ce sens par Philippe Zaouati qui explique que "la finance verte ne doit pas être une niche mais le narratif de la place de Paris". Une volonté qui s’incarne à travers sa marque phare, le Climate Finance Day, qui se tiendra désormais tous les ans dans la capitale française.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Fronton BNP Wikicommons

BNP Paribas AM fixe un nouveau cap pour la généralisation de l’intégration ESG

Il aura fallu moins d’un an pour transformer le marché de l’Investissement socialement responsable (ISR) français ! Bousculées par l’annonce de la Banque Postale AM de passer au 100 % ISR, les grandes sociétés de gestion françaises ont commencé à généraliser l’intégration ESG à l’ensemble de leurs...

Ecolabel europeen Pogonici

Investissement responsable : les fonds de capital-investissement français s'engagent de plus en plus

L’analyse des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) est largement répandue dans les fonds d’investissement non cotés. Une étude de PwC montre qu’une grande majorité d’entre eux a commencé à les intégrer dans la gestion de leurs portefeuilles pour s’assurer d’investir dans des...

Grand Paris Express de chets BTP me tro

Avec Hesus, Paris fonds vert investit dans sa première cleantech

Le fonds d’investissement initié par la Ville de Paris a participé à la levée de fonds d’Hesus, une société francilienne spécialisée dans l’organisation de la collecte et de la valorisation des déchets de chantier. La "cleantech" a levé 10 millions d’euros auprès de Paris fonds vert et des...

Eoliennes pixabay

En un an, les investissements dans les entreprises d'énergies renouvelables ont été multipliés par six en France

Le secteur des énergies renouvelables a suscité l’engouement des investisseurs en 2018. Les montants collectés en private equity ont explosé les compteurs, avec 646 millions d’euros investis en capital. Même chose pour les plates-formes de crowdfunding qui voient décoller le financement des projets...