Publié le 29 juillet 2015

FINANCE DURABLE

Risque climatique : les investisseurs pourraient perdre 4 200 milliards de dollars

C’est une nouvelle alerte pour les investisseurs ayant des actifs dans les compagnies extractives d’énergies fossiles. Cette fois, elle est lancée par The Economist Intelligence Unit, qui vient de publier une étude sur le risque carbone. Les pertes liées au changement climatique seraient colossales, atteignant dans le meilleur des cas 4 200 milliards de dollars. Et dans le pire, jusqu’à ... 57 000 milliards de dollars.

Photo d'illustration
iStock

4 200 milliards de dollars. C’est le PIB du Japon, la troisième économie mondiale. C’est aussi la somme que les investisseurs privés pourraient voir partir en fumée d’ici la fin du siècle à cause du réchauffement climatique. Et ce même si ce réchauffement global est limité à 2 degrés, prévient The Economic Intelligence Unit, qui a publié, avec l'assureur britannique Aviva, une étude sur le coût de l’inaction le 24 juillet dernier.

"Les investisseurs sont actuellement confrontés à un choix difficile", explique Brian Gardner, l’auteur du rapport. "Soit ils vont voir leurs participations dans des entreprises productrices de combustibles fossiles se déprécier à cause de mesures réglementaires plus strictes, soit ils vont faire face à des pertes substantielles dans leurs portefeuilles à cause du changement climatique. Entre ces deux voies, il y en a une troisième, qui consisterait pour les investisseurs de long terme à transférer leurs investissements vers une économie bas carbone, plus viable."

 

57 000 milliards de dollars menacés dans le pire des scénarios

 

The Economic Intelligence Unit a évalué le risque carbone à travers différents scénarios. Dans le cas d’un réchauffement de la température globale de 5 degrés, il ne s'agirait plus de 4 200 mais de 7 000 milliards de dollars d’actifs menacés par le changement climatique. Avec une augmentation de 6 degrés, le pire des scénarios envisagés, les investisseurs pourraient alors perdre près de 14 000 milliards de dollars, soit 10 % du stock d’actifs au niveau mondial.

De leur côté, les investisseurs publics seraient encore plus touchés, avec 43 000 milliards de dollars de pertes potentielles, dans un scénario de réchauffement de 6 degrés.

"Nous ne prendrions pas un avion en sachant qu’il y a 5 % de chances qu’il s’écrase", a alerté Nick Robins, co-directeur de la Commission d'enquête sur la conception d'un système financier durable au sein du PNUE (Programme des Nations Unies pour l'environnement). "Pourtant, nous sommes en train de traiter la question du réchauffement climatique, qui représente le même niveau de risque, de manière désinvolte et complaisante."

 

Aviva : 3 milliards £ à l'investissement vert  

 

Il semble en effet que nous soyons collectivement prêts à monter dans cet avion. Selon les estimations de l’ONG AODP (Asset Owner Disclosure Project), seulement 7 % des investisseurs ont calculé l’empreinte carbone de leurs portefeuilles. Et parmi eux, seuls 2 % se sont engagés à réduire la part des énergies fossiles dans leurs investissements au cours de l’année à venir.

Cependant, les assureurs se positionnent à quelques mois de la conférence climatique de Paris (COP21). Après Axa, en mai dernier, le groupe d'assurances Aviva a profité de la publication de l'étude sur le coût de l'inaction pour dévoiler sa stratégie bas-carbone en tant qu'investisseur institutionnel.

Le géant britannique va ainsi consacrer 3 milliards de livres (soit 4,2 milliards d'euros) aux infrastructures à faible émission de CO2 d'ici 2020 (500 millions de livres par an). L'objectif, en plus du rendement financier, est un retour carbone sur investissement. 100 000 tonnes de CO2 seront évitées chaque année.

Aviva indique également qu'elle va prendre en compte le risque climatique dans ses décisions et qu'elle "se désinvestira des entreprises à très forte intensité en carbone dont elle considère qu’elles ne font pas suffisamment de progrès vers les objectifs d'engagement fixés".

