Publié le 07 juin 2017

FINANCE DURABLE

"Nous devons revenir à une finance qui est un outil du développement économique", selon Rainier Brunet

Rainier Brunet est trésorier d’Engie et président du club des jeunes dirigeants financiers. Il a inauguré ce club le 16 mai 2017. Pour cette occasion, Bertrand Badré, fondateur et PDG de BlueOrange Capital, a fait un discours inaugural. Il assurait que "La finance est un mauvais maître mais un bon serviteur". C’est cette idée que Rainier Brunet veut mettre en avant. Une finance qui œuvre à favoriser le développement économique et sert la société. Pour cela, encore faut-il un législateur qui comprend et régule la finance. Un rôle qu’Emmanuel Macron peut tenir, selon lui.


DR

Quelles sont les origines et les objectifs du Club des jeunes dirigeants financiers ?

Lors d’une convention des professions financières début janvier, l’invité d’honneur, Henri de Castries, (ancien président d’Axa), a exhorté tous les financiers à agir contre l’immobilisme en France. Avec plusieurs membres et sympathisants du cercle des professions financières, nous nous sommes demandé ce que nous pouvions faire. Nous avons décidé de créer un nouveau club, plus orienté vers la jeunesse et qui utilise ses réseaux pour faire bouger les lignes. Nous voulons être à la fois un "think-tank" et un "do-tank". Des gens qui pensent, il y en a beaucoup. Des gens qui agissent, il y en a moins ! L’idée est de faire des événements qui parlent en bien des initiatives de la finance. Ensuite, nous chercherons les nouveaux leviers à activer pour agir au niveau des entreprises, de l’État et de la Commission européenne

 

Des leviers pour faire quoi ?

Tout d’abord, je tiens à préciser que nous ne sommes pas des lobbyistes. Au club, nous sommes d’origines et d’entreprises diverses. Nous voulons être une force de proposition pour développer la finance engagée et la réglementation financière. Car il faut repenser cette réglementation, qui aujourd’hui va souvent à l’encontre de ces objectifs. L’Union émet des textes qui font 600 pages pour réguler la finance. Or, imaginer que l’on va être plus malin que tous les financiers en face et qu’il n’y a pas de failles est un pari osé. De plus, ces législations sont inaccessibles à de petites structures. Par exemple, un statut bancaire n’est possible à acquérir que pour les grands groupes. Plus généralement, j’ai le sentiment qu’il y a une "non-connaissance" des sujets financiers au niveau de l’Europe. Ceux qui font les réglementations ont des approches similaires sur des métiers différents. Ainsi, la Commission européenne ne fait pas la différence entre un banquier et un trader, alors même que leur gestion du risque n’a rien à voir.

 

Vous parlez de finance engagée…

Oui. Il faut mettre à l’honneur cette finance innovante et engagée au service des Hommes. Certes, il ne faut pas nier l’existence de cette finance qui a spéculé, qui est capable du pire et qui ne crée pas de valeur ajoutée pour l’économie. Mais il faut être optimiste. Nous devons revenir à une finance qui est un outil du développement économique et du développement des entreprises. Or aujourd’hui, on lui donne une place trop importante en amont des projets. Le premier enjeu est l’idée. La finance doit venir après ! En faisant la démarche inverse, on met sur le dos de la finance l’incapacité à aller chercher de la croissance. 

 

Vous avez été touché par le fameux slogan "L’ennemi, c’est la finance" des dernières campagnes présidentielles ?

Oui bien sûr. Mais ce qui nous a encore plus choqué, ce sont les affiches des manifestations lors du second tour où on pouvait lire : "ni banquier, ni raciste" (faisant référence respectivement à Emmanuel Macron et à Marine Le Pen, ndr). Il nous faut essayer de comprendre d’où vient cette incompréhension. Pour cela, nous ambitionnons de recevoir tout le monde au club des jeunes dirigeants financiers, à commencer par des syndicalistes et des hommes politiques de tous bords. En France, les professions bancaires regroupent 370 000 personnes. Et de la même manière qu’il ne faut pas opposer les gens selon leurs origines, leurs croyances, il ne faut pas les opposer selon leur métier. Il y a un manque de communication de la finance. Pendant longtemps, nous n’avons pas eu besoin de parler. Puis soudainement, nous nous sommes retrouvés à la lumière devant un public de non-initiés… Ce fut le cas lors de l’affaire Kerviel ou lors du sauvetage des banques pendant la crise. Désormais, il ne tient qu’à nous de faire comprendre le besoin d’un marché financier fort et compétitif, qu’il faut réglementer et réguler.

 

Le Président de la République Emmanuel Macron a été banquier. Qu’attendez-vous de lui ?

Pour la première fois, nous avons un homme politique qui connaît les marchés financiers. Il comprend les spécificités du secteur bancaire européen et ses différences avec le secteur bancaire des États-Unis. Or, nous avons régulé de la même manière ces deux systèmes alors qu’ils ont des spécificités propres. Aujourd’hui, les banques américaines débarquent en Europe. Or, je crois profondément qu’une entreprise a une nationalité. Pour preuve, en cas de coup dur, elles se replient toujours sur leur marché domestique. Aussi avoir un système bancaire dominé par des banques anglo-saxonnes pose de vraies questions et Emmanuel Macron a les connaissances pour y répondre.

 Propos recueillis par Ludovic Dupin, @Ludovic Dupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Paiement monnaie CCO

Le jour où les citoyens ont imposé les monnaies locales en Europe

Dans les années 2020, les citoyens ont décidé de reprendre en main la finance, en se réappropriant leur monnaie. Les systèmes de paiement locaux se sont multipliés, puis généralisés, au point qu’en 2033, les banques centrales ont décidé d’intervenir pour valider et régulariser les monnaies locales....

Banque centrale europenne Christine Lagarde Martin Lamberts ECB

La Banque centrale européenne va prendre en compte la surchauffe climatique

Dôme de chaleur en Amérique du Nord et gouttes froides en Europe matérialisent le risque climatique. Il pèse sur les entreprises sans qu’on sache très bien comment, à l’exception du secteur pétrolier. Pour le savoir la Banque centrale européenne dirigée par Christine Lagarde a annoncé, à la surprise...

Bridge siege social du Groupe Orange Orange

Orange veut développer l’impact sociétal et environnemental de ses investissements dans les start-ups

Dans le cadre de la politique RSE d'Orange, sa filiale d'investissement va prendre des participations au capital de startups qui génèrent des impacts positifs dans les domaines sociaux ou environnementaux. Le plan stratégique du groupe ambitionne de réduire son empreinte climatique et favoriser...

IStock @geoffsp

Le pouvoir écologique de la finance verte est-il un mirage?

Une étude et un livre alertent sur la capacité de la finance verte à réorienter durablement et efficacement le secteur financier vers des modèles plus protecteurs de l’environnement. Les ONG Reclaim Finance et les Amis de la Terre alertent sur l’exposition aux énergies fossiles des onze plus grandes...