 

 

Concepcion Alvarez
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


Pour aller plus loin

Anticiper le risque climatique, un pari gagnant pour les investisseurs

Dans l’optique de la COP 21, le cabinet de conseil Mercer s’est penché sur les liens entre changement climatique et investissements. Ses conclusions sont claires : le rendement des investisseurs qui auront anticipé le changement climatique ne sera pas affecté, au moins jusqu’en 2050. Pour...

Climat : 140 milliards de dollars, l'engagement de 13 poids lourds de l'économie américaine

General Motors, Coca-Cola, Apple ou encore Bank of America… Ces poids lourds de l’économie américaine font partie de la coalition de treize entreprises1 prêtes à agir contre le réchauffement climatique. Reçues aujourd’hui à la Maison-Blanche, elles ont annoncé un investissement de 140...

Réchauffement climatique : investir dans des projets gaziers peut s’avérer risqué

Si l'industrie du gaz a encore quelques beaux jours devant elle, contrairement au charbon et au pétrole, l'ONG londonienne Carbon Tracker alerte cependant sur les risques pour les investisseurs à l'horizon 2025-2035. Dans une étude publiée début juillet, elle analyse les projets des vingt...

Risque climatique : les 500 plus grands investisseurs mondiaux sous pression

Dans le cadre de la Climate Week, l'ONG AODP (Asset Owner Disclosure Project) présente son "Global Climate 500", un classement annuel des 500 plus gros investisseurs institutionnels mondiaux, portant sur leur gestion du risque climatique. Près de la moitié de ces investisseurs ont reçu,...

Investissement responsable : le marché français a fortement progressé en 2014

Le marché français de l'Investissement responsable est en pleine expansion. C'est ce que révèle ce mercredi 6 mai l'étude annuelle de Novethic, publiée cette année en partenariat avec le Forum pour l'Investissement Responsable (FIR). La gestion ISR progresse de 31 %, pour atteindre 223...

Finance et climat : assurer une "transition ordonnée" vers une économie décarbonée

Une première. Ce vendredi 22 mai, près d'un millier d'investisseurs du monde entier se sont réunis pour parler changement climatique dans le cadre du Climate Finance Day, au siège de l'Unesco à Paris. Au-delà du partage des bonnes pratiques des acteurs déjà mobilisés sur le sujet, des...

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Froid texas Ron Jenkins GETTY IMAGES NORTH AMERICA Getty Images via AFP

Le coût des catastrophes naturelles atteint des sommets... et inquiète les assureurs

Les événements climatiques du premier semestre 2021 auront causé près de 40 milliards de dollars de dommages assurés, selon une étude de Swiss Re. L’enchaînement de tempêtes, inondations, grêle, etc., en raison du dérèglement climatique fait monter le prix de ces catastrophes naturelles, qui...

Paiement monnaie CCO

Le jour où les citoyens ont imposé les monnaies locales en Europe

Dans les années 2020, les citoyens ont décidé de reprendre en main la finance, en se réappropriant leur monnaie. Les systèmes de paiement locaux se sont multipliés, puis généralisés, au point qu’en 2033, les banques centrales ont décidé d’intervenir pour valider et régulariser les monnaies locales....

Banque centrale europenne Christine Lagarde Martin Lamberts ECB

La Banque centrale européenne va prendre en compte la surchauffe climatique

Dôme de chaleur en Amérique du Nord et gouttes froides en Europe matérialisent le risque climatique. Il pèse sur les entreprises sans qu’on sache très bien comment, à l’exception du secteur pétrolier. Pour le savoir la Banque centrale européenne dirigée par Christine Lagarde a annoncé, à la surprise...

Bridge siege social du Groupe Orange Orange

Orange veut développer l’impact sociétal et environnemental de ses investissements dans les start-ups

Dans le cadre de la politique RSE d'Orange, sa filiale d'investissement va prendre des participations au capital de startups qui génèrent des impacts positifs dans les domaines sociaux ou environnementaux. Le plan stratégique du groupe ambitionne de réduire son empreinte climatique et favoriser...